Collection d'insectes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Collection de scarabées au Melbourne Museum en Australie

Une collection d'insectes ou collection entomologique est le résultat de la collecte et la conservation d'insectes (et autres arthropodes) morts, dans un but scientifique ou esthétique. Parce que la plupart des insectes sont petits et que la majorité ne peut pas être identifiée sans l'examen minutieux de caractères morphologiques, les entomologistes créent ou maintiennent souvent des collections d'insectes morts, pour permettre leur observation (à la loupe, au microscope...) et la comparaison des spécimens. De très larges collections sont ainsi conservées dans des musées d'histoire naturelle et des universités, où elles sont maintenues et étudiées par des spécialistes ou des étudiants. Des collections privées peuvent également être constituées par des entomologistes amateurs ou des collectionneurs d'insectes[1].

Historiquement, la collecte d'insectes était un loisir éducatif très répandu en Europe du XIXe siècle et jusqu'au milieu du XXe siècle siècle ; la pratique de loisir est encore répandue dans certains pays.

Histoire[modifier | modifier le code]

La collection d'insectes est une occupation éducative fort répandue dans la jeunesse européenne au XIXe siècle et jusqu'au milieu du XXe siècle. Ainsi Vladimir Nabokov raconte dans ses souvenirs comment il a constitué dès l'enfance une collection de papillons. Cette occupation perdure largement dans certains pays asiatiques, comme au Japon ou en Corée, où elle fait partie des programmes scolaires. Elle a laissé des traces dans la culture européenne, dans la littérature et les chansons, comme en témoigne La Chasse aux papillons de Georges Brassens.

Les insectes sont communs dans presque toutes les parties du monde, et peuvent être trouvés en regardant attentivement sur les feuilles des plantes et les fleurs, sous des rochers ou des morceaux de bois, dans l'eau, etc. La nuit, de nombreux spécimens peuvent être attrapés alors qu'ils tournent autour des lampes. Un filet à papillon (filet fauchoir) est utile pour attraper des insectes volants. Des entonnoirs, nasses, pièges avec ou sans appâts, sont très efficaces. Des aspirateurs à bouches permettent de récolter des insectes trop petits ou trop délicats pour être manipulés avec les doigts.

Comme la plupart des insectes possèdent un exosquelette qui garde son aspect après la mort de l'insecte, il est donc facile et pratique de former une collection qui, avec des milliers d'espèces connues plus ou moins colorées et attractives, peut augmenter rapidement.

Types de collection[modifier | modifier le code]

Les collections d'insectes sont communément distinguées[2] :

  • la collection historique est une collection ancienne qui permet de visualiser l'entomofaune d'un lieu géographique à une époque passée, révéler des espèces aujourd'hui disparues.
  • la collection de référence, comportant des spécimens classés, étiqueteté (date, lieu, espèce déterminée par des experts). Elle permet aux entomologistes l'identification et la comparaison de spécimens (espèces ressemblantes, variations morphologiques inter-espèce...) et l'identification d'espèces inconnues (dont le spécimen conservé devient la référence « type »). C'est ce genre de collection qui conservée dans les grands musées d'histoire naturelle et les laboratoires de recherche scientifique.
  • la collection régionale : elle comporte peu de spécimens mais donne un aperçu des espèces communes dans une région donnée. Elle sert parfois de référence pour des inventaires régionaux.
  • la collection esthétique : constituées dans un but décoratif, généralement restreinte à des espèces exotiques de grande taille parmi les lépidoptères (papillons) et grands coléoptères (scarabées).

Techniques de collecte[modifier | modifier le code]

Filet à papillons de Vladimir Nabokov, romancier et lépidoptériste russe naturalisé américain.

Il existe de nombreuses techniques de collecte des insectes ; celles-ci varient selon les buts et moyens de la collection (inventaire systématique, recherche de nuisibles, loisir...) et les espèces recherchées (papillons, milieu aquatique, acariens...). La « chasse » à vue consiste à collecter les spécimens qui se présentent à la vue du collecteur (ramassé au sol, filet à papillon...). Le piègeable rassemble différentes techniques permettant d'attirer ou capturer automatiquement les insectes ; pièges attractifs (olfactifs, colorés, lumineux, à phéromone) ou non, pièges au sol (Barber), pièges d'interception des insectes volants (Malaise), pièges aquatiques, etc.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Techniques de préparation et conservation[modifier | modifier le code]

La préparation et conservation des insectes collecté varie selon le type d'insecte et les buts de leur étude et de la collection. Typiquement, on distingue la conservation finale des spécimens dans un liquide conservateur (alcool) et la conservation de spécimens desséchés (dessiccation).


Collections célèbres[modifier | modifier le code]

La plus ancienne et importante collection entomologique est certainement celle du Musée d'histoire naturelle de Londres avec environ 34 millions d'insectes et arachnides rassemblés depuis plus de 300 ans. Les deux autres collections majeures sont celles du Muséum national d'histoire naturelle de Paris et de la Smithsonian Institution à Washington, avec environ 30 millions de spécimens. Une dizaine d'autres musées nationaux, en Europe, aux États-Unis et en Australie, possèdent des collections de 10 à 20 millions de spécimens [3]. Parmi les pays francophones, la Canadian National Collection (Canada) compte 15 millions de spécimens et le Muséum des sciences naturelles de Belgique possède 8 millions de spécimens.

Parmi les collections historiques célèbres figurent les collections Banks et Sloane (Londres) au Musée de Londres. Des spécimens de la collection de Hans Sloane (1660-1773) servirent de référence aux descriptions des types par Carl Linnaeus. La collection du naturaliste Joseph Banks rassemble des spécimens qui sont tous épinglés et présentés dans des boites vitrées. Elle rassemble aussi des spécimens collecté lors des tours du monde de James Cook (1728-1779), et servit de référence à des descriptions de Johan Christian Fabricius[4].

Le plus ancien spécimen collecté et épinglé par un naturaliste est un Piéride du réséda (Pontia daplidice), un papillon collecté en mai 1702 dans le Cambridgeshire (Royaume-Uni)[5]. Quelques insectes plus anciens sont néanmoins conservés dans des musées, comme ceux trouvés dans des tombes égyptiennes[5].

Collectionneurs d'insectes[modifier | modifier le code]

Références et notes[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]