Combo (artiste)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Combo
Combo Culture Kidnapper.jpg
Nationalité
Activités
Mouvement

Combo, ou Combo Culture Kidnapper, est un street artist[1] français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né d’un père libanais chrétien et d’une mère marocaine musulmane[2], il grandit dans le sud de la France avant de s’installer à Paris en 2010.

Il travaille jusqu’en 2012 comme directeur artistique pour une agence de publicité.
En [3],[4], il s’introduit dans la zone interdite de Tchernobyl pour y coller de véritables affiches de publicité qui font l’apologie de l’énergie nucléaire, afin de célébrer le premier anniversaire de l’accident de la centrale de Fukushima.

En , dans les rues de Hong Kong, il colle des pages Google censurées par le Parti[5] : les manifestations de la place Tian’anmen, la récente arrestation de l’artiste Ai Weiwei, le Tibet.

Début , Combo s’installe rue des Petits-Carreaux, dans le 2e arrondissementde Paris, pour sa deuxième exposition et colle un portrait de Maître Yoda à moustache de dix mètres de haut, Old-Up[6].

Le , Combo est agressé par quatre jeunes[7] porte Dorée à Paris, alors qu’il terminait la reproduction du logo Coexist (créé par l’artiste polonais Piotr Młodożeniec en 2005), logo jouant sur les symboles des trois principales religions monothéistes[8],[9].

Du au , l’Institut du monde arabe accueille une exposition de Combo intitulée « Coexist », en souvenir des grandes marches républicaines de .

En 2016 Combo signe l'affiche officielle de la 35e Fête de la musique. On y retrouve par ailleurs l'artiste Masoe.

À partir du , avec trois autres artistes, il colle sur les panneaux d’affichage électoraux de Paris des affiches qui parodient celles des candidats à l’élection présidentielle française. Chaque affiche met en scène un personnage issu de la bande dessinée (par exemple Schtroumpf grognon) ou du cinéma d’animation (Pinocchio, la Petite Sirène, Cendrillon) et un slogan (« Moi j’aime pas les élections », « Jiminy Cricket n’a jamais été mon assistant parlementaire », « En nage », « Ma robe et mes souliers m’ont été offerts par une amie »). « L’objectif est de faire comprendre le champ lexical qui est derrière les slogans des candidats, de les décoder et de les décrypter », a déclaré Combo au site du quotidien Le Monde le [10].

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]