Comité national pour la libération des détenus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Comité national pour la libération des détenus
Histoire
Fondation
Cadre
Sigle
CNLDVoir et modifier les données sur Wikidata
Type
Objectif
Pays

Le Comité national pour la libération des détenus ou CNLD est une association algérienne créée le 26 août 2019, pendant le Hirak[1],[2], pour obtenir la libération des prisonniers politiques et d'opinion[3].

Au 8 février 2020, le CNLD dénombre 1 345 cas de poursuites judiciaires à l'encontre des manifestants du Hirak[4]. Malgré les mesures sanitaires imposées par la pandémie de Covid-19 et la trêve observée par le Hirak[5], le pouvoir algérien poursuit une vaste campagne d'arrestations et d'intimidations des activistes conduisant à une forte sollicitation du CNLD[6],[7].

Création et composition[modifier | modifier le code]

Le Comité national pour la libération des détenus est fondé le 26 août 2019 par des avocats, des familles de prisonniers politiques et d'opinion, des militants associatifs des droits humains et des intellectuels[3].

Le coordinateur du CNLD au moment de sa création est Kaci Tansaout[3].

Le CNLD peut compter sur des dizaines d'avocats bénévoles qui sillonnent le vaste territoire algérien et s'inscrivent dans une longue tradition militante de lutte pour les droits humains et pour l'indépendance de la justice remontant à la Guerre de libération nationale et aux mouvements du Printemps berbère et du Printemps noir[8],[9].

Parmi ces avocats, plusieurs sont des personnalités politiques et figures du Hirak à l'image de Me Mostefa Bouchachi (ex-président de la LADDH et ancien député FFS), Me Abdelghani Badi, Me Zoubida Assoul (président de l'UCP), Me Noureddine Benissad (président de la LADDH), Me Nabila Smail (élue FFS de l'APW de Tizi Ouzou) ou encore Me Fetta Sadat (députée RCD).

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

Le CNLD comporte des commissions juridique, de solidarité et de communication[1],[2],[10]. Le CNLD tient pour « principe » la publication des informations aux publics nationaux et internationaux concernant « toute arrestation ou interpellation ou dépassement »[10].

Par le biais de sa page officielle sur Facebook[11], l'association publie des communiqués, des alertes concernant des arrestations ou la tenue de procès, et tient à jour une liste nominative des détenus d'opinion. Kaci Tansaout constate une forte solidarité bénévole de la part des avocats, des psychologues et des personnels médicaux[12].

Combat pour la libération des détenu(e)s d'opinion[modifier | modifier le code]

Avant l'élection présidentielle du 12/12/2019[modifier | modifier le code]

Lors de la création du CNLD, le 26 août 2019, son coordinateur, Kaci Tansaout évalue à 42 le nombre de détenus d'opinion à Alger, et indique que les autorités n'ont fourni aucune information concernant la tenue et la date des procès[3]. Tansaout juge illégales les détentions et les voit comme « moyen de chantage » du gouvernement pour faire accepter aux manifestant-e-s du Hirak la tenue de l'élection présidentielle du 12 décembre 2019[3].

A la suite du discours du général Ahmed Gaïd Salah, le 19 juin 2019, dans lequel il fait savoir qu'aucun autre drapeau que l'emblème national ne serait toléré dans les défilés de contestation[13],[14], la justice algérienne poursuit de nombreux détenus pour « atteinte à l'unité nationale » pour le port du drapeau amazigh pendant des manifestations du Hirak. Au niveau de la seule ville d'Alger, le CNLD estime que 40 personnes sont détenues pour port du drapeau berbère[15]. Mais les arrestations ne se limitent pas à la capitale. A titre d'exemple, l'arrestation le 5 juillet 2019 à Mostaganem de Hakim Aissi pour port de l'emblème amazigh. A son procès, il risquait 10 ans de prison pour « atteinte à l'unité nationale ». Défendu par les avocats bénévoles du CNLD, il sera finalement acquitté le 9 septembre 2019[16]. A Oran, en septembre 2019, c'est le simple port du maillot de l'équipe de football de la JSK (principal club sportif de Kabylie) qui conduit un manifestant, Lounès Ayad, derrière les barreaux. Lors de son procès, le procureur requiert à son encontre une peine de 6 mois de prison ferme[17],[18].

