Combat de Tabankort

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Combat de Tabankort
Informations générales
Date
Lieu Tabankort, près d'Anéfis
Issue Victoire française
Belligérants
Drapeau de la France France Flag of Jihad.svg Al-Mourabitoune
Commandants
Ahmed al-Tilemsi
Forces en présence
inconnues ~ 15 hommes[1]
Pertes
aucune 7 morts[2]
3 prisonniers[2]

Guerre du Mali

Batailles

Tchibarakaten · Ametettaï · Tabankort · Abeïbara · Gourma-Rharous · Foulsaré · Serma · Tin Biden
Coordonnées 17° 43′ 46″ nord, 0° 12′ 22″ est

Géolocalisation sur la carte : Monde

(Voir situation sur carte : Monde)
Combat de Tabankort

Géolocalisation sur la carte : Afrique

(Voir situation sur carte : Afrique)
Combat de Tabankort

Géolocalisation sur la carte : Mali

(Voir situation sur carte : Mali)
Combat de Tabankort

Le combat de Tabankort se déroule pendant l'Opération Barkhane, lors de la guerre du Mali.

Déroulement[modifier | modifier le code]

La nuit du 10 au , à la suite d'un « renseignement d’opportunité », l'armée française lance une opération contre un groupe de djihadistes repérés dans la région de Gao[3],[4]. L'affrontement a lieu dans la zone de Tabankort, près de la ville d'Anéfis[5],[6].

Selon le Ministère malien de la Défense, les armées françaises et maliennes mènent une « opération conjointe »[5]. Cependant, si les Français indiquent que l'opération a été conduite en « coordination avec les autorités maliennes »[4], ces derniers précisent qu'aucun Malien n'a participé à l'assaut[7].

L'affrontement s'engage à l'aube, les forces spéciales françaises attaquent le campement où sont rassemblés une quinzaine de djihadistes. Ces derniers tentent de résister mais ils sont presque tous mis hors combat[1],[7].

Les pertes[modifier | modifier le code]

Selon le Ministère français de la Défense, une dizaine de djihadistes sont « neutralisés »[3],[4]. D'après le communiqué du Ministère malien de la Défense, le bilan est plus précisément de 7 morts et 3 prisonniers[5],[2]. Parmi les morts, figure Ahmed al-Tilemsi, un important responsable d'Al-Mourabitoune[8],[4]. Les Français ne déplorent quant à eux aucune perte, ni aucun dégât matériel[5].

Le , Al-Mourabitoune confirme la mort d'Ahmed al-Tilemsi et de six autres combattants, dans un message remis à l'agence de presse mauritanienne Alakhbar[9],[10].

Références[modifier | modifier le code]