Comic Sans

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Comic Sans MS)
Comic Sans
Description de l'image ComicSansSpec3.svg.
Présentation
Type manuaire
Créée 1995
Auteur(s) Vincent Connare
Entreprise Microsoft
Variations Comic Sans MS, Comic Sans Pro

Exemple

Description de l'image Comic_Sans_sample.svg.

Comic Sans (prononcé /ˈkɒm.ɪk ˈsænz/ en anglais) est une police de caractères populaire créée par Vincent Connare pour la société Microsoft en 1995.

Initialement publiée dans le pack Plus Windows, elle est distribuée par Microsoft avec Windows, et ce depuis Windows 95. Elle a été téléchargeable avec les Core fonts for the Web.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le designer Vincent Connare déclare qu'il a commencé son travail sur la police Comic Sans en . Connare a déjà réalisé un certain nombre de polices de caractères destinées aux enfants pour diverses applications. Quand il vit une bêta de Microsoft Bob qui utilise la police Times New Roman dans ses phylactères, il décide de créer une nouvelle police fondée sur l'écriture (manuscrite) des bandes dessinées, les comics, qu'il a dans son bureau, c'est-à-dire Watchmen et Batman: Dark Knight[1],[2],[3]. Le terme « Sans » indique l'absence d'empattement (sérif) et le « MS » désigne Microsoft.

Il achève son travail sur cette police trop tard pour qu'elle puisse être incluse dans Microsoft Bob, mais le programmeur de Microsoft 3D Movie Maker (en) la choisit pour ce programme. Entre-temps, Comic Sans commence à circuler parmi les employés de Microsoft, qui s'en servent pour des messages de fêtes d'anniversaire ou d'annonces d'événements[3].

Elle devint une police de base dans les versions OEM de Windows 95. Finalement, cette police devint une des polices par défaut de Microsoft Publisher et Internet Explorer. Comic Sans MS est également utilisée dans Microsoft Comic Chat, lequel sortit en 1996 avec Internet Explorer 3.

En , une version OpenType étendue, Comic Sans Pro, est publiée.

Critiques[modifier | modifier le code]

Comic Sans MS fait l'objet d'une campagne lancée par des graphistes afin de l'éliminer ou d'en diminuer l'usage. Cette campagne se fonde sur des critiques formulées par certains puristes de la typographie qui la trouvent puérile[2],[4], mal conçue, mal dessinée[5], et souvent utilisée à mauvais escient[2]. Il est de plus reproché à la police de ne pas avoir de fonte spécifique pour l'italique ou le gras et de ne pas avoir de table de crénage. Les critiques affirment enfin que son inclusion dans le « pack » de polices de base de Microsoft conduit à un usage inapproprié — comme dans le corps de texte d'un document, par exemple.

En 2010, Time Magazine inclut Microsoft Bob dans une liste des 50 pires inventions. L'article reproche au logiciel notamment d'avoir introduit Comic Sans MS, « peut-être la pire police de caractères de tous les temps »[2],[6].

Le créateur de la police, Vincent Connare, répond à ces reproches en soulignant que cette police n'a pas pour but de devenir une police à usage général, mais de servir comme écriture dans des programmes pour enfants[7].

Aujourd'hui, cette police est toujours critiquée, mais est tout de même fréquemment utilisée.[évasif] Par exemple, le , la police est utilisée par le CERN lors de sa conférence de presse annonçant la découverte du boson de Higgs, ce qui suscite des réactions interloquées[8].

Avantages[modifier | modifier le code]

La police Comic Sans fait partie des polices recommandées pour les dyslexiques[9].

Polices proches[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Simon Garfield, « What's so wrong with Comic Sans? », BBC,
  2. a b c et d Jacques Drillon, « La pire police », Le Nouvel Observateur, no 2479,‎ , p. 116 (ISSN 0029-4713)
  3. a et b (en) Ben Beaumont-Thomas, « How we made the typeface Comic Sans », The Guardian,‎ (lire en ligne)
  4. Jacques Munier, « Petite histoire de la typographie / Revue Area », sur franceculture.fr, (consulté le ).
  5. (en) Patrick Kingsley, « In defence of the Comic Sans font », The Guardian, .
  6. (en) Dan Fletcher, « The 50 Worst Inventions : Microsoft Bob », sur time.com, (consulté le ).
  7. (en) Mike Miliard, « Fighting the good fight against a very bad font », The Phoenix, .
  8. (en) Sam Byford, « CERN scientists inexplicably present Higgs boson findings in Comic Sans », The Verge,‎ (lire en ligne)
  9. Emmanuelle Dal'Secco, « Dyslexiques : une nouvelle police pour mieux lire », sur handicap.fr, (consulté le )

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]