Le 5 octobre 2019, un rassemblement commémorant les événements du 5 octobre 1988 est réprimé. De nombreux activistes, dont des membres du CNLD, sont arrêtés[19]. Parmi eux, l'avocate Aouicha Bakhti et le journaliste Khaled Drareni. Le CNLD dénonce des harcèlements, « une opération de chasse à l'homme », de « véritables kidnappings » des membres du CNLD, du Rassemblement actions jeunesse (RAJ), du Réseau de lutte contre la répression et des parents des détenus[20]. Le CNLD estime que la vague de répression cible particulièrement les avocats et les journalistes indépendants[21].

A l'approche du rendez-vous électoral contesté du 12/12/2019, Kaci Tansaout estime que la politique répressive des autorités a pour but de provoquer une réaction violente des manifestant-e-s et justifier ainsi un renforcement de la répression, dont la mise en oeuvre de « l’État d’exception, tant recherchée par [le chef d'État-Major] Gaïd Salah »[10].

Au lendemain de l'élection présidentielle du 12/12/2019[modifier | modifier le code]

En dépit de l'élection d'Abdelmadjid Tebboune et de ses promesses de main tendue au Hirak[22], Kaci Tansaout prédit une poursuite de la politique de répression du pouvoir algérien, ajoutant que le CNLD avait recensé 1 200 interpellations au cours des trois journées du 11 au 13 décembre 2019. Il voit « l'armée [restant] toujours aux commandes des décisions politiques[23]. »

Le 20 décembre 2019, Farid Hami, membre du CNLD, est « kidnappé à Alger en marge d'une marche » et libéré par la suite, ceci est interprété par Tansaout comme un signe d'intimidation de la part des services de sécurité[12].

La libération de plusieurs dizaines de détenus d'opinion au cours des semaines suivantes sur instruction du président Tebboune[24] est interprété par le CNLD comme « un moyen pour essayer de gagner la rue[25],[26] ».

Ces libérations ont lieu en plusieurs vagues. Treize détenus arrêtés au mois de juin et septembre sont libérés le 24 décembre 2019[27]. Le lendemain (25 décembre). ce sont cinq détenus qui quittent la prison d'El Harrach après réduction de leur peine par la Cour d'Alger[28], parmi eux Aala Derouiche, jeune d'origine palestinienne arrêté pour port du drapeau berbère[29].

Le 30 décembre, neuf détenus sont condamnés à deux mois de prison avec sursis d'après le CNLD. Parmi eux, quatre retrouvent la liberté. Cinq autres qui étaient sous contrôle judiciaire sont acquittés[30]. Quatre détenus, Samira Messouci, Amokrane Challal, Elhadi Kichou et Mustapha Aouissi, sont libérés le même jour, après avoir purgé leur peine de six mois pour « port du drapeau amazigh »[30].

Le 2 janvier 2020, Mostefa Bouchachi[31],[32] annonce la libération de Lakhdar Bouregaa et le CNLD annoncent la libération du caricaturiste Nime[33] (en prison depuis le 26 novembre 2019 et condamné le 11 décembre 2019 à un an de prison dont trois mois ferme[33]) ainsi que celle du journaliste Abdelmonji Khelladi ainsi que le libération de 18 détenus de la prison d'El Harrach, de trois à Sidi M'Hamed, d'un à Bourmerdès, d'un journaliste à Constantine et de l'ensemble des détenus à El Oued[34].

Cependant, ce ne sont tous les détenus d'opinion qui bénéficient de ces mesures d'apaisement post-électorales. A titre d'exemple, l'activiste Hadj Ghermoul — l'un des premiers à manifester contre le cinquième mandat de Bouteflika fin janvier 2019[35] — est condamné le 7 février 2020 à 18 mois de prison ferme avec amende[36].

