Colfax (Louisiane)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Colfax.
Colfax
Colfax, LA, City Hall IMG 2383.JPG
Géographie
Pays
Division
Central Louisiana (en)
État
Paroisse
Capitale de
Superficie
3,9 km2Voir et modifier les données sur Wikidata
Altitude
30 mVoir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées
Démographie
Population
1 659 hab. ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Densité
427,2 hab./km2 ()
Fonctionnement
Statut
Town (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Identifiants
Code postal
71417Voir et modifier les données sur Wikidata
Code FIPS
22-16375Voir et modifier les données sur Wikidata
Indicatif téléphonique
318Voir et modifier les données sur Wikidata
Localisation sur la carte de Louisiane
voir sur la carte de Louisiane
Red pog.svg
Localisation sur la carte des États-Unis
voir sur la carte des États-Unis
Red pog.svg

Colfax est une ville américaine, siège de la paroisse de Grant en Louisiane.

Carte interactive de Colfax

Selon le recensement de 2010, Colfax compte 1 558 habitants[1]. La municipalité s'étend sur une superficie de 1,50 milles carrés (3,88 km2)[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

La ville de Colfax est créée en 1869, en même temps que la paroisse de Grant. La paroisse prend le nom du président Ulysses S. Grant tandis que son chef-lieu adopte celui du vice-président Schuyler Colfax[2]. Le site s'appelait auparavant Calhoun's Landing, il s'agissait d'une plantation fondée par Meredith Calhoun (en)[3].

Massacre de Colfax[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Massacre de Colfax.

Pendant la Reconstruction, Colfax a été le théâtre du massacre de Colfax, lors de la fête de Pâques, le . Trois agresseurs blancs et approximativement 150 Afro-Américains furent tués lors d'un des plus importants actes de violence de toute la période de la Reconstruction[4]. Une milice blanche, emmenée par Christopher Columbus Nash (en), shérif élu sur une liste du Parti démocrate mais dont la nomination n'avait pas été officiellement validée, s'attaqua à des anciens esclaves libérés. Ces anciens esclaves assuraient la protection de représentants du Parti républicain au tribunal du comté. Ils s'y étaient rassemblés suite aux tensions post-électorales.

Un rapport récent établi par l'armée américaine a permis l'identification formelle des trois victimes blanches et de 105 victimes noires, sans compter les corps de 15 à 20 victimes noires retrouvées dans les eaux de la rivière Rouge et restées non-identifiées[5],[6].

À cause de la nette disproportion entre les nombres de décédés blancs et noirs et suite à des témoignages rapportant qu'au moins 50 prisonniers noirs furent exécutés alors qu'ils se trouvaient sous le contrôle de la milice blanche, les historiens du XXe siècle ont requalifié les faits en « massacre », rejetant le terme « émeute » d'abord utilisé pour rendre compte des événements. L'événement est également significatif car les anciens esclaves noirs, qui formaient la majorité de la population du comté s'étaient organisés afin d'assurer leur défense et celle de leurs droits politiques.

Les événements se sont produits après l'élection controversée pour le poste de gouverneur de Louisiane de 1872, qui avait finalement vu le républicain William Pitt Kellogg gagner l'élection à la suite de l'intervention du gouvernement fédéral. Entretemps, les deux camps (démocrate et républicain) avaient chacun de son côté organisé une cérémonie d'investiture pour son candidat et les deux camps avaient validé leurs listes respectives de représentants locaux. L'élection de Nash, ancien officier de l'armée confédérée n'avait pas été approuvée et validée par Kellogg.

Après ces événements, Nash a rassemblé une grande partie des membres de la milice blanche impliquée dans le massacre dans une organisation paramilitaire suprémaciste, la White League qui compta de nombreux groupes opérant pour le Parti démocrate dans toute la Louisiane[7]. Leurs actions visaient à intimider les électeurs noirs afin de diminuer l'impact électoral des noirs et affaiblir le Parti républicain.

Démographie[modifier | modifier le code]

Historique des recensements
Ann. Pop.  %±
1870 40
1890 161
1900 190 18,0 %
1910 1 049 452,1 %
1920 1 449 38,1 %
1930 1 141 -21,3 %
1940 1 354 18,7 %
1950 1 651 21,9 %
1960 1 934 17,1 %
1970 1 892 -2,2 %
1980 1 680 -11,2 %
1990 1 696 1,0 %
2000 1 659 -2,2 %
2010 1 558 -6,1 %

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Bureau du recensement des États-Unis, « Population, Housing Units, Area, and Density: 2010 - State -- Place and (in selected states) County Subdivision 2010 Census Summary File 1 », sur factfinder.census.gov (consulté le 28 juin 2017).
  2. (en) Richard Rubin, « The Colfax Riot », sur theatlantic.com, juillet-août 2003 (consulté le 17 août 2017).
  3. (en) « CALHOUN, Meredith », A Dictionary of Louisiana Biography, Louisiana Historical Association (consulté le 17 août 2017).
  4. Colfax Riot, repère historique de la Cour de justice de la paroisse de Grant à Colfax.
  5. (en) « Military Report on Colfax Riot, 1875 »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Congressional Record
  6. (en) Charles Lane, The Day Freedom Died: The Colfax Massacre, the Supreme Court, and the Betrayal of Reconstruction,
  7. (en) « NASH, Christopher Columbus », A Dictionary of Louisiana Biography, Louisiana Historical Association (consulté le 17 août 2017). « NASH, Christopher Columbus » (version du 12 mai 2015 sur l'Internet Archive).