Col du Donon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Col du Donon
Image illustrative de l'article Col du Donon
Vue du sommet du col.
Altitude 727 m
Massif Vosges
Coordonnées 48° 30′ 22″ nord, 7° 08′ 38″ est
Pays Drapeau de la France France
Vallée Vallée de la Bruche
(sud-est)
Vallée de la Plaine
(nord-ouest)
Ascension depuis Schirmeck Raon-sur-Plaine
Déclivité moy. 4,4 % 6,5 %
Déclivité max. 7,2 % 9,3 %
Kilométrage 9,5 km 4,5 km
Accès D 392
GR 5
D 392

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

(Voir situation sur carte : Bas-Rhin)
Col du Donon

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Col du Donon

Le col du Donon se situe au pied du sommet vosgien de même nom, le Donon, qui le domine de près de 300 m. C'est un lieu important de la Seconde Guerre mondiale.

Géographie[modifier | modifier le code]

Culminant à 727 mètres, ce col relie les villes de Schirmeck (10 km au sud-est), Raon-l'Étape (29 km au sud-ouest), Abreschviller (24 km au nord) et Sarrebourg (40 km au nord-est).

Histoire[modifier | modifier le code]

Les évadés[modifier | modifier le code]

En juin 1940, après la défaite de l'armée française, 1 800 000 prisonniers de guerre français sont dirigés vers les différents stalags et oflags répartis dans toute l'Allemagne pour une durée de 4 ans derrière les enceintes barbelées. Mais 40 000 d'entre eux refusent l'humiliation et s'évadent, parfois à plusieurs reprises.

Ce sont eux qui, en quelque sorte, ont sauvé l'honneur de l'armée captive. Ces évasions comportaient de gros risques. Pour certains, il fallait traverser toute l'Allemagne à pied, en bicyclette, en train caché dans les wagons de marchandises parfois même dans les boggies. Repris, c'était les camps disciplinaires tels Rawa Ruska.

Toutes les frontières étaient étroitement surveillées. La direction ouest, avec le Donon en point de mire, représentait la liberté, la France. Les déplacements se faisant de nuit, l'orientation n'était pas aisée, surtout pour traverser les profondes vallées des Vosges.

Les passeurs[modifier | modifier le code]

C'est dans cette région des Vosges que les passeurs leur sont venus en aide efficacement. L'oppression des populations engendre toujours la réaction et la solidarité donnant naissance à la résistance.

Dans de nombreux villages, bûcherons, cheminot, enseignants, religieux et autres se sont mobilisés, des filières se sont organisées ; d'autres ont agi seuls en prenant de gros risques, ils ont réussi à faire traverser la frontière à un grand nombre d'évadés de guerre, des réfractaires aux incorporations de force ou de STO. Certains ont payé de leur vie, incarcérés dans les camps de représailles.

Lieux remarquables[modifier | modifier le code]

Monument des évadés et passeurs[modifier | modifier le code]

Monument des évadés et passeurs

Le monument des évadés et passeurs a été inauguré en 1960 par M. Triboulet, ministre des anciens combattants, en présence de l'ambassadeur de Slovaquie qui a remis un coffret contenant de la terre de Strecno destiné à être scellé dans ses assises, reliant ainsi le mémorial du Donon au monument du maquis de Strecno érigé par le Gouvernement slovaque en mémoire du soulèvement contre l'Allemagne, en juillet 1944, et des vaillants combattants du bataillon Foch constitué de prisonniers de guerre français évadés des stalags allemands, tous volontaires pour lutter contre le Reich et libérer la Slovaquie. 56 y ont laissé leur vie.

Cimetière[modifier | modifier le code]

Cimetière militaire du Donon
Monument en grès

La nécropole a été créée en juin et juillet 1920 et définitivement aménagée en octobre et novembre 1923 pour y recevoir les corps des militaires inhumés à la Croix Brigos et au Petit Donon. Le cimetière regroupe 288 militaires tombés lors des combats de la Première Guerre mondiale et 36 tombés lors des conflits de la Seconde Guerre mondiale.

Le monument en grès porte les inscriptions « Combats du Donon 21-22 août 1914 - Aux Officiers, Sous-Officiers et Soldats ». Il a été inauguré en août 1921.

Autres monuments[modifier | modifier le code]

Une fontaine et une statue en pierre se trouvent au sommet du col du Donon.

Non loin du monument des évadés et des passeurs il est possible d'admirer une fermeture éclair en bois.

Ascension cycliste[modifier | modifier le code]

Côte importante de 15 %

Le Tour de France a emprunté sept fois le col[1], avec les passages en tête des coureurs suivants :

Références[modifier | modifier le code]