En février 2020, au moment où les algériens célèbrent le premier anniversaire du Hirak, le régime semble tourner la page de l'apaisement et multiplie les arrestations et les condamnations judiciaires[37]. Le CNLD dénonce le cas de "Khalti Baya", manifestante âgée, atteinte d'un cancer, embarquée par les forces de sécurité et abandonnée sur l'autoroute à plusieurs dizaines de kilomètres de chez elle[38].

La volonté des manifestants de s'approprier la journée du samedi comme nouveau jour de contestation rencontre une opposition brutale des forces de sécurité[39]. Le Premier ministre algérien, Abdelaziz Djerad, condamne « l'occupation excessive de la voie publique » par les manifestants et estime que la solution passe par la révision constitutionnelle annoncée par le Président Tebboune[40]. Une réforme de la Constitution qualifiée de « non-événement » par Amina Haddad, membre du CNLD[41]. Cette dernière sera d'ailleurs interpellée lors d'une marche du samedi, en compagnie du journaliste Khaled Drareni[42].

Durant la pandémie de Covid-19[modifier | modifier le code]

Face à l'émergence de cas de Covid-19 en Algérie, de nombreuses personnalités du Hirak, dont des membres du CNLD, appellent à une « trêve sanitaire » dans l'organisation des actions de protestation[43],[44].

Profitant de l'arrêt des manifestations, le pouvoir algérien saisit l'opportunité pour accentuer la répression[45] et s'empresse de faire adopter une loi criminalisant la diffusion de « fausses informations », une démarche dont l'objectif serait de museler les réseaux sociaux[46] et la liberté de la presse selon RSF[47].

Le CNLD déplore la multiplication des convocations d'activistes par la police[48], des placements en garde à vue et arrestations de simples citoyens pour avoir des publications sur Facebook[49].

Dénonciations des conditions de détention[modifier | modifier le code]

Le CNLD dénonce régulièrement les mauvaises conditions de détention des prisonniers politiques dont la mise à l'isolement de certains, la surcharge des cellules et le manque d'eau potable y compris en période caniculaire[50],[51].

L'association a attiré l'attention de l'opinion publique sur plusieurs cas emblématiques tels que celui de Bilal Ziane, détenu atteint d'un cancer et suivant une chimiothérapie[52] ou encore celui du moudjahid Lakhdar Bouregâa, 86 ans, ayant subi une intervention chirurgicale sans que ne soient informés sa famille ou ses avocats[53].

Autre cas, celui de Samira Messouci, élue RCD de l'APW de Tizi Ouzou, qui s'est vue refuser l'accès à l'infirmerie de la prison tant qu'elle ne porte pas le hijab. Même après avoir porté un foulard kabyle traditionnel (amendil), son accès aux soins a été rejeté[54],[55].

Après avoir quitté la prison d'El Harrach, l'ex-détenu d'opinion, Messaoud Leftissi, a témoigné des conditions « inhumaines » de sa détention en termes de nourriture, d'accès aux soins et d’hébergement[56].

Maîtres Abdelghani Badi et Mohamed Kerma, avocats membres du CNLD, ont également tiré la sonnette d'alarme concernant le sort du blogueur Abdellah Benaoum, craignant une mort en prison à l'instar de Mohamed Tamalt et Kamel Eddine Fekhar[57],[58]. Abdellah Benaoum sera libéré en juin 2019[59] après une longue grève de la faim[60]. De nouveau arrêté quelques mois plus tard, il est actuellement en détention.

Du coté des autorités algériennes, le ministre de la justice, Belkacem Zeghmati, a qualifié de « mensongères » les accusations du CNLD concernant les conditions de détention des prisonniers politiques[61].

