Collectif Roosevelt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Collectif Roosevelt
Logo de l’association
Cadre
Forme juridique Association loi 1901
But Provoquer un sursaut citoyen[1]
Zone d’influence France et Belgique essentiellement
Fondation
Fondation 24 mars 2012
Fondateurs Stéphane Hessel, Susan George, Pierre Larrouturou, Edgar Morin, Cynthia Fleury
Identité
Siège 16 rue Dugommier
75012 Paris
Structure Organisation citoyenne
Président Bruno Lamour
Financement Cotisation des membres
Slogan "Dire l’urgence et Reconstruire l’Espoir"[2]
Site web http://collectif-roosevelt.fr/[3]

Notes

Le Collectif Roosevelt est un mouvement citoyen français né en 2012, structuré autour d'une association loi de 1901[1] et de groupes locaux[2].

Pour reprendre une expression de Stéphane Hessel et Edgar Morin[3] (qui font partie des fondateurs du mouvement), le Collectif Roosevelt vise « une politique du vouloir-vivre et re-vivre, qui nous arrache à une apathie et à une résignation mortelles ».

Le Collectif Roosevelt s’inspire de la démarche volontariste et interventionniste de l'ancien président américain Franklin Delano Roosevelt pour sortir de la crise de 1929, le « New Deal ». Il agit selon deux modalités principales : d'une part, en promouvant quinze propositions de réformes économiques et sociales[4] auprès des parlementaires, des partenaires sociaux et des gouvernements, d’autre part en animant des groupes locaux qui organisent formations, débats et conférences, dans l'esprit de l'Éducation populaire.

Historique[modifier | modifier le code]

Le Collectif Roosevelt a été fondé par des personnalités politiques et intellectuelles telles que Stéphane Hessel[5], Susan George[6], Pierre Larrouturou[7], Edgar Morin[8], Cynthia Fleury[9], Roland Gori, Dominique Méda, Michel Rocard[10], Patrick Viveret, Bruno Gaccio[11], Patrick Pelloux, Claude Alphandéry ou Curtis Roosevelt[12] (petit-fils de Franklin Delano Roosevelt). Il est également le point de rencontre de réseaux qui partagent ses idées et d'ONG[13] (Fondation Danielle Mitterrand, Fondation Abbé Pierre, ...).

L'objectif initial du Collectif Roosevelt était de pousser François Hollande à agir vite et fort , dès la sortie des élections présidentielles de 2012.

Présent uniquement en France jusqu'en novembre 2012, le mouvement cherche ensuite à s'implanter en Belgique[14]. Il existe aujourd'hui une antenne indépendante du Collectif Roosevelt en Belgique ainsi qu'au Portugal.

Le 1er mai 2013, 100 000 personnes avaient signé le manifeste Roosevelt 2012[15]. En 2016, ils sont plus de 115 000 signataires[16].

En 2013, la campagne nationale du Collectif Roosevelt s'est principalement axée sur la régulation des banques et de la finance[17].

Fin 2013, certains fondateurs et membres du Collectif Roosevelt, souhaitant changer de stratégie, quittent le mouvement pour fonder avec d'autres le parti Nouvelle Donne, autour de Pierre Larrouturou. Ils souhaitent ainsi pouvoir présenter les propositions du manifeste devant les électeurs. Le Collectif, tout en se réjouissant qu'un parti politique décide de reprendre ses propositions, a décidé de conserver son statut de mouvement citoyen non-partisan. Ce positionnement lui permet de constituer de nombreux partenariats et alliances (Collectif de la transition citoyenne, Finance Watch, Alternatives Economiques, … ) [18].

La campagne nationale de 2014-2015 s'est quant à elle intéressée au réchauffement climatique, tout en y intégrant les enjeux économiques, sociaux et sociétaux. Cette campagne avait pour slogan : « Climat, emploi, social : les penser ensemble c'est vital ! » [17].

Pour l'année 2016-2017, le Collectif Roosevelt travaille sur la question du temps de travail. Un livre et plusieurs actions de sensibilisation sont prévus afin de proposer des pistes de réflexion pour mettre un terme au chômage de masse [17].

Objectifs et propositions [4][modifier | modifier le code]

Les 15 propositions ont pour objectif d'éviter un effondrement de l'économie, élaborer une nouvelle société, lutter contre le chômage endémique et créer une Europe démocratique[19],[5]. Elles sont classées en trois grandes catégorie : Finance et Economie / Democratie Europe / Un autre modèle de développement social et écologique.

