Combat de Talahandak

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Combat de Talahandak

Informations générales
Date 24 -
Lieu Talahandak
Issue Victoire d'Ansar Dine
Belligérants
MNLA flag.svg MNLAShababFlag.svg Ansar Dine
Commandants
Sidi Mohamed Ag Saïd, dit « Trois-Trois »
Forces en présence
~ 100 à 250 hommes[1]~ 100 à 300 hommes[1]
15 pick-up[2]
Pertes
21 morts[1]
~ 20 prisonniers[1]
2 pick-up détruits[3]
15 morts[1]

Guerre du Mali

Coordonnées 20° 24′ 46″ nord, 1° 39′ 25″ est

Géolocalisation sur la carte : Monde

(Voir situation sur carte : Monde)
Combat de Talahandak

Géolocalisation sur la carte : Afrique

(Voir situation sur carte : Afrique)
Combat de Talahandak

Géolocalisation sur la carte : Mali

(Voir situation sur carte : Mali)
Combat de Talahandak

Le combat de Talahandak est attaque est menée par Ansar Dine contre une position du MNLA, le lors de la guerre du Mali.

Prélude[modifier | modifier le code]

À partir de l'année 2014, un chef du MNLA, Sidi Mohamed Ag Saïd, dit « Trois-Trois », se montre particulièrement actif contre les forces djihadistes dans les environs de Tessalit, Aguel'hoc, Abeïbara et Boghassa. À la tête d'un groupe appelé l'« unité anti-terroriste », fort de 250 hommes, « Trois-Trois » est placé directement sous le commandement de Mohamed Ag Najem, le chef de la branche militaire du MNLA. De 2014 à 2016, ses hommes revendiquent la destruction de 14 polices islamiques (hisba) et la récupération de 16 véhicules, d'environ 60 motos, d'armes et de divers appareils comme des téléphones. Il s'attire cependant l'hostilité d'Ansar Dine, qui dispose de 250 à 300 hommes, particulièrement en force à Abeïbara, Boghassa et Tenessako[1].

Selon Baba Ahmed, journaliste à Jeune Afrique, une action en janvier 2014 à Aguel'hoc marque le début des hostilités. Les forces du MNLA capturent alors quatre poseurs de mines qui sont remis aux soldats tchadiens de la MINUSMA. Trois-Trois promet alors de « détruire les terroristes qui tuent nos populations et occupent illégalement nos terres ». Furieux, Iyad Ag Ghali met sa tête à prix. Bilal Ag Acherif, le secrétaire-général du MNLA, obtient cependant une trêve quelques mois plus tard, après être entré en contact avec Ag Ghali par l'intermédiaire d'un marabout[1].

Mais Trois-Trois reprend par la suite ses actions. Le , le MNLA mène un raid du côté de Boghassa et intercepte un groupe de huit hommes d'Ansar Dine à moto. L'affrontement éclate, quatre djihadistes sont tués et quatre autres faits prisonniers[4],[5],[1].

Déroulement[modifier | modifier le code]

Le matin du , un poste du MNLA à Talahandak, près de la frontière algérienne, est attaqué par les forces d'Ansar Dine[6]. Selon Ambéry Ag Rhissa, membre de la CMA, les djihadistes lancent l'assaut avec quinze pick-up armés de mitrailleuses et de mortiers, qui pénètrent dans le village en se mêlant à la population[2]. Après trois heures de combats, les forces du MNLA, inférieures en nombre, se replient[2],[4]. La maison du commandant du groupe rebelle est incendiée, des commerces auraient également été ravagés[2],[3]. L'attaque est menée en représailles au raid mené le 19 décembre à Boghassa par Trois-Trois[4],[5],[1].

Les forces d'Ansar Dine tiennent le poste pendant quelques heures, puis elles se replient en emportant leur butin[2],[4]. Les rebelles parviennent à rentrer dans le village dans la soirée[2],[4].

La CMA mobilise alors des renforts qui font mouvement vers Talahandak, mais le lendemain ils tombent dans une embuscade tendue par les djihadistes[7],[1].

Les pertes[modifier | modifier le code]

Le MNLA annonce dans un communiqué publié le 25 décembre que six de ses hommes ont été tués, plusieurs autres blessés et deux véhicules détruits. Le groupe affirme ignorer le bilan du côté des assaillants, mais précise que ces derniers ont également eu des tués et des blessés[3],[8].

Le 26 décembre, Sidi Ould Ibrahim Sidat responsable du MAA et de la CMA affirme que quatre autres rebelles ont été tués dans l'embuscade tendue contre les renforts[7].

Ansar Dine revendique l'attaque le 26 décembre, qu'il affirme avoir mené contre une caserne commandée par « TerwaTerwa ». Dans son communiqué, le groupe djihadiste affirme que 11 « agents de la France » ont été tués, que des armes et des véhicules ont été saisis et que des « prisonniers moujahidines » ont été délivrés[9],[10],[8],[11].

Selon Baba Ahmed, journaliste de Jeune Afrique, le bilan de l'attaque de Talahandak et de l'embuscade du lendemain est de 21 morts et environ 20 hommes capturés du côté du MNLA et de 15 morts pour Ansar Dine[1]. Un frère de Trois-Trois et un frère de Bilal Ag Acherif figurent parmi les morts côté MNLA[1].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k et l Baba Ahmed, Nord du Mali : la guerre est déclarée entre le MNLA et Iyad Ag Ghali, Jeune Afrique, 22 janvier 2016.
  2. a, b, c, d, e et f Une base de la CMA attaquée par des terroristes à Falahandak, Studio Tamani, 25 décembre 2015.
  3. a, b et c Communiqué sur l'attaque terroriste à Talahandak, MNLAMOV, 25 décembre 2015.
  4. a, b, c, d et e Talhandaq: Attaque terroriste contre un poste du MNLA, Toumast Press, 24 décembre 2015.
  5. a et b Mali : Combats entre une unité Touareg et des terroristes d’AQMI, impact24.info, 19 décembre 2015.
  6. Mali: dans le Nord, «terroristes» contre rebelles, RFI, 26 décembre 2015.
  7. a et b Mali: 10 touaregs tués par des djihadistes, Le Figaro avec AFP, 26 décembre 2015.
  8. a et b Mali: au moins 6 morts dans une attaque revendiquée par des jihadistes à Kidal, AFP, 26 décembre 2015.
  9. Ansar Dine revendique l’attaque de la base malienne de Telhendak, Agence de Presse Africaine, 26 décembre 2015.
  10. Gilles N., Communiqué d'AQMI sur les attaques d'Ansar al-Din cette semaine, twitter, 26 décembre 2015.
  11. Mali: Ansar Dine revendique une attaque contre ses ex-alliés de la CMA, RFI, 27 décembre 2015.

Vidéographie[modifier | modifier le code]