Combat pour l’indépendance de la justice et procès emblématiques[modifier | modifier le code]

Dès sa création, le CNLD prend position contre l'instrumentalisation de la justice algérienne par le pouvoir politique[62]. Le comité dénonce le comportement de certains magistrats, accusés de « décourager les avocats » de se déplacer aux audiences en les informant par SMS au dernier moment de la comparution des détenus et « d'attendre des ordres venus d'en haut pour prendre une décision »[63]

Cette accusation de « justice du téléphone »[64] est fortement contestée par le gouvernement algérien et par l'armée qui affirment que la justice algérienne agit en toute indépendance[65],[66].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Installation d’un comité national lundi prochain » [archive du ], sur Liberté, (consulté le 26 décembre 2019)
  2. a et b Khelifa Litamine, « Création d’un comité national pour la libération des détenus du Hirak » [archive du ], sur Algérie Eco, (consulté le 26 décembre 2019)
  3. a b c d et e « Algérie : appel à libérer les personnes arrêtées lors des manifestations », sur Jeune Afrique, (consulté le 26 décembre 2019)
  4. « Selon le CNLD, 1345 poursuites judiciaires sont recensées : Poursuite des arrestations ciblant les activistes du Hirak | El Watan », sur www.elwatan.com (consulté le 20 août 2020)
  5. « Avec le coronavirus, le Hirak observe une "trêve sanitaire" », sur LExpress.fr, (consulté le 20 août 2020)
  6. « Algérie. Il faut mettre un terme à la répression contre les militant·e·s du Hirak et les journalistes dans le contexte du COVID-19 », sur www.amnesty.org (consulté le 20 août 2020)
  7. « Vague de répression en Algérie contre les militants du « Hirak » », sur Les Echos, (consulté le 20 août 2020)
  8. « Contestation en Algérie: les avocats défilent pour l'indépendance de la justice », sur L'Orient-Le Jour, (consulté le 20 août 2020)
  9. « Détenus d’opinion : Le long combat des avocats de la liberté | El Watan », sur www.elwatan.com (consulté le 20 août 2020)
  10. a b et c Samia Djouder, « Kaci Tansaout. Coordinateur du Comité national pour la libération des détenus (CNLD) » [archive du ], sur Avant-Garde (Algérie), (consulté le 26 décembre 2019)
  11. « Comité National pour la Libération des Détenus - CNLD », sur www.facebook.com (consulté le 20 août 2020)
  12. a et b Hocine Lamriben, « Kaci Tansaout. Coordinateur du CNLD : «Il n’y a aucun signe d’apaisement» », sur El Watan, (consulté le 26 décembre 2019)
  13. « Manifestations. Algérie : en s’en prenant au drapeau berbère, “Gaïd Salah joue avec le feu” », sur Courrier international, (consulté le 20 août 2020)
  14. « Pourquoi les autorités algériennes interdisent le drapeau berbère dans les manifestations », sur France 24, (consulté le 20 août 2020)
  15. « Algérie: nouvel acquittement dans un procès pour port du drapeau berbère », sur Le Figaro, (consulté le 26 décembre 2019)
  16. « Hakim Aissi acquitté par la justice à Mostaganem », sur l'Avant-Garde | Site d'Information des Luttes Progressistes (consulté le 20 août 2020)
  17. Amélia Guatri, « 6 mois de prison ferme requis pour port du maillot de la JSK ! », sur DzVID, (consulté le 20 août 2020)
  18. Rédaction AE, « Drapeau amazigh et T-shirt de la JSK à Oran : Six mois de prison requis contre trois manifestants », sur Algerie Eco, (consulté le 20 août 2020)
  19. « Commémoration du 5 octobre: une véritable chasse à l’homme à Alger », sur Ameslay, (consulté le 20 août 2020)
