Commissaire Jeudy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Commissaire Jeudy
Série
Scénario André-Paul Duchâteau,
Dessin Antonio Parras, Florenci Clavé
Genre(s) Policier

Pays Drapeau de la France France
Langue originale Français
Éditeur Dargaud
Première publication 1967

Prépublication Pilote

Les enquêtes du commissaire Jeudy sont l’une des rares incursions d’André-Paul Duchâteau[1] dans Pilote.

Créées par Duchâteau et Parras en 1967, elles seront fugacement poursuivies par Clavé, notamment dans Superpocket Pilote jusqu’en 1970.

Historique[modifier | modifier le code]

Au numéro 1 de Pilote apparait le personnage de l’Inspecteur Robillard présenté par Pierre Bellemare[2] et dessiné par Moallic. Le concept est simple : on présente sur une page une énigme dessinée[3] et c’est au lecteur de trouver le coupable. La solution étant donnée quelques pages plus loin.

Après une centaine d’enquêtes entre 1959 et 1962, ces jeux sont abandonnés. Moallic reprendra l’idée en 1969 dans Pif Gadget avec son inspecteur Ludovic.

Toujours est-il qu’en 1967, Le Journal du dimanche entend surfer sur le succès d’Astérix et demande à Dargaud de lui concevoir un supplément de bandes dessinées. Ce magazine était vendu séparément du journal, certes pour un prix modique (0,50 F)[4] mais, à deux exceptions près, ne proposait que des reprises. L’aventure s’arrêta au bout de 24 numéros sans avoir réellement trouvé son lectorat. Dans ces deux exceptions figurait une création de Greg, Haineux Gordien, et Les enquêtes du Commissaire Marin, scénarisées par Duchâteau et dessinées par Parras.

L’histoire exposait une enquête d’une planche sous une forme de bande dessinée, la solution étant parfois indiquée à l’envers en fin de page, parfois plus loin dans le journal.

La disparition du l’Illustré du Dimanche entraîna le passage du Commissaire Marin dans Pilote qui profitant du déménagement changea son nom en Jeudy. A noter que Parras donna au commissaire les traits de Lino Ventura. Soulignons que peu de temps avant l’arrivée du commissaire dans les pages de l’hebdomadaire, Pilote avait lancé deux courtes séries dont le principe était de présenter une histoire complète en six pages, charge au lecteur de trouver le ou les coupables, la clé de l’énigme étant donnée en page de solution des jeux.

Au no 285 (1965) débute une nouvelle série intitulée Yves Malart et signée Bielsa. Le héros résoudra ainsi cinq enquêtes. Parallèlement en 1966 et 1967 paraîtront quatre enquêtes de Jacques Arcier créées par F. Nusselein et dessinées par Pascal.

Publications dans Pilote[modifier | modifier le code]

Sauf indication contraire tous les dessins sont d’Antonio Parras.

1967
  • 425 : Échec et mat
  • 427 : L’argent n’a pas d’odeur
1968
  • 428 : En toutes lettres
  • 429 : S.O.S. au téléphone
  • 431 : Coups de feu dans la nuit
  • 432 : Guillotine pour assassin            
  • 434 : Menaces de mort
  • 435 : Alibi pour Cheribibi
  • 442 : Troisième étage appartement D
  • 443 : Alphabet morse
  • 444 : Allo, allo, ici l’assassin
  • 445 : Chaussures à son pied
  • 447 : Documents à vendre
  • 449 : Combat singulier
  • 450 : S.O.S. : hold–up              
  • 451 : Le coup du père François
  • 452 : Chasse à l’homme
  • 458 : Pour solde de tout compte
  • 460 : Échec au chèque
  • 463 : Station-service
  • 468 : Sans titre
  • 474 : Ciné–meurtre
  • 476 : L’alibi est sur le feu
1969
  • 479 : Contre–chant
  • 482 : Ombre chinoise            
  • 492 : Loup où es–tu ? (dessins de Clavé)
  • 494 : Comme une lettre à la poste (dessins de Clavé)
  • 503 : Fautes de frappe (dessins de Clavé)
  • 510 : Aveux complets

Publications dans SuperPocket Pilote[modifier | modifier le code]

Il semblerait a priori que Clavé soit seul aux commandes. À noter que le Commissaire est redevenu pour l’occasion Inspecteur.

  1. 6 -1969
  • 1 : Témoin à charge
  • 2 : Photo flash
  1. 7 -1970
  • 3 : A vue de nez
  • 4 : Ici l’on pêche
  1. 8 -1970
  • 5 : Auto destruction

Publications dans L’Illustré du Dimanche (1967)[modifier | modifier le code]

Tous les dessins sont d’Antonio Parras.

  1. Dictée pour suspects
  2. Crime par –5    
  3. Sincères condoléances
  4. Danger : poison              
  5. Fric–frac au cric–crac    
  6. Quand le vin est tiré     
  7. Vol de nuit        
  8. Drame en deux tableaux            
  9. Fric–frac au cric–crac    
  10. Quand le vin est tiré    
  11. A couteaux tirés             
  12. Signé : le mort 
  13. Les dents longues        
  14. Règlement de comptes              
  15. Panique à l’hôtel            
  16. Peinture au pistolet  
  17. Les dents longues          
  18. Témoignages contradictoires  
  19. Message chiffré             
  20. Le roi du couscous       
  21. Le mystère de la péniche           
  22. A tombeau ouvert         
  23. Série noire        
  24. Testament à clef       

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. On soulignera toutefois la série à suivre d'Alex Vainclair, Ici M. Personne avec Aidans aux dessins.
  2. L'animateur faisait alors partie de l'équipe de Radio Luxembourg qui parrainait le journal.
  3. Les premières histoires ont quatre vignettes et un texte sous celles-ci.
  4. Rappelons qu'à l'époque Pilote se vendait 1 F mais avait davantage de pages. Quant aux quotidiens, ils se vendaient 0,30 F.

Liens externes[modifier | modifier le code]