Commanderie de Bessaut

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Commanderie de Bessaut
Commanderie hospitalière de Bessaut.jpg

Ruines de la chapelle de la commanderie de Bessaut

Présentation
Type
Destination initiale
Accueil de pèlerins
Destination actuelle
Ruines
Style
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Coordonnées
Localisation sur la carte des Landes
voir sur la carte des Landes
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg

La commanderie hospitalière de Bessaut (ou Bessau) se situe sur la commune de Lencouacq, dans le département français des Landes. Elle est une étape sur la voie limousine de Saint-Jacques-de-Compostelle dont il ne reste plus de nos jours qu'une chapelle en ruines.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le nom de Bessau vient du gascon beçau (« boulaie, endroit favorable au boulot »)[2].

Présentation[modifier | modifier le code]

La commanderie hospitalière Marie-Madeleine de Bessaut est fondée au XIIIe siècle par l'ordre de Saint-Jacques de l'Épée Rouge pour assurer, dans cette contrée hostile de Gascogne, la protection des pèlerins de Saint-Jacques-de-Compostelle[3]. Au XIVe siècle, la vocation de la commanderie s'étend également aux soins des malades et à l'accueil des pauvres et des infirmes[4].
L'hospital, tel qu'il est mentionné sur la carte de Cassini, est doté par de riches seigneurs, tels Guilhem de Mazerolles en 1219, et Amanieu VI d'Albret[Note 1], qui lui lègue cent sols le 6 juillet 1262 pour les frais de services aux pèlerins[3]. L'hôpital attenant à l'édifice religieux est brûlé en 1569 en même temps que la chapelle de Lugaut par les troupes huguenotes de Montgomery[Note 2]. Elle revient ensuite à l'hôpital de Mont-de-Marsan sur ordre de Louis XIV. Après la Révolution française, les restes de la commanderie sont vendus comme biens nationaux en 1790 et servent à construire d'autres bâtiments dans la région.

L'endroit est planté de pins maritimes à la fin du XIXe siècle avec l'extension du massif forestier des Landes consécutif à la loi du 19 juin 1857[2].

Le site est restauré en 1994. La partie la plus intéressante reste le portail ogival à colonnettes de la chapelle. Il est situé à l'ouest du bâtiment et est orné de chapiteaux sculptés (feuillage de lierre et quatre voussures)[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Coordonnées trouvées sur Google Earth.
  2. a et b Jean-Jacques et Bénédicte Fénié, Dictionnaire des Landes, Éditions Sud Ouest, , 349 p. (ISBN 978-2-87901-958-1)
  3. a et b Francis Zapata et Jean-Pierre Rousset, Les chemins de Saint-Jacques dans les Landes, Éditions Sud Ouest, , 248 p. (ISBN 2-87901-468-9).
  4. a et b « Parcours de découverte "Lencouacq au fil du temps" », sur lencouacq.levillage.free.fr (consulté le 11 septembre 2017)

Voir aussi[modifier | modifier le code]