Commerce de Bordeaux (1785)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un bateau ou un navire image illustrant la marine française
Cet article est une ébauche concernant un bateau ou un navire et la marine française.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Le Commerce de Bordeaux est un vaisseau de 74 canons de la classe Téméraire lancé en 1785. Il s’agit de l'un des nombreux bâtiments de force mis sur cale depuis le milieu des années 1740 selon les normes définies par les constructeurs français de cette époque avec l'idée d'obtenir un bon rapport coût/manœuvrabilité/armement afin de pouvoir tenir tête à la Royal Navy qui dispose de beaucoup plus de navires[1]. Lancé au milieu des années 1780, il bénéficie aussi des plans types standardisés des ingénieurs Sané et Borda.

Les origines et la carrière du vaisseau[modifier | modifier le code]

Il est financé dans le cadre du don des vaisseaux qui intervient après la défaite des Saintes en 1782. Le navire est financé par les commerçants de Bordeaux (d'où son nom). Ce procédé, que l'on retrouve un peu partout dans le pays, correspond à l'élan patriotique qui parcourt la France après cette défaite et qui a pour but de remplacer les bâtiments perdus grâce à des dons du public ou des corps intermédiaires. Les vaisseaux construits sont souvent plus puissants que ceux qui ont été capturés où détruits.

Renommé le Timoléon en 1794, il participe à la bataille de Gênes en 1795 sous les ordres du capitaine Krohm[2]. Il fait partie de l'escadre de Brueys qui accompagne l'expédition d'Égypte en 1798. Lors de la bataille d'Aboukir, il fait partie de l'arrière-garde française et a son gouvernail détruit par un tir du Généreux. Il protège l'échouage du Mercure et de l'Heureux qui sont cependant capturés le 2 août en fin d'après midi[3]. Attaqué le 2 août au matin par l'Alexander et le Majestic, il fait écran pour permettre au Généreux et au Guillaume Tell de prendre le large, puis s'échoue et son équipage l'incendie pour éviter sa capture[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Meyer et Acerra 1994, p. 90-91.
  2. Dupont 1987, p. 387
  3. Gillet 2010, p. 113
  4. Gillet 2010, p. 117

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Maurice Dupont, L'Amiral Willaumez, Tallandier, (ISBN 2235017231)
  • Jean-Claude Gillet, La Marine impériale : Le grand rêve de Napoléon, Bernard Giovanangeli Éditeur, (ISBN 9782758700623)
  • Michel Vergé-Franceschi (dir.), Dictionnaire d'Histoire maritime, éditions Robert Laffont, coll. « Bouquins »,
  • Jean Meyer et Martine Acerra, Histoire de la marine française, Rennes, éditions Ouest-France,
  • Martine Acerra et André Zysberg, L'essor des marines de guerre européennes : vers 1680-1790, Paris, SEDES, coll. « Regards sur l'histoire » (no 119), , 298 p. [détail de l’édition] (ISBN 2-7181-9515-0, notice BnF no FRBNF36697883)
  • Jean-Michel Roche, Dictionnaire des bâtiments de la flotte de guerre française de Colbert à nos jours, t. 1, de 1671 à 1870, éditions LTP, , 530 p. (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]