Collectif des parties civiles pour le Rwanda

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le Collectif des parties civiles pour le Rwanda (CPCR) est une association française dont l'objet est de traduire devant les juridictions françaises les personnes soupçonnées d’avoir participé au génocide des Tutsi de 1994 et qui ont trouvé refuge sur le territoire national[1]. Elle a été créée par Alain et Dafroza Gauthier en .

Historique[modifier | modifier le code]

En , à la suite d'un procès en Belgique relatif au génocide des Tutsi de 1994, Alain et Dafroza Gauthier — respectivement professeur de français et ingénieur chimiste[2] — décident de créer le CPCR en France[3]. Le couple est souvent comparé à Serge et Beate Klarsfeld pour leur traque de génocidaires[4][réf. non conforme],[5],[6],[7]. Ils se rendent fréquemment au Rwanda afin de recueillir les témoignages d'auteurs ou de victimes. Depuis la création de l'association, celle-ci a déposé une trentaine de plaintes pour génocide devant les juges d’instruction[3]. Elle se porte aussi partie civile lors des procès devant la cour d'assises :

  • Le premier procès tenu en France visant des responsables du génocide des Tutsi est celui de Pascal Simbikangwa, condamné le à vingt-cinq ans d'emprisonnement pour génocide et complicité de crime contre l’humanité par la cour d’assises de Paris après six semaines de procès[8]. L'appel se tient devant la cour d'assises de Bobigny. Le , la culpabilité et la peine sont confirmées[9]. Cet arrêt devient définitif le après le rejet du pourvoi en cassation de Pascal Simbikangwa[10].
  • Le deuxième procès concerne deux anciens bourgmestres de Kabarondo dans l’est du Rwanda, Tito Barahira et Octavien Ngenzi, tous deux condamnés à la réclusion criminelle à perpétuité pour génocide et crime contre l’humanité par la cour d'assises de Paris le [11], décision confirmée en appel le [12]. Le pourvoi en cassation des deux condamnés est rejeté le [13].
  • Claude Muhayimana est appelé à comparaître devant la cour d'assises de Paris pour complicité de génocide et complicité de crimes contre l’humanité[14],[15]. Initialement prévu pour l'automne , son procès est reporté à deux reprises en raison de la pandémie de Covid-19 ; il est finalement programmé pour [16].
  • En , le CPCR s'associe à Sherpa et Ibuka France dans le dépôt d'une plainte contre BNP Paribas visant les chefs de complicité de génocide, de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité pour avoir permis le financement de livraisons d’armes en violation d'un embargo décrété par le Conseil de sécurité des Nations Unies[17],[18].

Membres notables[modifier | modifier le code]

Gaël Faye, chanteur-compositeur, auteur et gendre des époux Gauthier, fait partie des soutiens de l'association dont il est également le secrétaire[19],[20].

Références[modifier | modifier le code]

  1. L’État français et le génocide des Tutsis au Rwanda 2020, p. 293, 300, 302, 323
  2. David Servenay, « Enquête sur le financement du génocide au Rwanda : après les tueries, l’heure des comptes », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 23 février 2021)
  3. a et b AFP, « De France aux collines rwandaises, le combat d'un couple pour traquer les génocidaires », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le 23 février 2021)
  4. Maria Malagardis, Sur la piste des tueurs rwandais, Flammarion, , 320 p. (ISBN 9782081250949)
  5. « Rwanda Alain et Dafroza Gauthier, chasseurs de génocidaires », sur L'Humanité, (consulté le 5 janvier 2020)
  6. « Dafroza et Alain Gauthier, à la poursuite de génocidaires rwandais », sur France Culture, (consulté le 5 janvier 2020)
  7. Maria Malagardis, « Le couple Gauthier à la poursuite des bourreaux disparus », sur Libération.fr, (consulté le 5 janvier 2020)
  8. « Procès Rwanda : Pascal Simbikangwa condamné à 25 ans de réclusion », sur Franceinfo, (consulté le 5 janvier 2020)
  9. « Génocide rwandais: peine confirmée en appel pour Pascal Simbikangwa - RFI », sur RFI Afrique, (consulté le 5 janvier 2020)
  10. AFP, « Génocide: le premier Rwandais jugé en France définitivement condamné », sur africaradio.com, (consulté le 24 février 2020)
  11. « Procès Rwanda : deux ex-bourgmestres condamnés pour génocide à la prison à vie », sur Liberation.fr, (consulté le 24 février 2020)
  12. « Génocide au Rwanda : Tito Barahira et Octavien Ngenzi condamnés en appel à la réclusion à perpétuité », sur JeuneAfrique.com, (consulté le 5 janvier 2020)
  13. « Génocide au Rwanda: le CPCR en France regrette les lenteurs de la justice », sur rfi.fr, (consulté le 3 mars 2020)
  14. AFP, « Génocide au Rwanda: un troisième procès en France à l'automne 2020 », sur africaradio.com, (consulté le 24 février 2020)
  15. « Génocide des Tutsi au Rwanda : « Nous sommes excédés par les lenteurs de la justice française » », sur jeuneafrique.com, (consulté le 3 mars 2020)
  16. AFP, « Génocide au Rwanda: déjà reporté deux fois, le procès d’un ancien chauffeur débutera en novembre », sur justiceinfo.net, (consulté le 21 mars 2021)
  17. Christophe Ayad, « La BNP visée par une plainte pour complicité de génocide au Rwanda », sur lemonde.fr, (consulté le 3 mars 2020)
  18. L’État français et le génocide des Tutsis au Rwanda 2020, p. 323
  19. Léo Pajon, Mehdi Ba et Romain Gras, « Gaël Faye : « Je ne m’étais pas rendu compte à quel point Petit Pays était violent » », sur jeuneafrique.com, (consulté le 22 février 2021)
  20. « Statuts du CPCR », sur www.collectifpartiescivilesrwanda.fr (consulté le 22 février 2021)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Rwanda 1994, sur la trace des génocidaires, 2019, 30 min, réalisé par Eva Beyer et  Ralph Weihermann, Arte Regards
  • Rwanda, chronique d’un génocide annoncé, 2019, 52 min, réalisé par Michael Sztanke, Babel Doc, Spicee
  • 25 ans après le génocide, c'est une course contre la montre pour la justice, 2019, 11 min, entretien France 24
  • Les Gauthier : sans haine ni vengeance, 2018, 38 min, réalisé par Mallory Ahounou et Simon Fichet, France 2

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]