Commanderie de Xugney

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Commanderie de Xugney
Présentation
Fondation XIIe siècle
Protection  Inscrit MH (1926)
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Département Vosges
Ville Rugney
Coordonnées 48° 21′ 12″ nord, 6° 14′ 44″ est

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Commanderie de Xugney

Géolocalisation sur la carte : Lorraine

(Voir situation sur carte : Lorraine)
Commanderie de Xugney

La commanderie de Xugney (ou Sugny) est une commanderie d'origine templière située dans le département des Vosges, en région Lorraine, à proximité de Charmes, sur le territoire de la commune de Rugney.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Historique[modifier | modifier le code]

À la suite du procès de l'ordre du Temple, la commanderie fut dévolue en 1314 aux hospitaliers[1] et a eu quelquefois un commandeur commun avec la commanderie de Libdeau[N 1]. En 1630, le commandeur Charles de Lorraine[N 2] a mis en location ces deux commanderies pour un bail de six ans[5] et fit de même pour la commanderie de Robécourt, exception faite des revenus de la commanderie de Norroy[6].

L'église de la commanderie est inscrite au titre des monuments historiques en 1926[7].

Commandeurs[modifier | modifier le code]

(la): « Preceptor domus Templi de Suniaci » ; (fro): « La mayson de Temple de Seugnez »

Commandeur Période
fr. Pierre
(Petrus de Suigneis, de Suineis)
Ordre du Temple 1173[8],[9]
fr. Dominique Cross-Pattee-red.svg 1231[10]
... ...
fr. Jean Henri, commandeur de Xugney et de Vieil-Aître Ordre de Saint-Jean de Jérusalem 1373[11]
fr. Ferry de Lunéville,
Bâtard de Charles II de Lorraine
Cross of the Knights Hospitaller.svg 1459[12],[13]
fr. Lebeuf de Guyonville[N 3] De gueules au lion d'argent (?-1557) Ordre de Saint-Jean de Jérusalem (à Malte) av. 1534[18]
fr. Jean de Choiseul du Plessis-Praslin, † siège de Malte (1565) Armoiries d'Aspremont.svg 1534[18]-1565[12]
Guy de Mandres, commandeur de Xugney et Libdeau Armoiries d'Aspremont.svg 1607[19]
Charles de Lorraine[N 2], commandeur de Robécourt, Norroy, Xugney, Libdeau et Vieil-Aître Armoiries d'Aspremont.svg 1630[12],[13]
fr. Gabriel de Ligniville-Tantonville Ordre de Saint-Jean de Jérusalem (à Malte) 1649[12]
Pierre Pons de Rennepont, commandeur de Xugney et de Libdeau 1656[12]
Charles Descrots-Duchon, commandeur de Thors et de Xugney
Receveur-général au grand prieuré de Champagne
1673-1674[20]
Gaspard de Pernes[N 4], commandeur de Xugney et de Libdeau 1675[21], 1682[12],[13]1690[22]
Charles de Certaines de Villemolin[N 5] D'azur au cerf passant d'or (1633-1716)[26] 1694[12]-1695[27]
Louis Descrot-Duchon, commandeur de Toul, Xugney et Libdeau 1711-1714[12]
Bailli Claude de Thyard de Bissy 1722-1736[12]
Blaise-Léopold le Preudhomme de Fontenoy, commandeur de Toul et de Xugney 1739[12],[13]
M. de Vagny 1740[12],[13]
Bailli de Bissy 1740-1746[12]
Louis-Robert de Bermondes, commandeur de Toul, Xugney et Libdeau 1754-1763[12]

La chapelle[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michel Henry, Itinéraires templiers en Lorraine, Éditions Serpenoise, , 288 p. (ISBN 978-2-8769-2367-6, présentation en ligne)
  • Michel Henry, Les ordres militaires en Lorraine, Éditions Serpenoise, , 354 p. (ISBN 978-2-8769-2706-3, présentation en ligne)
  • Pierre Simonin, « Quatre chapelles du temple en Lorraine », Le Pays Lorrain, vol. 73, no 1,‎ , p. 15-25, disponible sur Gallica
  • L. Quintard, « La commanderie de Xugney (Vosges) », Mémoires de la société d'archéologie Lorraine, 3e série, vol. 5,‎ , p. 355-369, disponible sur Gallica
  • Auguste Didot, « Mémoire sur les établissements de l'ordre du Temple en Lorraine : (Duchés de Lorraine et de Bar, évêchés de Metz, Toul et Verdun) », Mémoires de la Société d'archéologie lorraine, Nancy, 2e série, vol. X,‎ , p. 286-287 (lire en ligne), disponible sur Gallica
  • Henri Lepage, « Notice sur quelques établissements de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem situés en Lorraine : VIII. Commanderie de Xugney », Annuaire administratif, statistique, historique et commercial de la Meurthe,‎ , p. 58-60 (lire en ligne)

