Collège des jésuites de Bourges

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Collège des jésuites de Bourges
Bourges - Collège des Jésuites -2.jpg
Présentation
Type
Collège
Architecte
Construction
Propriétaire
Propriété de la commune
Statut patrimonial
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Adresse
7 rue Édouard-BranlyVoir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées

Le collège des jésuites de Bourges (plus tard appelé collège Sainte-Marie), était une institution d'enseignement catholique pour garçons fondée en 1573 et gérée par les jésuites jusqu'en 1764. Lorsque les jésuites sont expulsés, l'institution change plusieurs fois de nom et de direction, au long du XIXe siècle. Les bâtiments abritent aujourd'hui l'École nationale supérieure d'art de Bourges. L'édifice fait partie des monuments historiques de Bourges.

Historique[modifier | modifier le code]

Côté cour
Entrée côté rue

Cet édifice classique d'une grande sobriété a été construit vers 1615 selon les plans du jésuite Étienne Martellange. Il se trouve dans le cœur historique de la ville. Les jésuites sont arrivés à Bourges en 1572. Jean Niquet, abbé de Méobecq et de Saint-Gildas en Berry, qui est propriétaire du lieu, confie en 1573 aux jésuites la gestion de ce collège de garçons[1] qui font construire le bâtiment actuel une quarantaine d'années plus tard. Il sert alors de collège, ainsi que de séminaire pour les étudiants en théologie. Grâce aux dons du prince de Condé, le grand corps de logis est construit entre 1625 et 1635, comme il se présente aujourd'hui. L'aile sud bâtie côté rue est construite en 1637 pour agrandir le pensionnat. Le grand escalier d'honneur date du XVIIIe siècle.

Lorsque les jésuites sont dispersés sous le règne de Louis XV en , il est mis en régie. En 1786, les Pères de la Doctrine chrétienne s'y installent. La Révolution ferme le collège Sainte-Marie qui devient école centrale en 1795, puis lycée impérial en 1803 (16 floréal an XI). Il est appelé collège royal à la Restauration en 1815 et devient collège de deuxième classe en 1828. Il redevient lycée de Bourges en 1848 et lycée impérial de Bourges sous le Second Empire. Il est nommé sous la IIIe République, lycée de la rue de Paradis (rue Branly[2] actuelle) et il est rebaptisé lycée Alain-Fournier (qui y fut élève) en 1937. Le lycée déménage dans d'autres lieux en 1966.

Par arrêté du , les bâtiments de l'ancien collège sont partiellement inscrits au titre des monuments historiques[3].

Personnalités[modifier | modifier le code]

Le collège compta parmi ses élèves:

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Qui date du XVe siècle et fut ensuite sous la protection de Jeanne de Valois en 1504.
  2. Qui y fut professeur de physique en 1868.
  3. « Ancien collège des Jésuites, dénommé collège Sainte-Marie, devenu lycée de garçons, actuellement école nationale supérieure d'Art », notice no PA18000025, base Mérimée, ministère français de la Culture

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]