Colette Boky

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Colette Boky
Defaut 2.svg
Informations générales
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (80 ans)
MontréalVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Tessiture
Palmarès
Distinctions

Colette Boky (née Marie-Rose Élisabeth Giroux, le à Montréal, au Québec) est une soprano québécoise de renommée internationale.

Biographie[modifier | modifier le code]

Colette Boky étudie d'abord à l'École de musique Vincent-d'Indy (1953-1955), puis au Conservatoire de musique de Montréal (1959-62) auprès de notamment Raoul Jobin, Roy Royal, Otto-Werner Mueller, Dick Marzollo et Rémus Tzincoca. Elle débute au Théâtre lyrique de Nouvelle-France en 1961, comme Rosina dans Il Barbiere di Siviglia, et l'année suivante y chante le rôle-titre dans Lakmé.

Après avoir gagné le Prix d'Europe en 1962, elle se perfectionne à Paris avec Janine Micheau et Raoul Jobin, et fait ses débuts européens à Versailles en 1964, dans Lo speziale de Joseph Haydn.

Elle chante alors à Brème (1964-66), Salzbourg (1965-66), Munich (1965-68), Vienne (1966-70), où elle s'illustre particulièrement dans les œuvres de Mozart.

De retour en Amérique, elle débute au Metropolitan Opera de New York en 1967, où elle demeure jusqu'en 1979, y chantant quelque 25 rôles différents, notamment Marguerite, Juliette, Pamina, Sophie, Adina, Lucia, Gilda, Violetta, Mimi, les quatre héroïnes dans Les contes d'Hoffmann, etc. Elle paraît aussi à Boston, Philadelphie, La Nouvelle-Orléans, San Francisco, etc.

Soprano lyrique-colorature, Colette Boky était aussi admirée comme récitaliste de mélodies françaises et de lieder.

Elle enseigne à l'université du Québec à Montréal à partir de 1981, où elle crée un « Atelier d'opéra » avec Joseph Rouleau, également professeur de chant.

Le fonds d'archives de Colette Boky (P880)[1] est conservé au centre d'archives de Montréal de Bibliothèque et archives nationales du Québec.

Honneurs[modifier | modifier le code]

Sources bibliographiques[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Fonds Colette Boky (P880)- Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ)

Liens externes[modifier | modifier le code]