Combat de Tabankort (2014)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Combat de Tabankort)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne doit pas être confondu avec Combat de Tabankort (2011).
Combat de Tabankort

Informations générales
Date
Lieu Tabankort, près d'Anéfis
Issue Victoire française
Belligérants
Drapeau de la France FranceFlag of Jihad.svg Al-Mourabitoune
Commandants
Ahmed al-Tilemsi
Forces en présence
inconnues~ 15 hommes[1]
Pertes
aucune[2]7 morts[3]
3 prisonniers[3]

Guerre du Mali

Coordonnées 17° 43′ 46″ nord, 0° 12′ 22″ est

Géolocalisation sur la carte : Monde

(Voir situation sur carte : Monde)
Combat de Tabankort

Géolocalisation sur la carte : Afrique

(Voir situation sur carte : Afrique)
Combat de Tabankort

Géolocalisation sur la carte : Mali

(Voir situation sur carte : Mali)
Combat de Tabankort

Le combat de Tabankort se déroule pendant l'Opération Barkhane, lors de la guerre du Mali.

Déroulement[modifier | modifier le code]

La nuit du 10 au , à la suite d'un « renseignement d’opportunité », l'armée française lance une opération contre un groupe de djihadistes repérés dans la région de Gao[4],[5]. L'affrontement a lieu dans la zone de Tabankort, près de la ville d'Anéfis[2],[6].

Selon le Ministère malien de la Défense, les armées françaises et maliennes mènent une « opération conjointe »[2]. Cependant, si les Français indiquent que l'opération a été conduite en « coordination avec les autorités maliennes »[5], ces derniers précisent qu'aucun Malien n'a participé à l'assaut[7].

L'affrontement s'engage à l'aube, les forces spéciales françaises attaquent le campement où sont rassemblés une quinzaine de djihadistes. Ces derniers tentent de résister mais ils sont presque tous mis hors combat[1],[7].

Les pertes[modifier | modifier le code]

Selon le Ministère français de la Défense, une dizaine de djihadistes sont « neutralisés »[4],[5]. D'après le communiqué du Ministère malien de la Défense, le bilan est plus précisément de 7 morts et 3 prisonniers[2],[3]. Parmi les morts, figure Ahmed al-Tilemsi, un important responsable d'Al-Mourabitoune[8],[5]. Les Français ne déplorent quant à eux aucune perte, ni aucun dégât matériel[2].

Le , Al-Mourabitoune confirme la mort d'Ahmed al-Tilemsi et de six autres combattants, dans un message remis à l'agence de presse mauritanienne Alakhbar[9],[10].

Références[modifier | modifier le code]