Comité de Turin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le Comité de Turin fut organisé en 1790 à l'initiative du comte d'Artois (futur Charles X de France), ville où il s'était installé suit à l'émigration noble. Il avait pour vocation essentielle d’organiser la contre-révolution depuis l’étranger. Il était composé de Louis Joseph de Bourbon, prince de Condé et de ses fils, du comte d'Artois, du duc de Sérent, des marquis d'Autichamp et de la Rouzière.

Fonction[modifier | modifier le code]

Il se donnait pour but d'organiser la contre-révolution, de mettre sur pied un programme cohérent à partir des informations venues de France.

Par malheur, aucun de ses membres n'avaient la tête politique. Le prince de Condé, malgré ses expériences brûlaient de se battre, croyant qu'il lui suffirait de paraître pour balayer les régiments désorganisés par l'indiscipline.

Stratégie du comte d'Artois[modifier | modifier le code]

Le comte d'Artois (futur Charles X de France) se rangeait parmi les moins déraisonnables, encore qu'il se fit beaucoup d'illusions sur ses capacités et sur les dispositions des souverains d'Europe à l'égard de la France. Son idée maîtresse restait de promouvoir la contre-révolution à la fois de l'extérieur et de l'intérieur, en d'autres termes d'exploiter l'hostilité de certaines provinces à l'égard de l'Assemblée nationale et de solliciter le concours des armées étrangères. De plus, ces têtes folles finirent par se convaincre que seuls les émigrés pouvaient se targuer d'être les défenseurs de Louis XVI de France. Une telle doctrine était faite pour séduire le comte d'Artois.