Collégiale Saint-Denis de Liège

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Collégiale Saint-Denis de Liège
Image illustrative de l'article Collégiale Saint-Denis de Liège
Gravure de la Collégiale Saint-Denis, Remacle Le Loup, 1740
Présentation
Culte Catholique Romain
Type Collégiale
Rattachement Diocèse de Liège
Début de la construction 987
Autres campagnes de travaux 1003-1011: Reconstruction
1987: Restauration
Protection Icône du bouclier bleu apposé sur un immeuble classé de la Région wallonne Patrimoine classé (1936, L'ensemble et son buffet d'orgue à l'exclusion de la partie mécanique de l'orgue)
Géographie
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Province Drapeau de la province de Liège Province de Liège
Ville Liège
Coordonnées 50° 38′ 34″ nord, 5° 34′ 29″ est

Géolocalisation sur la carte : Liège

(Voir situation sur carte : Liège)
Collégiale Saint-Denis de Liège

Géolocalisation sur la carte : Belgique

(Voir situation sur carte : Belgique)
Collégiale Saint-Denis de Liège

La Collégiale Saint-Denis de Liège fait partie du patrimoine religieux de Liège. Fondée au Xe siècle, c'est l'une des sept collégiales liégeoises.

Histoire[modifier | modifier le code]

La collégiale Saint-Denis au XVIIIe siècle.

Fondation[modifier | modifier le code]

Elle est fondée en 987, sous le règne du prince-évêque Notger[1], par trois frères Nithard, Jean et Godescalc, qui y établissent vingt chanoines, dont le nombre est élevé à trente peu après[2],[3]. Incendiée par la foudre en 1003, l'église est reconstruite par Notger et la dédicace en est faite en 1011 par Balderic II. L'édifice primitif était intégré dans la première enceinte de la cité et la tour puissante en grès houiller (fin XIe siècle, début XIIe siècle) faisait partie, à l'époque, du système défensif de la cité.

Article détaillé : Collégiales de Liège.

Saint-Denis était une des sept collégiales liégeoises avec (Saint-Pierre, Sainte-Croix, Saint-Paul, Saint-Jean, Saint-Martin, Saint-Barthélemy).

Des analyses dendrochronologiques ont permis de dater les entraits de la charpente de la nef des années 1012 à 1015. Au début du XVe siècle, le chœur roman est remplacé par le chœur gothique actuel et des chapelles sont accolées aux bas-côtés. À la fin du XVIIe siècle, l'intérieur est adapté à la mode baroque de l'époque comme on peut encore le voir aujourd'hui. L'édifice a été restauré en 1987.

On remarquera particulièrement la chaire de vérité (XVIIIe siècle), le buffet d'orgues (1589) et l'extraordinaire retable brabançon (peu après 1522), consacré à la Passion et à la vie de saint Denis. En 1701, elle est voûtée en brique comme la collégiale Saint-Barthélemy.

La gravure de Turner représente le Pont du Torrent, qui enjambait un bras de la Meuse près de l'église Saint-Denis. Le pont du Torrent fut détruit en 1826, après le comblement du bief Saint-Denis. U-Liège, Fond Wittert
Facade

Après la Révolution et la suppression du chapitre en 1797, Saint-Denis perd une partie de son trésor. Elle rouvre ses portes en tant que paroissiale après le Concordat de 1801. Elle englobe alors le territoire de 5 paroisses supprimées (Sainte-Aldegonde, Saint-Étienne, Saint-Gangulphe, Sainte-Catherine et Sainte-Madeleine).

Les vitraux peints du chœur datent de 1852. Le XIXe siècle a épargné une grande partie du mobilier ancien de l'église qui vient de faire l'objet d'une complète restauration[Quand ?].

Index des artistes[modifier | modifier le code]

Liste chronologique des artistes ayant travaillé à l'église Saint-Denis, ou dont une œuvre se trouve dans l'église.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • FORGEUR Richard, L'église Saint-Denis à Liège, collection Feuillets archéologiques de la Société royale Le Vieux-Liège, 1958, 16 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Anselme, ch. 26, p.203-204, ch 27, p. 204. — Vita Notgeri, ch.4, P. 11, Ch 9 P. 14-15, — M.G.H., D.D., Otto III, n° 240, p. 657-658 (997) — Heinrich II n° 93, p. 117-118, (1005) & Kurth, Notger, t. II, 1875 n° 5, p. 83-86. — Konradt II, n° 116, P. 161-162 (1028)
  2. Sainte-Croix est fondée par le prévôt de la cathédrale Robert, Saint-Denis par le Côutre Nithard, Saint-Barthélemy par le prévôt Godescalc
  3. Liège et l'église impériale, XIe-XIIe siècles, Jean-Louis Kupper, 1981, p. 326 et note 106