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Contrairement à ce que l'on trouve fréquemment, Xugney n'a pas été réunie immédiatement avec Libdeau mais ce fut le cas à partir du XVIe siècle. On trouve cette information chez Henry 1998, p. 126 et chez Lepage 1853 pour ne citer qu'eux mais la liste des commandeurs ne mentionne un commandeur commun qu'à partir de 1656 et ce n'est plus le cas en 1736. L'hypothèse selon laquelle Libdeau et Xugney ont été réunis immédiatement semble prendre sa source chez Auguste Didot, « Mémoire sur les établissements de l'ordre du Temple en Lorraine : (Duchés de Lorraine et de Bar, évêchés de Metz, Toul et Verdun) », Congrès archéologique de France : séances générales tenues à Metz, à Trèves, à Autun, à Chalons et à Lyon en 1846, Paris,‎ , p. 266, disponible sur Gallica, publié également dans: Mémoires de la Société d'archéologie lorraine, Nancy, 2e série, vol. X, 1868, p. 286-287, disponible sur Gallica
  2. a et b Bâtard du duc Henri II de Lorraine dit le « chevalier de Bar ; chevalier de Lorraine », légitimé le 10 janvier 1605[2], comte de Briey et seigneur de Darney, reçu au sein de l'ordre (langue de France) en 1608[3]. Commandeur de Saint-Jean du Vieil-Aître la même année (1630)[4].
  3. Le nom est incomplet, il ne s'agit que du patronyme. C'est un membre de la famille Lebœuf de Guyonvelle, probablement l'un des fils de Guy le Bœuf, seigneur de Guyonvelle prénommé également Guy qui était chevalier de l'ordre (grand prieuré de Champagne en 1528)[14], connu comme commandeur de Saint-Jean-du-Vieil-Aître (1528/29-1530)[15] puis comme commandeur de la Romagne (1532-1557), Thors (1529), Avalleur, Corgebin, Broncourt et Arbigny[16]. Il meurt à la Romagne en 1557[17]. Michel Henry le mentionne page 267 comme Guy le Beuf de Guillonville, commandeur du Vieil-Aître (Nancy) et de Virecourt en 1529, ce qui peut prêter à confusion car Guillonville se trouve en Eure-et-Loir.
  4. Il a donné son nom au baume du commandeur mais n'en est vraisemblablement pas l'inventeur, cf. Pierre Labrude, « Réflexions et hypothèses sur l'origine possible du Baume du Commandeur de Pernes », Actes du 35e Congrès international d'histoire de la pharmacie, Lucerne,‎ (lire en ligne) et Jacques Storck, « Le Baume du Chevalier de St-Victor alias le Baume du Commandeur de Pernes », Revue d'histoire de la pharmacie, vol. 86, no 320,‎ , p. 439-446 (lire en ligne).
  5. Charles de Certaine de Vilmolin et de Vilmoulin dans l'ouvrage cité en référence (Henry 2006, p. 265, 281, 283). Reçu le 17 juin 1652 au grand prieuré de Champagne[23], également commandeur de Saint-Jean du Vieil-Aître (Nancy) (1710-1715). C'est un membre de la famille de Certaines (hameau de Cervon) de Villemolin[24] dit le « chevalier de Certaines » lorsqu'il était capitaine de La victoire, escadre du Ponant sous les ordres d'Abraham Duquesne (1666)[25].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Henry 1998, p. 126
  2. Augustin Calmet, Histoire de Lorraine, t. I, Nancy, (lire en ligne), p. 270 (cclxx)
    Mentionne une lettre du duc Henri II recommandant son fils naturel auprès du grand maître à Malte
  3. René de Vertot, « Liste chronologique des frères chevaliers de l'ordre de Saint Jean de Jérusalem de la vénérable langue de France », dans Histoire des chevaliers hospitaliers de S. Jean de Jérusalem appellez depuis les chevaliers de Rhodes, et aujourd'hui les chevaliers de Malte, t. IV, (lire en ligne), p. 91
    Voir également le refus de la langue d'Allemagne de le recevoir en 1608, cf. p. 138 du même ouvrage.
  4. Lepage 1853, p. 32, lire sur Google Livres
  5. Henry 2006, p. 280
  6. Catherine Guyon, André Philippe et François Dousset, Archives départementales des Vosges - 50 H - Ordres religieux militaires : Répertoire numérique détaillé - (commanderies de Robécourt et de Laon, grands prieurés d’Aquitaine et de Champagne), Épinal, (1re éd. 1956) (lire en ligne), p. 33
    Cote LH 65: Bail à Monsieur le chavalier[Sic] de Lorraine, commandeur de Robécourt et Norroy de toutes les rentes et revenus de Robécourt, excepté tout ce qui dépend de la commanderie de Norroy.
  7. « Commanderie du Temple de Xugney (ancienne) », notice no PA00107271, base Mérimée, ministère français de la Culture
  8. Henry 2006, p. 76
  9. E.G Léonard, Introduction au Cartulaire manuscrit du Temple (1150-1317), constitué par le marquis d'Albon et conservé à la Bibliothèque nationale suivie d'un tableau des maisons françaises du Temple et de leurs précepteurs, E. Champion, , xv-259 p. ; Quintard 1877, p. 355-356, disponible sur Gallica
