Colonne de la République

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Colonne de la République
Cayenne place des palmistes French Revolution monument.jpg
Présentation
Type
Style
Architecte
Matériau
Construction
Propriétaire
État / département
Statut patrimonial
Localisation
Pays
Région
Commune
Coordonnées
Localisation sur la carte de Guyane
voir sur la carte de Guyane
Red pog.svg

La colonne de la république est un monument cayennais situé au centre de la place des Palmistes dans la commune de Cayenne. Elle fut érigée en 1890 pour commémorer la Prise de la Bastille et la fin de la monarchie absolue du .

Description[modifier | modifier le code]

Buste de Marianne en haut de la colonne.

Description de l'objet[modifier | modifier le code]

Buste de Marianne sur une colonne en fonte. Ce buste a été créé en duo avec le sculpteur Paul Lecreux dit Jacques France auteur d’un buste de la République maçonnique en 1882 et « laïcisé » pour les mairies.

Histoire de la colonne[modifier | modifier le code]

Sur la place des Palmistes à Cayenne, se dresse en son milieu une colonne célébrant le centenaire de la Révolution française de 1789. Appelée Colonne de la République, elle porte à son sommet un buste de Marianne, symbole qui représente la République Française et ses valeurs contenues dans la devise « Liberté, Égalité, Fraternité ». Marianne, qui porte un bonnet phrygien, est la contraction de Marie-Anne, prénom féminin très répandue et populaire au XVIIIe siècle...

Les Cayennais décidèrent de commander un monument commémoratif du centenaire de la grande révolution. Ce monument porte plusieurs inscriptions latines comme "Nepotes Gloriae Avorum 1889" (Les descendants à la gloire de leurs ancêtres), "Coeperunt cives libertatem 1789" (Les citoyens ont conquis leur liberté), ainsi que d'autres mots latins sur les quatre côtés du support de la colonne tels que : Pax, Lux, Jus, Lux (Paix, Loi, Justice, Lumière). Une gueule de lion, grande ouverte, représente la force du peuple.

Le monument ne fut inauguré que le 14 juillet 1890, soit un an après l'anniversaire du centenaire de la Révolution du 14 juillet 1789, jour de la fête nationale, qui commémore la prise de la Bastille et la fin de la monarchie absolue.

Mais la petite histoire en Guyane nous apprend que le fondeur Maurice Denonvilliers, débordé par les commandes pour la célébration du centenaire de la Révolution, n'avait plus de bustes de Marianne disponibles, tout son stock étant épuisé. Aussi, décida-t-il d'utiliser un buste de Charlotte Corday qui, après quelques petites retouches comme l'ajout d'un bonnet phrygien, faisait une "Marianne" très honorable. Les Guyanais ayant appris ce subterfuge, et loin de s'en offusquer, trouvèrent l'affaire cocasse et baptisèrent du nom de "Charlotte" le buste de la République, place des Palmistes. Certains lui rajoutèrent même le titre de reine d'où l'appellation encore répétée aujourd'hui de "Buste de la reine Charlotte" pour nommer la colonne commémorative du centenaire de la Révolution française[1]...

Au même titre que la place des Palmistes, la colonne est classée au titre des monuments historiques en 1999[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]