Commanderie de Châteaubernard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Commanderie de Châteaubernard
Image illustrative de l’article Commanderie de Châteaubernard
La façade de la chapelle
Présentation
Fondation Drapeau de l'Ordre du Temple Templiers entre 1150 et 1160
Reprise Drapeau des chevaliers hospitaliers Hospitaliers 1312
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Province historique Angoumois, Saintonge
Département Charente
Commune Châteaubernard
Coordonnées 45° 40′ 21″ nord, 0° 18′ 44″ ouest[1]

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Commanderie de Châteaubernard

Géolocalisation sur la carte : Charente

(Voir situation sur carte : Charente)
Commanderie de Châteaubernard

Description géographique[modifier | modifier le code]

La chapelle templière de Châteaubernard est située à Châteaubernard, en Charente, près de Cognac.

Historique[modifier | modifier le code]

La chapelle qui est devenue l'église paroissiale, est le seul vestige restant de la commanderie de Châteaubernard. Il n'existe pas de document mentionnant sa date de construction mais des éléments architecturaux militent en faveur des années 1150-1160. Un document conservé dans les archives départementales, daté de 1220, concerne un accord passé avec des particuliers entre les Templiers de Châteaubernard et les moines bénédictins de l'abbaye de Fontdouce au sujet de la reconstruction de moulins situés près de Cognac et un autre daté de 1227, mentionne que l'effectif de la commanderie était de cinq templiers, dont un seul chevalier.

D'autres actes nous donnent les noms des commandeurs : en 1242, Guillaume de Sonnac, Commandeur d'Aquitaine et futur Maître de l'Ordre du Temple et en 1295, sur un acte d'achat d'un moulin à un particulier Frère Hugues de Narzac est mentionné comme commandeur de Châteaubernard et d'Angles.

Cette chapelle est sur le chemin du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle qui passait par le quartier Saint-Jacques à Cognac. Châteaubernard a souffert de la guerre de Cent Ans, qui a ravagé toute la région, puis de la grande peste. La commanderie cesse d'être autonome au début du XVe siècle et dépend de Beauvais-sur-Matha. Ensuite, seule la chapelle a été entretenue et un document de 1655, à la suite de la visite du prieur de l'Ordre, mentionne l'état de délabrement et de ruine du domaine.

À la Révolution, comme toutes les propriétés de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem, le domaine de Châteaubernard est vendu comme bien national. Rendue au culte en 1844, la chapelle ne devient église paroissiale qu'en 1874[2],[3].

Description[modifier | modifier le code]

De plan rectangulaire, la commanderie qui date du XIIe siècle est constituée de murs épais épaulés de contreforts, deux chapelles n'en formant qu'une aujourd'hui (chapelle de dévotion dédiée à Notre-Dame) ont été ajoutées au sud au XVe siècle, et la sacristie date de 1890.

Elle a été construite en pierre de taille à un seul vaisseau, avec nef voûtée en berceau brisé et couverte en tuile canal. La chapelle des fonts est à voûte d'arêtes en brique et la chapelle sud voûtée d'ogives[4].

La façade est chapeautée d'un clocher campanile à deux ouvertures. Une porte plein cintre ouvre cette façade, surmontée d'une fenêtre plein cintre également.

L'église a été restaurée en 1756, puis en 1877 et une inscription de 1531 a été mise à jour.

Les bâtiments de la commanderie ont disparu lors des guerres de Religion, et seule la chapelle subsiste[3].

Commandeurs templiers[modifier | modifier le code]

Nom du commandeur Dates
P. Bos (ou Boez) en 1227
Pierre Theobald en 1307 (au moment de l'arrestation des Templiers)

Commandeurs hospitalliers[modifier | modifier le code]

État[modifier | modifier le code]

Elle est l'église paroissiale de Châteaubernard.

Autres vues de l'église

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. Site templier : la Commanderie de Châteaubernard
  3. a et b Christian Gillet, Églises et chapelles de la Charente, imprimé à Rioux-Martin, Le vent se lève, , 387 p. (ISBN 978-2-7466-7404-2), p. 113
  4. « Commanderie Saint-Jean », notice no IA00059117, base Mérimée, ministère français de la Culture

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]