Coleman Young

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Coleman Young
ColemanYoung1981a.jpg
Fonctions
Maire de Détroit
-
Roman Gribbs (en)
Dennis Archer (en)
Maires de Détroit (en)
-
Roman Gribbs (en)
Dennis Archer (en)
Membre du Sénat du Michigan
-
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 79 ans)
DétroitVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Parti politique
Membre de
Distinction

Coleman Alexander Young ( - ) est un homme politique américain qui a servi comme maire de Détroit au Michigan de 1974 à 1994. C'est le premier Afro-Américain à occuper ce poste.

Biographie[modifier | modifier le code]

Même si Coleman Young est issu de l'extrême gauche politique de Détroit, il déplace sa plate-forme politique vers la droite une fois élu maire. Par la suite, il se maintient en poste grâce à un armistice idéologique, ce qui lui donne l'appui des chefs d'entreprises de la région[1]. Avec vigueur, il soutient la construction de la Joe Louis Arena et la rénovation du médiocre système de transport en commun. Il est cependant controversé pour son soutien de la société General Motors lorsqu'elle procède à la construction de l'usine Detroit/Hamtramck Assembly (en) sur un ancien site exploité par la société Dodge, ce qui a provoqué l'expropriation de plusieurs habitants de longue date. Des gens l'ont accusé d'avoir redirigé l'argent destiné aux environs dans le but de rénover le district d'affaires du centre-ville[2].

Pendant ses mandats, la ville a vu l'exode de la classe moyenne vers les banlieues, la montée en puissance de gangs de rue s'adonnant aux trafics de drogues et une augmentation du taux de criminalité[3]. Le scientifique politique James Q. Wilson (en) a écrit que « À Détroit, le maire Coleman Young a rejeté les projets d'intégration au profit d'un style noir flamboyant qui lui a valu de fidèles partisans, mais il a laissé la ville fiscalement et socialement ruinée »[trad 1],[4].

En 1981, il reçoit la médaille Spingarn du NAACP[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Citations originales[modifier | modifier le code]

  1. (en) « In Detroit, Mayor Coleman Young rejected the integrationist goal in favor of a flamboyant, black-power style that won him loyal followers, but he left the city a fiscal and social wreck. »

Références[modifier | modifier le code]

  1. rich 1999, p. 139.
  2. rich 1999, p. 185-6, 202.
  3. Johannes F. Spreen, Who Killed Detroit?, iUniverse, (lire en ligne), p. 153
  4. (en) James Q. Wilson, « The Closing of the American City », The New Republic,‎ (lire en ligne)
  5. « Spingarn Medal Winners: 1915 to Today » [archive du ], NAACP (consulté le 15 juillet 2014)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Wilbur C. Rich, Coleman Young and Detroit Politics, Wayne State University Press, coll. « African American Life Series », (ISBN 978-0814320938)

Liens externes[modifier | modifier le code]