  20. « Kaci Tansaout. Coordinateur du Comité national pour la libération des détenus (cnld) : «Nous assistons à de véritables kidnappings» | El Watan », sur www.elwatan.com (consulté le 20 août 2020)
  21. « Le CNLD dénonce des intimidations contre des journalistes et des avocats », sur TSA, (consulté le 20 août 2020)
  22. « Algérie: vendredi de manifestations malgré la main tendue du président », sur RFI, (consulté le 20 août 2020)
  23. Iddir Nadir, « Réaction des autorités après l’invitation au dialogue de Tebboune : Répression ou mesures d’apaisement ? », sur El Watan, (consulté le 26 décembre 2019)
  24. Amaria Benamara, « En Algérie, les détenus du Hirak sortent de prison », sur Libération.fr, (consulté le 20 août 2020)
  25. La Rédaction, « Hirak : 76 détenus d'opinion libérés », sur DzVID, (consulté le 20 août 2020)
  26. « Algérie. De nombreux contestataires, dont une figure du mouvement, libérés », sur Ouest-France
  27. « Hirak : 13 détenus retrouvent la liberté | El Watan », sur www.elwatan.com (consulté le 20 août 2020)
  28. Rédaction AE, « Alger : Cinq détenus du Hirak quittent la prison d'El Harrach », sur Algerie Eco, (consulté le 20 août 2020)
  29. « Quatre détenus du drapeau Amazigh, dont un palestinien, devant le juge d’instruction », sur l'Avant-Garde | Site d'Information des Luttes Progressistes (consulté le 20 août 2020)
  30. a et b « Sidi M’Hamed : quatre détenus du Hirak condamnés à deux mois avec sursis »
  31. « ALERTE – Lakhdar Bouregaa libéré », sur TSA,
  32. Zineddine Bouhaddadoua, « URGENT-Le Moudjahid Lakhdar Bouregâa libéré », sur ALG24,
  33. a et b « Algérie : L'artiste Nime condamné à 1 an de prison dont 3 mois ferme », sur Dzair Daily, dzairdaily, (consulté le 2 janvier 2020).
  34. « Des dizaines de détenus du Hirak libérés »
  35. Souag Abdelouahab, « Le militant des droits de l’homme Hadj Ghermoul écroué à Mascara », sur El Watan, (consulté le 30 décembre 2019)
  36. « Hirak : Cinq détenus libérés par la cour d’Alger »
  37. « En Algérie, un an de prison ferme requis contre une figure de la contestation », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 22 août 2020)
  38. « CNLD : « Khalti Baya » arrêtée puis abandonnée sur l’autoroute par la police - Algerie360 », sur www.algerie360.com, (consulté le 22 août 2020)
  39. Rédaction AE, « Alger : Une vingtaine de manifestants arrêtés, khalti Baya violentée - Algerie Eco », Algerie Eco,‎ (lire en ligne, consulté le 22 août 2020)
  40. Yasmine Marouf-Araibi, « Djerad appelle les manifestants à atténuer “l’occupation excessive de la voie publique” », sur INTERLIGNES Algérie, (consulté le 22 août 2020)
  41. « En Algérie, « les arrestations et les condamnations se multiplient » », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le 22 août 2020)
  42. « Marche du quatrième samedi du hirak à Alger : Des dizaines d’arrestations parmi les manifestants | El Watan », sur www.elwatan.com (consulté le 22 août 2020)
  43. Le Point magazine, « En Algérie, le "Hirak" forcé de muter face au coronavirus », sur Le Point, (consulté le 22 août 2020)
  44. liberte-algerie.com, « Le hirak fait respecter la trêve: Toute l'actualité sur liberte-algerie.com », sur http://www.liberte-algerie.com/ (consulté le 22 août 2020)
  45. Melissa NAIT ALI, « Profitant de la trêve sanitaire du Hirak : Le pouvoir accentue la persécution des militants et activistes politiques », sur INTERLIGNES Algérie, (consulté le 22 août 2020)
  46. Rédaction, « Réactions de dénonciation du projet de loi criminalisant les «fake news» », sur Algérie Patriotique, (consulté le 22 août 2020)
