Comité consultatif de Bretagne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le Comité consultatif de Bretagne fut créé le par Jean Quénette, préfet de la région Bretagne. Le 12 octobre 1942 se tient l'assemblée constitutive. Les buts essentiels de cet organisme sont :

  • Article 2 : « Ce comité a pour mission d'étudier, donner son avis, présenter ses suggestions sur les questions culturelles, linguistiques, folkloriques et, en général, tout ce qui peut intéresser les traditions et la vie intellectuelle bretonne. »

Ainsi le rôle assigné à ce conseil était-il double :

  • proposition de réformes - en dehors des domaines politique et économique
  • analyse des questions culturelles

« Organisme d'étude et de travail », selon Yvonnig Gicquel, il ne dispose d'aucun des pouvoirs de décision et d'exécution (contrairement au vœu d'un parlement provincial tel que le concevaient les adeptes de la doctrine régionaliste bretonne). La volonté de ses membres, tous nommés par le gouvernement de Vichy (dont des membres de l'URB, de la FRB, de mouvements culturels, du PNB comme Yann Fouéré, l'abbé Perrot, François Taldir-Jaffrenou - mais aussi de régionalistes qui furent aussi résistants, comme André Dezarrois du réseau OCM, Joseph Martray du réseau Défense de la France), fut de transformer ce comité consultatif en véritable assemblée légiférante sur le plan des problèmes régionaux.

« Les personnalités bretonnes et les représentants des grandes associations bretonnes, réunis à Rennes le , félicitent M. Quénette, préfet régional de l'initiative qu'il a prise de les convoquer pour étudier les problèmes bretons, le remercient d'avoir créé le Comité consultatif de Bretagne et le prient d'être leur interprète auprès du maréchal Pétain, chef de l'État et chef du gouvernement, pour lui présenter le témoignage de leur loyal dévouement ».

Il s'est réuni une fois au château de Josselin, en compagnie d'Alain de Rohan.


Sa création fut précédée d'un appel, en 1942, sous forme d'un texte de vœux, lancé par des comités des "Amis de la Bretagne" (personnalités des 5 départements de divers horizons), adoptés par près de 200 communes des 5 départements bretons. Ce vœu préfigurait les grandes revendications du futur conseil consultatif de Bretagne (enseignement de l'histoire de Bretagne et du breton, unité du territoire avec la Loire-Inférieure,institutions régionales...)[1]. Selon le documentaire d'Hubert Béasse Berlin Vichy Bretagne, qui présente comment les différentes composantes des mouvements bretons ont été partagés et « utilisées » entre les options pro nazies, le maréchalisme de Vichy, la neutralité et l'engagement de certains dans la Résistance, le comité consultatif de Bretagne a été une réponse régionaliste de Vichy pour faire face à l'appui des nazis à certains dirigeants nationalistes bretons, en les instrumentalisant.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]