Colette Capitan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Capitan.
Colette Capitan
Neg scan (10).jpg
Colette Capitan en 1996.
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Autres informations
A travaillé pour
Mouvement

Colette Capitan (née Colette Capitan Peter en 1932 à Chamalières et décédée le à Paris[1]) est une sociologue et historienne française. Elle était chargée de recherche au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) depuis 1962.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après des études supérieures de droit et de sciences humaines, complétées par un DES de philosophie-sociologie, elle travailla sur la vie politique française, et notamment sur les penseurs de la contre-révolution et sur l'Action Française. Ses travaux ont également porté sur l'antisémitisme et l'idée de nature.

La Nature à l’ordre du jour 1789-1793 (1993) est l'un de ses ouvrages principaux. Ce livre traite de la Révolution Française et de la façon dont celle-ci a remodelé l'oppression légale, sociale et idéologique des femmes[2]. Il analyse également l’entrée de la Nature comme référence centrale de la conception du politique[3]. Formalisée à l’époque des Lumières et de la Révolution Française, elle reste la nôtre aujourd’hui. Fondée sur le corpus des séances de la Convention et l’examen de la mutation des biens et des personnes, appuyée sur la lecture du projet pédagogique de Jean-Jacques Rousseau et des propos du Marquis de Sade sur la société, cette analyse montre la conception paradoxale d’une Nature considérée en même temps comme la substance causale des relations sociales et, contradictoirement, comme une réalité à instaurer et à maintenir[4]. Cette notion, la Nature, est de fait fondamentalement politique car destinée à déterminer ce qui dans les relations sociales est de l’univers du politique (et caractérise les hommes) et ce qui ne peut l’être, relevant directement de la Nature (ce qui est le cas des femmes)[5].

Après avoir travaillé sur les formes idéologiques explicitement conservatrices ou réactionnaires : Louis de Bonald et plus longuement l’Action Française, Colette Capitan a abordé la question de l’interdiction du politique au cœur des rapports de domination et en a montré le noyau, « irréductible » encore aujourd’hui, dans les relations entre les femmes et les hommes, l’accès au politique des uns, la fermeture organisée de ce même politique aux autres[6].

Elle s'est par ailleurs fait connaître par son engagement féministe aux côtés notamment de Colette Guillaumin. Elle participa a l'équipe de rédaction de la revue Questions féministes, fondée en 1977 par Simone de Beauvoir, qui est la source et l'organe de publication du féminisme matérialiste. Elle y côtoie Christine Delphy, Emmanuèle de Lesseps, Nicole-Claude Mathieu et Monique Plaza. Ses analyses recoupent celles des féministes radicales et posent les jalons de la critique du genre.

Publications[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Carnet du Monde - deces », Le Monde,‎ , page 47
  2. Annie Geffroy, « Colette Capitan, ~~La nature à l'ordre du jour (1789-1793)~~ », sur www.persee.fr (consulté le 7 décembre 2015)
  3. Moreau de Bellaing Louis, « Colette Capitan, La nature à l'ordre du jour : 1789-1793, Paris, Éditions Kimé, 1996. In: L'Homme et la société, N. 132-133, 1999. Figures de l' « auto-émancipation » sociale. pp. 219-221. », avril -septembre 1999
  4. Diane Lamoureux, « Compte Rendu », Recherches féministes, no vol. 7, n° 1,,‎ , p. 153-155 (lire en ligne)
  5. Colette Capitan, La nature à l'ordre du jour (1789-1793), Paris, Éditions Kimé, , 180 p. (ISBN 9782908212723)
  6. Colette Capitan, Charles Maurras et l’idéologie d’Action Française, Paris, Seuil, (ISBN 2020024667)
  7. (en) Gill Seidel, The Nature of the Right: A Feminist Analysis of Order Patterns, John Benjamins Publishing, (ISBN 9027224129, lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]