Comité spécial de Transcaucasie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le Comité spécial de Transcaucasie (en russe Особый Закавказский Комитет) ou Ozakom (en russe ОЗАКОМ) est un comité établi le en Transcaucasie par le gouvernement provisoire qui dirige la Russie après la révolution de Février[1]. Il succède à la Vice-royauté du Caucase[2]. Le Comité est le plus haut organe civil de la région et des territoires ottomans occupés (vilayets orientaux), et est composé d'un Russe, de deux Géorgiens, d'un Arménien et d'un Azéri ; ce déséquilibre dans la composition mécontente les Arméniens[1].

Installé à Tiflis, l'Ozakom a pour programme d'étendre les libertés en Transcaucasie, mais il est doté de peu de moyens, tiraillé entre les nationalités locales et attaqué par les bolcheviks[3].

Il ne survit pas à la chute du gouvernement provisoire à la révolution d'Octobre et fait place à un Haut commissariat à la Transcaucasie et à une Assemblée transcaucasienne[4].

Celle-ci mène à terme à l'établissement de la République démocratique fédérative de Transcaucasie.

Membres[modifier | modifier le code]

L'Ozakom est composé des cinq membres suivants[1] :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Anahide Ter-Minassian, 1918-1920 — La République d'Arménie, éditions Complexe, Bruxelles, 1989 (réimpr. 2006) (ISBN 2-8048-0092-X), p. 17.
  2. Antoine Constant, L'Azerbaïdjan, Karthala, Paris, 2002 (ISBN 2-84586-144-3), p. 246.
  3. Anahide Ter-Minassian, op. cit., p. 18.
  4. Anahide Ter-Minassian, op. cit., p. 37.