Finance et Economie[modifier | modifier le code]

Démocratie Europe[modifier | modifier le code]

Un autre modèle de développement social et écologique[modifier | modifier le code]

Publications[20][modifier | modifier le code]

Depuis plusieurs années, le Collectif Roosevelt s'est associé avec les Editions de l'atelier afin d'éditer de petits livres thématiques reprenant les propositions du manifeste. De leur collaboration sont parus quatre ouvrages :

  • Stop à la dérive des banques et de la finance, 2014
  • Stop au dérèglement climatique, 2015
  • Stop au mirage de la croissance, 2015
  • Stop au chômage et à la régression sociale, 2016

Conseil d'administration élu à l'Assemblée générale du 3 avril 2016 [21][modifier | modifier le code]

Aerts, Franck Kouteynikoff, Odile
Cayol, André Laborde-Milaa, Isabelle
Colin de Verdiere, Patrick Lamour, Bruno
David, Véronique Lecomte, Jean-Paul
Deharbe, Dominique Losser, Julien
Desvaux, Andrée Marmoz, Raoul
Faure, Christian Poupard, Marie-Claire
Ferreol, Marcel Quillet, Frédéric
Flury, Guy Russier, Marie
Genet, Laurent Wadier, Pierre
Jouffroy, Frédéric Wouters, Eric

Membres du Bureau élu à la suite du Conseil d'administration du 30 avril 2016 [22][modifier | modifier le code]

Lamour, Bruno (président)
Poupard, Marie-Claire (secrétaire générale)
David, Véronique (secrétaire générale adjointe)
Wouters, Eric (trésorier)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Publication au JO Associations du 24/03/2012 et 16/02/2013 (R.N.A. W751214048)
  2. Liste des groupes locaux
  3. « Le Chemin de l'espérance (essai) », Stéphane Hessel et Edgar Morin, Éditions Fayard, 28/09/2011, (ISBN 978-2-213-66621-1)
  4. a et b « 15 solutions pour sortir de la crise : Collectif Roosevelt », sur collectif-roosevelt.fr (consulté le 19 septembre 2016)
  5. a et b Roosevelt 2012 : le nouvel appel de Stéphane Hessel face à la crise, La Vie, le 06 mars 2012
  6. Susan George: Il faut modifier le rapport de force, Les Inrocks, le 02 décembre 2012
  7. Pierre Larrouturou : comment lutter contre la crise ?, France Info, le 30 mai 2012
  8. En 2013, il faudra plus encore se méfier de la docte ignorance des experts, Le Monde, le 01 janvier 2013
  9. Lettre à Jean-Marc Ayrault, membre du collectif Roosevelt, Libération (journal), le 26 décembre 2012
  10. Rocard engage Roosevelt, Jdd, le 29 janvier 2012
  11. Démocratie… ou bancocratie ?, Libération (journal), le 04 février 2013
  12. Roosevelt, géronte frondeur, Le Monde, le 25 mars 2012
  13. Liste des premiers signataires du manifeste Roosevelt 2012
  14. L'économiste français Pierre Larrouturou parraine le collectif Roosevelt 2012 Belgique, Bel RTL, le 10 novembre 2012
  15. Sur le site pétition roosevelt2012.fr
  16. « Collectif Roosevelt 2012 : NOUS AVONS DÉCIDÉ D'AGIR », sur roosevelt2012.fr (consulté le 19 septembre 2016)
  17. a, b et c « Ressources pour stimuler le débat sur les questions du travail, des banques et du climat - Collectif Roosevelt », sur collectif-roosevelt.fr (consulté le 19 septembre 2016)
  18. « Cartographie de nos partenariats - Collectif Roosevelt », sur collectif-roosevelt.fr (consulté le 19 septembre 2016)
  19. Collectif Roosevelt, site officiel
  20. « Collectif Roosevelt - Ressources », sur collectif-roosevelt.fr (consulté le 19 septembre 2016)
  21. « CoRoosAG160403CR.pdf » (consulté le 19 septembre 2016)
  22. « CoRoos CA 160430 CR.pdf » (consulté le 19 septembre 2016)

autres textes :

Liens externes[modifier | modifier le code]