Col du Hundsruck

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Col du Hundsruck
Image illustrative de l’article Col du Hundsruck
Altitude 746 m[1]
Massif Vosges
Coordonnées 47° 48′ 24″ nord, 7° 02′ 34″ est[1]
PaysDrapeau de la France France
ValléeVallée de la Doller
(sud-ouest)
Vallée de la Thur
(nord-est)
Ascension depuisMasevaux Bitschwiller-
lès-Thann
Déclivité moy.3,9 % 6,5 %
Déclivité max.6,7 % 7,4 %
Kilométrage8,7 km 6 km
AccèsD14 BIV D14 BIV
Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin
(Voir situation sur carte : Haut-Rhin)
Col du Hundsruck
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Col du Hundsruck

Le col du Hundsruck, à 746 m d'altitude, est un col du massif des Vosges situé dans le Haut-Rhin, en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le col sépare la vallée de la Thur de la vallée de la Doller via la Route Joffre, à la limite des communes de Bitschwiller-lès-Thann et de Bourbach-le-Haut. La route, ouverte lors de la Première Guerre mondiale, a une longueur de 15 kilomètres.

Histoire[modifier | modifier le code]

Au col du Hundsruck, accessible par un petit sentier, se trouve le Monument national des troupes de choc[2], dont le socle est orné d’une plaque portant l’inscription suivante : « À tous ceux qui sont morts pour la France dans les rangs des unités de choc et au général d’armée Fernand Gambiez, grand Croix de la légion d’honneur (1903-1989), père des troupes de choc / D’Afrique à ce jalon dressé par le 1er [bataillon de] Choc sur cette haute porte d’Alsace forcée le 28.11.1944, cent soixante chasseurs avaient déjà sacrifié leur vie[3]. »

Activités[modifier | modifier le code]

Cyclisme[modifier | modifier le code]

Le col a été franchi par le Tour de France en 1952 avec un passage en tête de Raphaël Geminiani, en 1972 par Joachim Agostinho, en 1997 lors de la 18e étape par Richard Virenque et en Tour de France 2019 lors de la 6e étape arrivant à la Planche des Belles Filles par Natnael Berhane[4].

Col du Hundsruck, vu de Bourbach-le-Bas.
Vue du col du Hundsruck depuis Bourbach-le-Haut.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Carte IGN classique » sur Géoportail.
  2. Ces troupes de choc comprenaient, lors des combats de la Libération de 1944-1945 : le 1er bataillon de choc, les commandos de France (3e bataillon de choc à partir de janvier 1945), le bataillon dit « Janson-de-Sailly » (futur 2e bataillon de choc), le commando de Cluny (futur 4e bataillon de choc), les commandos d'Afrique (futur 5e bataillon de choc), le commando de Provence (futur 6e bataillon). Cf. notamment R. Muelle, Bataillons de Choc et Commandos de la Ire Armée. Des Vosges à l'Allemagne, 1944-45, éd. Presses de la Cité, 1997 ; J.-M. Boris, Combattant de la France libre, éd. Perrin, 2012.
  3. « Col du Hundsruck » (consulté le )
  4. Le col du Hundsruck dans le Tour de France, Le Dico du Tour.

Sur les autres projets Wikimedia :