    (la): Communimus contractum quo jerosolimitani Templi domus, qui est Suniaci, per manum Petri, ejusdem domus magistri
  10. J.-C Chapellier et G. Gley, Documents rares ou inédits de L'histoire des Vosges, publiés au nom du Comité d'histoire Vosgienne, t. VII, Paris, , p. 17-19, disponible sur Gallica
    Mentionné comme commandeur de Noroy, Xugney semblant dépendre de Noroy: « assensu præceptoris et fratrum nostrorum de Seugneis et de Noeroi..., quam dilectus frater noster Dominicus præceptor domus de Noeroi »
  11. Chapellier et Gley 1882, p. 21-23, disponible sur Gallica
    Commandeur de Xugney et de Vieil-Aître (Nancy): « frater Johannes Henrici, magister domorum seu commendator de Sugney et de Veteri-Atrio prope Nanceyum Tullensis diocesis »
  12. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l et m Henry 2006, p. 283
  13. a, b, c, d et e Lepage 1853, p. 60
  14. René de Vertot, « Liste chronologique des frères chevaliers de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem du grand prieuré de Champagne », dans Histoire des chevaliers hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem appellés depuis chevaliers de Rhodes, et aujourd'hui chevaliers de Malte, t. VII, Paris, coll. « Œuvres de l'abbé Bertot, t. XII », (1re éd. 1726) (lire en ligne), p. 368
    1528: « Guy le Beuf de Guyonvelle: de gueules au lion d'argent. ».
  15. L. Germain, « Note sur François de Haraucourt, commandeur de Saint-Jean du Vieil-Aître (XVIe siècle) », Journal de la société d'archéologie Lorraine et du musée historique Lorrain, Nancy, t. 49,‎ , p. 20, disponible sur Gallica ; Lepage 1853, p. 31, lire sur Google Livres
    Guy Le Beuf de Guionville ou Guionvelle pour Lepage. Guy le Bœuf / Guy de Guyonvelle chez Germain qui l'a trouvé dans les archives départementales de Meurthe-et-Moselle (cote H 3043, f. 73.,117v.,133v.) . Signalé par Lepage comme commandeur de Saint-Georges de Lunéville (1529), p. 51.
  16. J.-C. Humblot, « Notice historique sur la Neuvelle-lès-Coiffy (Haute-Marne) », Revue de Champagne et de Brie, 2e série, t. VI,‎ , p. 649 (note 3), disponible sur Gallica
  17. Charles François Roussel (abbé), Le diocèse de Langres : histoire et statistique, vol. III, (présentation en ligne), p. 104-105, 217
    Guy Lebœuf dit Guyonvelle.
  18. a et b Guyon, Philippe et Dousset 2007, p. 29, lire en ligne.
    Cote LH 58: Jean de Choiseul, commandeur des commanderies de Robécourt, Norroy, St Jean-devant-Nancy et Xugney en 1534. Permet d'avancer la première date indiquée par Henry 2006, p. 283 pour Jean de Choiseul (1537) et de reculer celle de Lebœuf de Guyonville qui le précède.
  19. Henry 2006, p. 283 ; Guyon, Philippe et Dousset 2007, p. 05, lire en ligne.
    Cote LH 5: Comptes de Claude d'Igny de Rizaucourt, commandeur de la Neuville-au-Temple concernant Guy de Mandres commandeur de Xugney pour la dite commanderie et celle de Libdeau qui en dépend.
  20. François de Haudessens d'Escluseaulx, Privilèges des papes, empereurs, rois et princes de la chrétienté, accordez à l'ordre Saint Jean de Hiérusalem, (lire en ligne), p. 907-908, 1177-1178
    Il est ensuite commandeur de la Romagne (1675), cf. p. 929-931
  21. François de Haudessens d'Escluseaulx, Privilèges des papes, empereurs, rois et princes de la chrétienté, accordez à l'ordre Saint Jean de Hiérusalem, (lire en ligne), p. 929-931
  22. Acte de funérailles de Gaspard de Pernes daté du 28 avril 1690 - Registre de la paroisse Saint-Pierre de Toul - AD 54 en ligne - Cote 5MI527/R68 - Vue 237
  23. René de Vertot, Histoire des chevaliers hospitaliers de S. Jean de Jérusalem appellez depuis les chevaliers de Rhodes, et aujourd'hui les chevaliers de Malte, t. IV, (lire en ligne), p. 192
  24. Augustin Jal, Dictionnaire critique de biographie et d'histoire : errata et supplément pour tous les dictionnaires historiques d'après des documents authentiques inédits, (lire en ligne), p. 344-345, 347-348
  25. Augustin Jal, Abraham Du Quesne et la marine de son temps, vol. 1, (lire en ligne), p. 138, 357, 501
  26. Jal 1867, p. 344, disponible sur Gallica ; Lepage 1853, p. 38, lire sur Google Livres
    Baptisé à Autun le 27 mai 1633, inhumé dans la chapelle de Saint-Jean du Vieil-Aître le 27 mai 1716
  27. Henry 2006, p. 281

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]