Colonard-Corubert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Colonard-Corubert
L'église Notre-Dame de Courthioust.
L'église Notre-Dame de Courthioust.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Basse-Normandie
Département Orne
Arrondissement Mortagne-au-Perche
Canton Nocé
Intercommunalité Communauté de communes du Perche Sud
Maire
Mandat
Guy Verney
2008-2014
Code postal 61340
Code commune 61112
Démographie
Gentilé Colonardais
Population
municipale
253 hab. (2011)
Densité 18 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 24′ 35″ N 0° 39′ 28″ E / 48.4097222222, 0.657777777778 ()48° 24′ 35″ Nord 0° 39′ 28″ Est / 48.4097222222, 0.657777777778 ()  
Altitude Min. 142 m – Max. 261 m
Superficie 14,10 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Orne

Voir sur la carte administrative de l'Orne
City locator 14.svg
Colonard-Corubert

Géolocalisation sur la carte : Orne

Voir sur la carte topographique de l'Orne
City locator 14.svg
Colonard-Corubert

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Colonard-Corubert

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Colonard-Corubert

Colonard-Corubert est une commune française, située dans le département de l'Orne en région Basse-Normandie, peuplée de 253 habitants[Note 1] (les Colonardais).

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Colonard-Corubert[1]
Mauves-sur-Huisne Courcerault Saint-Maurice-sur-Huisne
Saint-Ouen-de-la-Cour Colonard-Corubert[1] Saint-Maurice-sur-Huisne,
Bellou-sur-Huisne
Sérigny,
Saint-Jean-de-la-Forêt
Saint-Jean-de-la-Forêt, Nocé Nocé

Toponymie[modifier | modifier le code]

Colonard s'est appelé Colonard-le-Buisson à partir de 1932[2]. Ce toponyme est attesté sous la forme Curtleonart en 1113[3]. Les deux toponymes, Colonard et Corubert, sont issus du bas latin cortem, « domaine rural » (latin cohors), par l'ancien français cort ou court, employé pour désigner un lieu[4], le premier pouvant être celui d'un certain Léonard, le second d'Hubert[3],[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1112, Guillaume Ier Talvas confirme aux religieux de l'abbaye de Marmoutier la possession des églises de Courthioust (Ecclesiam Be Marie de Curthiot) et de Colonard (Ecclesiam Sancti Martini de Curte Leonart)[5].

En 1812, Corubert (213 habitants en 1806[6]) absorbe Saint-Hilaire-des-Noyers (59 habitants[7]), à l'est de son territoire[Note 2]. Colonard, recensée à 473 habitants en 1821[2], absorbe en 1823 Courthioust, 173 habitants[8], à l'ouest. En 1859, le centre de la commune de Colonard est déplacé du Vieux Colonard au lieu-dit du Buisson[9]. Enfin, en 1959, les communes de Colonard-le-Buisson (296 habitants en 1954[2]) et Corubert (115 habitants[6], au sud) fusionnent et forment la commune de Colonard-Corubert.

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1980 1989 François Landemaine    
1989 mars 2001 Michel Gouin    
en cours Guy Verney SE Professeur
Les données manquantes sont à compléter.


Le conseil municipal est composé de onze membres dont le maire et trois adjoints.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 253 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 3],[Note 4]. Colonard a compté jusqu'à 633 habitants en 1866. Corubert avait atteint son maximum démographique en 1846 avec 331 habitants.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1846 1851 1856
385 409 424 473 631 612 630 616 592
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
596 633 600 611 526 504 503 440 398
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
373 342 289 293 274 292 318 296 324
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 - -
344 296 284 245 246 249 253 - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[10])
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution démographique de Saint-Hilaire-des-Noyers
1793 1800 1806
53 36 59
(Sources : EHESS[7])


Évolution démographique de Courthioust
1793 1800 1806 1821
153 155 157 173
(Sources : EHESS[8])


Évolution démographique de Corubert
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1846 1851 1856
180 225 213 213 275 302 331 330 276
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
257 217 240 214 183 190 190 159 191
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 -
200 174 148 123 130 141 125 115 -
(Sources : EHESS[6])


Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Joseph-et-Saint-Martin de Colonard, construite en 1856. Un lutrin en chêne du XVIe siècle est classé à titre d'objet aux Monuments historiques[11].
  • Église Saint-Pierre-et-Saint-Paul de Corubert, dont l’origine remonte aux XIIIe et XIVe siècles. Elle est remaniée au XVIe.
  • Église Notre-Dame de Courthioust d’origine romane du XIe siècle, remaniée au XVIe. Elle fait l'objet d'un classement au titre des Monuments historiques depuis le 29 décembre 1983[12].
  • Manoir des seigneurs de Brainville dit Grand' Maison du XVIe siècle, à Courthioust, pignons à rampants plats. La façade arrière est flanquée d'une tour escalier circulaire coiffée d'un toit en poivrière.
  • Château de Saint-Hilaire-des-Noyers (XVe siècle).
  • Manoir du Perrin[13].

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Simone Frétard et Jacques Plat, Le canton de Nocé (Chap. 2 Colonard-Corubert), Alan Sutton, 2009
  • Henri Tournoüer, Saint-Hilaire-des-Noyers, 1907

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2011.
  2. La fiche Cassini de l'Ehess désigne Colonard comme commune absorbante, ce qui est infirmé par la carte d'état-major sur Géoportail.
  3. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  4. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Géoportail (IGN), couche « Limites Administratives » activée »
  2. a, b, c et d Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. a et b Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Larousse,‎ 1963
  4. a et b René Lepelley, Noms de lieux de Normandie et des îles Anglo-Normandes, Paris, Bonneton,‎ octobre 1999 (ISBN 2-862537-9), p. 21, 22
  5. Abbé Barret, Cartulaire de Marmoutier pour le Perche, Documents sur la Province du Perche, Mortagne, 1905, p. 33
  6. a, b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale - Corubert », École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS) (consulté le 25 août 2013)
  7. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale - Saint-Hilaire-des-Noyers », École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS) (consulté le 25 août 2013)
  8. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale - Courthioust », École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS) (consulté le 25 août 2013)
  9. Simone Frétard et Jacques Plat, Le canton de Nocé, Alan Sutton, 2009, p. 19
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  11. « Lutrin », base Palissy, ministère français de la Culture.
  12. « Ancienne église de Courthioust », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  13. Cahiers Percherons, no 6, juillet 1958, p. 12

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :