Col des Glières

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Col des Glières
Image illustrative de l’article Col des Glières
Vue du col depuis le sud, en hiver.
Altitude 1 425 m[1]
Massif Massif des Bornes (Alpes)
Coordonnées 45° 57′ 56″ nord, 6° 19′ 57″ est[1]
PaysDrapeau de la France France
ValléeVallée de la Fillière
(sud-ouest)
Vallée du Borne
(nord-est)
Ascension depuisNant-Sec (Thorens-Glières) Le Petit-Bornand-les-Glières
Déclivité moy.7,15 % 9 %
Déclivité max.11 % 12,5 %
Kilométrage9,4 km 7,9 km
AccèsD 55
Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie
(Voir situation sur carte : Haute-Savoie)
Col des Glières
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Col des Glières

Le col des Glières est un col de montagne situé dans les Alpes, en France. Il se trouve au centre du plateau des Glières.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le col des Glières est un col très peu marqué puisqu'il se trouve au centre du plateau du même nom, entre la montagne des Frêtes au nord et la montagne des Auges au sud. Culminant à 1 425 mètres d’altitude, ses environs immédiats sont détrempés avec la présence de mouilles qui donnent naissance à plusieurs ruisseaux. Ces terrains impraticables ont motivé l'implantation de la route carrossable au-dessus du col, sur le versant nord du plateau, à flanc de la montagne des Frêtes ; la route a une altitude de 1 447 mètres à l'aplomb du col. De même, le sentier de grande randonnée 96 qui traverse le plateau passe sur son versant sud, au pied de la montagne des Auges, et non directement au col.

À proximité immédiate du col a été construit le monument national à la Résistance du plateau des Glières.

Histoire[modifier | modifier le code]

Cyclisme[modifier | modifier le code]

Tour de France[modifier | modifier le code]

Le col des Glières, classé en hors catégorie, est franchi depuis Le Petit-Bornand-les-Glières lors de la 10e étape de l'édition 2018 du Tour de France, avec un passage en tête du Français Julian Alaphilippe. Un nouveau passage par ce col est prévu lors de la 18e étape du Tour de France 2020 et sur ce même versant.

Tour de l'Avenir[modifier | modifier le code]

Le plateau des Glières, atteint via la montée de Thorens-Glières, a au préalable été l'arrivée de la dernière étape du tour de l'Avenir 2013. Julian Alaphilippe s'est imposé en échappée tandis que Rubén Fernández Andújar conservait son maillot jaune.

Profil de l'ascension[modifier | modifier le code]

Depuis le versant ouest, l’ascension du col des Glières est longue de 14 kilomètres à 5,5 % en partant de la mairie de Thorens-Glières (678 mètres) ou bien de 13,7 kilomètres à 5,7 % en prenant pour début de l’ascension le croisement (664 mètres) entre les routes D5 et D55 à la sortie de ce village plus bas. En effet, l’ascension commence par une courte descente. Durant les cinq premiers kilomètres, la route passe par des petits hameaux : Usillon (kilomètre 3,2 en partant de la mairie de Thorens-Glières ; environ 755 mètres), Nant Sec (kilomètre 4,2 ; 766 mètres)[2]. Elle permet un bon échauffement avec des pourcentages qui restent modestes notamment avec une portion très roulante entre Usillon et Nant Sec mais pas toujours réguliers avec quelques relances nécessaires parfois. À partir du kilomètre 5 (794 mètres) débute un secteur nettement plus difficile de 6,6 kilomètres à 9,1 % avec des lacets qui serpentent à travers le bois du Pellet[2]. On aboutit ainsi au lieu-dit « col du Collet » (1 397 mètres) au kilomètre 11,6 à partir duquel débute une courte descente[3] d’environ 400 mètres jusqu’à un croisement (1 354 mètres). De là, il reste 2 kilomètres avec une route qui recommence à grimper même si les derniers hectomètres sont plus roulants, après une dernière rampe.

Le versant est débute soit au Petit-Bornand-les-Glières depuis le croisement (717 mètres) entre la D12 et la rue Saint-François de Sales en suivant la route des Saisons pour 10,2 kilomètres à 7,15 %, soit depuis le croisement (727 mètres)[4] entre la D12 et la route de l'Essert pour 8,7 kilomètres à 8,25 %. Il est encore plus difficile. Il comporte en tout cas 7,2 kilomètres à 9 % à partir du carrefour (800 mètres) entre la route de l'Essert et la route des Saisons jusqu’au col dont 5,4 kilomètres à 11 % jusqu’au chalet de la Jode (1 393 mètres). Il s’agit d’une voie communale non seulement très pentue (avec des passages à 16-17 % et même un court mur à 19 %[3]) mais aussi souvent étroite et sinueuse et avec des parois de roche sur le côté. On peut profiter d'un court replat juste avant le chalet du Talavé (1 202 m) et une clairière mais la pente repart aussitôt de plus belle après le chalet franchi avec une nouvelle rampe à 16 %[3]. De plus, le revêtement est irrégulier et les 1 800 derniers mètres terminent par une piste non goudronnée. En effet la route goudronnée s’arrête au parking du chalet « chez la Jode »[3] (1 393 mètres)[5]. La piste qui continue jusqu’au col termine cependant des pourcentages nettement plus faciles que précédemment. Dans les 2,5 ultimes kilomètres, la route est à découvert alors qu’auparavant elle serpentait en forêt.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Col des Glières » sur Géoportail.
  2. a et b « Nant Sec et bois du Pellet » sur Géoportail.
  3. a b c et d « Col des Glières. En hommage au maquis », Le Cycle no 491, janvier 2018, p. 58-62
  4. « L’Essert » sur Géoportail.
  5. « Le Talavé et la Jode » sur Géoportail.

Articles connexes[modifier | modifier le code]