Commanderie de Czaplinek

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Église de la Sainte-Trinité.

Czaplinek
Église de la Sainte-Trinité de Czaplinek, unique vestige de cette ancienne commanderie.
Église de la Sainte-Trinité de Czaplinek, unique vestige de cette ancienne commanderie.
Présentation
Fondation Drapeau de l'Ordre du Temple Templiers 1286
Reprise Drapeau des chevaliers hospitaliers Hospitaliers 1345
Géographie
Pays Drapeau de la Pologne Pologne
Voïvodie Poméranie occidentale
District Drawsko
Ville Czaplinek
Coordonnées 53° 33′ 37″ nord, 16° 13′ 58″ est

Géolocalisation sur la carte : la voïvodie de Poméranie occidentale

(Voir situation sur carte : la voïvodie de Poméranie occidentale)
Czaplinek

Géolocalisation sur la carte : Europe

(Voir situation sur carte : Europe)
Czaplinek

Géolocalisation sur la carte : Pologne

(Voir situation sur carte : Pologne)
Czaplinek

La commanderie de Czaplinek appelée également château de Templeburg se trouvait au nord-ouest de la Pologne, sur le territoire de la commune de Czaplinek qui fut fondée en 1286 par les Templiers.

État[modifier | modifier le code]

Il ne subsiste aujourd'hui qu'une église sous le vocable de la « Sainte-Trinité ».

Historique[modifier | modifier le code]

Cette région de Pologne a fait partie de l'Allemagne jusqu'à la fin de la Seconde Guerre mondiale.

En 1286, Przemysl II duc de Grande-Pologne fait don d'un ensemble de terres aux Templiers le long de la rivière Drawa (pl), territoire allant du lac Drawsko (pl) jusqu'au lac Dębno (pl)[1],[2].

Sur ces terres fut bâtie une forteresse en bois appelée « Tempelborch » qui devint le deuxième commanderie de Poméranie vers 1290[3].

À la suite de la dissolution de l'ordre du Temple, elle ne fut pas immédiatement dévolue aux Hospitaliers, mais fut prise par le margrave Valdemar de Brandebourg. C'est seulement en 1345 que la commanderie fut réellement dévolue à l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem, qui la vendit en 1366 pour rembourser une partie de ses dettes[3].

Commandeurs templiers[modifier | modifier le code]

Nom du commandeur Dates
Nicolaus ~ 1303[3],[4]

Commandeurs hospitaliers[modifier | modifier le code]

Organisation[modifier | modifier le code]

Photos[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Kołosowski 2004, p. 51
  2. Starnawska 2004, p. 20
  3. a b et c (de) Encyclopédie des templiers, université de Hambourg, Lexique T, paragraphe "Tempelburg"
  4. (de) Grzegorz Jacek Brzustowicz, « Die Aufhebung des Templerordens in der Neumark und in Pommern », dans Regionalität und Transfergeschichte: Ritterordenskommenden der Templer und Johanniter im nordöstlichen Deutschland und in Polen, Lukas Verlag, , 649 p. (ISBN 978-3-8673-2140-2, présentation en ligne), p. 161
    21 avril 1303, Lietzen (chapitre de la province d'Allemagne à Leśnica): « frater Nicolaus, magister in Tempelborch ». Dans cette charte figure outre Frédéric de Alvensleben, maître de la province d'Allemagne: le seigneur Henri de Bren, frère Gontier, comte de Lyndov et les templiers frère Arnold de Koningesberch, chapelain de la maison du Temple , frère Jordan, maître de Rurka, frère Bertrand de Velthim, maître de la curie de Licenizze (Leśnica), frère Johann de Malchin, frère Henri de Bollande.

Sources[modifier | modifier le code]

  • (en) Maria Starnawska, « The commanderies of the Templars in the Polish lands and their history after the end of the Order », dans Jochen Burgtorf, Paul Crawford, Helen Nicholson, The Debate on the Trial of the Templars, 1307-1314, Ashgate Publishing ltd., , 399 p. (ISBN 978-0-7546-6570-0, lire en ligne), p. 301-314
  • (pl) Przemysław Kołosowski, « Stan badań archeologycznych nad siedzibami templariuszy na ziemiach polskich », Templariusze, historia i mit, Toruń, Musée Okręgowe,‎ , p. 47-69 (présentation en ligne)
  • (pl) Maria Starnawska, « Templariusze na ziemiach polskich », Templariusze, historia i mit, Toruń, Musée Okręgowe,‎ , p. 19-25 (présentation en ligne)
  • (en) Maria Starnawska, « Crusade orders on polish lands during the Middle Ages : Adaptation in a peripherical environment », Quaestiones Medii Aevi novae, institut historique de l'université de Varsovie,‎

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]