  47. « Projet de loi anti "fake news" en Algérie : comment museler un peu plus la liberté de la presse | Reporters sans frontières », sur RSF, (consulté le 22 août 2020)
  48. « Les convocations pleuvent sur les activistes du Hirak », sur Maghreb Émergent, (consulté le 22 août 2020)
  49. « Algérie. Comment le pouvoir travaille à la casse du Hirak », sur L'Humanité, (consulté le 22 août 2020)
  50. « Détenus du Hirak : Le CNLD dénonce de nouveau les «mauvaises» conditions de détention | El Watan », sur www.elwatan.com (consulté le 20 août 2020)
  51. « Kaci Tansaout. Coordinateur du Comité national pour la libération des détenus (CNLD) », sur l'Avant-Garde | Site d'Information des Luttes Progressistes (consulté le 20 août 2020)
  52. « La justice refuse de libérer le détenu d’opinion cancéreux, Bilal Ziane - Algerie360 », sur www.algerie360.com, (consulté le 20 août 2020)
  53. « Lakhdar Bouregâa en réanimation à l'hôpital Mustapha d'Alger », sur Algérie Patriotique, (consulté le 20 août 2020)
  54. « Hirak : Le CNLD s’indigne du traitement réservé aux détenus d’opinion | El Watan », sur www.elwatan.com (consulté le 20 août 2020)
  55. Rédaction AE, « Détenus du Hirak : Le CNLD dénonce les "graves dérives du ministère de la justice et l’administration de la prison d’El Harrach" », sur Algerie Eco, (consulté le 20 août 2020)
  56. « EXCLUSIF : Messaoud Leftissi à Ameslay : « L’emblème Amazigh est la symbolique de la diversité algérienne qui fait peur à ce pouvoir » », sur Ameslay, (consulté le 20 août 2020)
  57. Massinissa Mansour, « Il est à son 81e jour de grève de la faim / Le blogueur Abdellah Ben Naoum risque lui aussi de mourir en détention ! », sur Algerie Focus, (consulté le 20 août 2020)
  58. « Dégradation dangereuse de l’état de santé du blogueur Abdellah Benaoum | El Watan », sur www.elwatan.com (consulté le 20 août 2020)
  59. « En grève de la faim depuis plus de deux mois.. Abdellah Ben Naoum en liberté provisoire », sur Le Temps d'Algérie (consulté le 20 août 2020)
  60. « En grève de la faim depuis presque 3 mois : Abdellah Benaoum placé en soins intensifs au CHU de Sidi Bel Abbès | El Watan », sur www.elwatan.com (consulté le 20 août 2020)
  61. « Le ministre de la justice répond aux critiques sur le traitement des détenus du Hirak - Algerie360 », sur www.algerie360.com, (consulté le 20 août 2020)
  62. liberte-algerie.com, « Mandat de dépôt : la banalisation: Toute l'actualité sur liberte-algerie.com », sur http://www.liberte-algerie.com/ (consulté le 22 août 2020)
  63. liberte-algerie.com, « Le CNLD dénonce les agissements de certains magistrats: Toute l'actualité sur liberte-algerie.com », sur http://www.liberte-algerie.com/ (consulté le 22 août 2020)
  64. Ouramdane Mehenni, « « La justice continue de fonctionner avec le téléphone » (CNLD) », sur Algerie Eco, (consulté le 22 août 2020)
  65. « "La justice agit en toute indépendance" (Gaïd Salah) », sur Maghreb Émergent, (consulté le 22 août 2020)
  66. https://psdhtml.me, « L'Expression: Vidéos - Zeghmati parle de l’indépendance de la justice », sur L'Expression (consulté le 22 août 2020)

Iddir Nadir, « Kaci Tansaout. Coordinateur du Comité national pour la libération des détenus (cnld) : «Nous assistons à de véritables kidnappings» », sur El Watan, (consulté le 26 décembre 2019).

Mehenni Ouramdane, « Hirak : liste des détenus depuis le 22 février (actualisée) » [archive du ], sur Algérie Eco, (consulté le 26 décembre 2019)

« La demande de liberté provisoire de Samir Benlarbi renvoyée à dimanche prochain », sur El Watan, (consulté le 26 décembre 2019)