Comité d’action antibolchévique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Image de l'exposition Le Bolchevisme contre l'Europe.

Le Comité d’action antibolchévique (CAA) est une organisation collaborationniste française pendant l'occupation allemande.

Le Comité d’action antibolchévique est créé en juillet 1941 par l'écrivain de marine Paul Chack peu après l'invasion de l'Union soviétique par l'Allemagne nazie, en vue d'apporter son soutien à cette dernière.

L'activité principale du CAA sera le soutien à la Légion des volontaires français contre le bolchévisme, dont il devient quasiment une annexe, chargée de la propagande. Le CAA édite toute une série d'opuscules dans lesquels l'anticommunisme se mêle à un antisémitisme forcené. Il organisera par ailleurs plusieurs campagnes et expositions sur les mêmes thèmes. Une exposition d'affiches itinérante à travers les principales villes françaises sera ainsi organisée en 1942, intitulée « le Bolchevisme contre l'Europe ». Sa propagande caricaturale reste l'un des exemples type de la collaboration.

Proche du Rassemblement national populaire, parti collaborationniste de Marcel Déat, le Comité d’action antibolchévique participera également à l'éphémère Front révolutionnaire national (tentative avortée de parti unique) lancé par Marcel Déat en 1943.

Membres : le CAA compte environ un millier de membres (dont bon nombre appartiennent aussi à d’autres organisations de la Collaboration).

Tonia Masse, secrétaire de l'organisation, a été retrouvée dans la Seine à Bougival le 4 octobre 1941, étranglée et noyée dans un sac cousu et lesté de pierres[réf. nécessaire].

Dirigeants du Comité d’action antibolchévique[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Lambert, Pierre Philippe et Le Marec, Gérard, Partis et mouvements de la collaboration, Paris, Ed Jacques Grancher, 1993.