Aller au contenu

Commissaire Bombardier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Commissaire Josiane Bombardier
Personnage de fiction apparaissant dans
Une affaire pour la commissaire Bombardier.

Couverture
Couverture

Naissance 1975
Origine Drapeau de la France France
Sexe Féminin
Activité commissaire de police
Caractéristique 1m60, pas très sportive, plutôt boulotte avec une poitrine généreuse
Adresse Montmartre à Paris
Famille Veuve, vit seule à Paris, avec ses deux chats

Créée par Catherine Secq
Romans La commissaire Bombardier
Éditeurs Librinova[1]

Commissaire Bombardier est une enquêtrice de fiction française créée par Catherine Secq. Cette commissaire de police est chargée de résoudre des enquêtes dans des situations délicates, voire incongrues. La commissaire est une femme ayant son franc-parler mais elle est aussi touchante car c'est une femme cabossée ; les personnages parfaits insupportent la romancière[2].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

La commissaire Bombardier mesure 1m60, n'est pas très sportive, est toujours vêtue d’un blouson de cuir, d’un jean et de santiags. Elle est veuve, vit seule à Paris mais avec ses deux chats. Elle aime la cuisine et le rock.

C'est une femme de caractère, franche et directe, drôle et attachante[3]. Elle est plutôt du genre besogneuse et particulièrement opiniâtre. L’auteure avoue avoir pensé à Josiane Balasko quand elle a créé son personnage[2].

L'auteure[modifier | modifier le code]

Catherine Secq, diplômée de l’École supérieure d’Ingénieurs et de Techniciens pour l’Agriculture, a d'abord consacré quarante années de sa vie à la nature en Île-de-France en travaillant dans des organisations surtout horticoles . Elle s'est mise à écrire en 2019, en faisant corps avec son personnage[3]. Pour cela, elle s’est retirée en bord de Loire où elle partage son temps entre le jardinage et l’écriture. À l’heure de la retraite, Catherine Secq veut absolument rester active.

Dans sa jeunesse, alors qu’au collège, sa professeure de français la poussait à écrire car elle avait des prédispositions. Mais, « la forte en maths » a suivi une autre voie. L’écriture, ce sera pour plus tard ! Cela ne l’empêchera pas de dévorer les livres, notamment des polars. C'est Patricia Cornwell qui a sa préférence. Après avoir traversé des moments professionnellement difficiles, elle se dit que l’écriture peut servir de thérapie. En 2018, son premier roman policier paraît. Sept autres suivront ; un neuvième est en cours. « Je n’étais pas partie pour faire des séries. Mais la commissaire Bombardier a reçu un accueil favorable et l’exercice m’a plu. Cela m’a apporté beaucoup de bien et m’a apaisée. Du coup, j’ai eu envie de continuer[2] »

La série[modifier | modifier le code]

Une affaire pour la commissaire Bombardier est le titre d'une série de romans policiers humoristiques, écrits par Catherine Secq. Commencée en 2018, la série comporte huit romans en 2024, un neuvième est en cours. Chacune des histoires baigne dans un univers végétal différent dans lequel la commissaire mène ses investigations. Pour le lecteur, c'est l'occasion de découvrir les plantes tout en se distrayant[2].

Les romans[modifier | modifier le code]

  • Meurtre bénévole : Dans une association horticole, le patron est retrouvé mort. Un seul assassin : qui ?[4]
  • Ne jetez pas les morts au compost : Dans une ambiance de sorcellerie et de jardinage d'une petite ville de province, un meurtre répugnant est commis[5],[6]...
  • Le macchabée givré, à servir bien frais : A Noël, au lieu d'un sapin, c'est un cadavre qui est livré[7]
  • Dédicace sans auteure : Dans les sombres arcanes du monde de l’édition, la disparition d'un écrivain est l'occasion d'une recherche originale[8]
  • Sang rancune, mon amour: En février à la Saint-Valentin, qui est mort et quel est le message porté par de magnifiques roses rouges ?[9],[10]
  • Une mort paradisiaque : Un suicide au pied d'une tombe d'un cimetière. La commissaire en doute...![11],[12]
  • Chemin de Crôa : Sur les bords de la Loire, à la Saint Fiacre la volaille s'en prend aux corbeaux ![13]
  • Café CRIME : Dans un bar-restaurant, une enquête où il est énormément question de café[14]...
  • ...

Références[modifier | modifier le code]

  1. Laure Prételat, Charlotte Allibert,, « Librinova, un accompagnement professionnel au service de vos histoires », sur Librinova.com (consulté le )
  2. a b c et d Saint-Jean-de-la-Ruelle, « Catherine Secq écrit des polars tout sauf noirs », sur La République du Centre, (consulté le )
  3. a et b Jean-François Julien, « La course des garçons de café de Limoges a inspiré le dernier roman de Catherine Secq », sur lepopulaire.fr, (consulté le )
  4. « Meurtre bénévole », sur books google.com (consulté le )
  5. « Ne jetez pas les morts au compost ! », sur books google.com (consulté le )
  6. « Ne jetez pas les morts au compost », sur lecteurs.com (consulté le )
  7. « Le macchabée , à servir bien frais », sur books goofle.com (consulté le )
  8. « Dédicace sans auteur », sur Google books (consulté le )
  9. Catherine Perrin, « Sang rancune mon amour », sur dequoilire.com, (consulté le )
  10. « Sang rancune mon amour », sur Google books (consulté le )
  11. « Une mort paradisiaque : une affaire pour la commissaire Bombardier », sur cultura.com
  12. Jean-Louis Riguet, « La commissaire Bombardier », sur librebonimenteur.net, (consulté le )
  13. Jean-Luc Bouland, « Orléans : Prise de bec à Saint Marceau », sur magcentre.fr, (consulté le )
  14. « Loiret : un département où il fait bon écrire et lire : Café crime de Catherine Secq », sur Loiret.fr, (consulté le )