Aller au contenu

Colette Sirat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Colette Sirat
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonction
Directrice d'études
École pratique des hautes études
depuis
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (89 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Colette SalomonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Site web
Distinctions

Colette Salamon (épouse de René-Samuel Sirat), née à Paris, le , est une philosophe juive et paléographe française. Elle est l'épouse du futur grand-rabbin de France épouse René-Samuel Sirat dont elle a trois enfants, avant leur divorce en 1973.

Elle est directrice d'études à l'École pratique des hautes études de Paris et publie de nombreux travaux sur la philosophie juive[1].

Colette Salamon est née le à Paris[2]. Elle est la fille d'Abraham (Boumi) Salamon[3] et de Laura Salamon. Boumi Salamon, originaire de Tchécoslovaquie, arrive en 1924 à Paris, où il est tapissier. En 1927, il retourne en Tchécoslovaquie, pour faire son service militaire, avant de revenir en France définitivement[4]. Laura Salamon est originaire de Transylvanie[5]. Elle arrive à 18 ans, en , à Paris[6].

À 17 ans, en décembre[7] 1951[8], Colette Salamon épouse le rabbin René-Samuel Sirat. Il est né à Bône (l'actuelle Annaba) en Algérie le , est rabbin et professeur (notamment de 1968 à 1996 à l'INALCO où il dirige la section d'études hébraïques et juives de 1965 à 1992), devient grand-rabbin de France de 1981 à 1988, puis grand-rabbin au Consistoire central.

Enseignante

[modifier | modifier le code]

Elle est directrice d'études à l'École pratique des hautes études, Paris[9].

René-Samuel Sirat et Colette Sirat ont trois enfants: Helène Sirat (épouse Danan[10], née le à Neuilly-sur-Seine et morte le dans le 15e arrondissement de Paris[11],[12]), Gabriel Yeshoua Sirat (né le à Toulouse[13]) et Annie Sirat.

Elle divorce en 1973, quand Annie la plus jeune des enfants a 16 ans, car « elle ne s'est pas bien habituée avec la religion[14]. »

  • Colette Sirat, La Philosophie juive au Moyen Âge, selon les textes et les imprimés, CNRS, 1983
  • Colette Sirat, « Du rouleau au codex », dans Le Livre au Moyen Âge, Paris, Brepols, , p. 13-45
  • (en) Colette Sirat, A History of Jewish Philosophy in the Middle Ages, Cambridge et Paris, Cambridge University Press et éditions de la Maison des sciences de l'Homme, (1re éd. 1985), 485 p. (lire en ligne), p. 329-330
  • Colette Sirat. Nécrologie de Moshé Catane. Bibliothèque de l'École des chartes, 1997, p. 799-801.
  • Colette Sirat, Sara Klein-Braslavy, Olga Weijers, Les méthodes de travail de Gersonide et le maniement du savoir chez les scolastiques, Paris, Vrin, , 394 p. (ISBN 2-7116-1601-0, lire en ligne), p. 216
  • Colette Sirat et Marc Geoffroy, L'original arabe du grand commentaire d'Averroès au De Anima d'Aristote, Paris, Vrin, coll. « Sic et non », , 136 p. (ISBN 978-2-7116-1749-4, présentation en ligne).

Bibliographie

[modifier | modifier le code]
  • Poulle Emmanuel. Colette Sirat. Écriture et civilisations. Paris, Centre national de la Recherche scientifique, 1976. In-4°, 117 pages multigr. (Institut de recherche et d'histoire des textes. Études de paléographie hébraïque.) [compte-rendu]. Bibliothèque de l'École des chartes Année 1978 136-1 pp. 105-107[15].
  • Laura Salamon. Souvenirs. Paris, 1999[16]
  • Manuscrits hébreux et arabes : mélanges en l'honneur de Colette Sirat. Turnhout, Belgique : Brepols, 2014[17].

Notes et références

[modifier | modifier le code]

Articles connexes

[modifier | modifier le code]

Liens externes

[modifier | modifier le code]