Premier combat de Pontsal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Combat de Pontsal)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Deuxième combat de Pontsal.
Combat de Pontsal
Informations générales
Date 26 juin 1795
Lieu Plougoumelen
Issue Victoire des Chouans
Belligérants
Flag of France.svg Républicains Royal Standard of King Louis XIV.svg Chouans
Commandants
Pierre Mercier la Vendée
Forces en présence
40 hommes[1] 400 à 500 hommes[1]
Pertes
18 morts[1] inconnues
Chouannerie
Coordonnées 47° 40′ 15″ N 2° 55′ 01″ O / 47.670873055556, -2.916940555555647° 40′ 15″ Nord 2° 55′ 01″ Ouest / 47.670873055556, -2.9169405555556  

Géolocalisation sur la carte : arrondissement de Lorient

(Voir situation sur carte : arrondissement de Lorient)
 Différences entre dessin et blasonnement : Premier combat de Pontsal.

Géolocalisation sur la carte : Morbihan

(Voir situation sur carte : Morbihan)
 Différences entre dessin et blasonnement : Premier combat de Pontsal.

Géolocalisation sur la carte : Bretagne

(Voir situation sur carte : Bretagne)
 Différences entre dessin et blasonnement : Premier combat de Pontsal.

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
 Différences entre dessin et blasonnement : Premier combat de Pontsal.

Le combat de Pontsal se déroula lors de la chouannerie.

Le combat[modifier | modifier le code]

Le 26 juin 1795, alors que le débarquement de Quiberon est imminent, 400 à 500 Chouans commandés par Pierre Mercier, dit « La Vendée », campent dans la gorge de Pontsal, située entre Vannes et Auray. Ce jour-là, un détachement de 40 soldat républicains escortant une dame passe par cette gorge et tombe dans une embuscade. Trop peu nombreux les Républicains sont rapidement mis en déroute, plusieurs sont pris et fusillés près de la maison de Kersal par les marins de Baden. Un des prisonniers parvint à s'échapper mais il fut poursuivi jusqu'à Brandivy, ramené et fusillé. La dame de son côté tente d'intercèder auprès de Mercier en faveur des prisonniers mais sans succès, elle est reconduite jusqu'à la route. Au total 18 Républicains sur 40 sont tués[1].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d François Cadic, Histoire populaire de la chouannerie, t. I, p. 573.