Col de Péguère

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Col de Péguère
Image illustrative de l'article Col de Péguère
Vue du Haut-Couserans depuis le col.
Altitude 1 375 m
Massif Massif de l'Arize (Pyrénées)
Coordonnées 42° 55′ 06″ N 1° 23′ 21″ E / 42.91833, 1.38917 ()42° 55′ 06″ Nord 1° 23′ 21″ Est / 42.91833, 1.38917 ()
Pays Drapeau de la France France
Vallée Vallée de l'Arize
(nord)
Couserans
(sud)
Ascension depuis Sentenac-de-Sérou Massat
Déclivité moy. 6,8 % 7,4 %
Déclivité max. 12 % 18 %
Kilométrage 13,2 km 9,8 km
Accès D 17 - D 15 D 17
Fermeture hivernale oui

Géolocalisation sur la carte : Ariège

(Voir situation sur carte : Ariège)
Col de Péguère

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées

(Voir situation sur carte : Pyrénées)
Col de Péguère

Le col de Péguère, appelé Mur de Péguère[1] depuis le passage du Tour de France, est un col de montagne pyrénéen du massif de l'Arize, en Ariège, culminant à 1 375 m d'altitude et dont la montée dure 3,6 km à partir du col des Caougnous, sur la route du col de Port depuis Massat. Depuis le col des Caougnous (947 m), la route passe par le col et permet de relier Foix. L'ascension est particulièrement difficile en raison de la pente moyenne de 11 %, comprenant notamment deux courtes portions à 16 et 18 % sur le versant grimpé depuis Massat[1].

Véritable belvédère naturel, il jouit d'un point de vue panoramique vers les massifs du Montcalm et du Haut-Couserans au sud, le massif du Plantaurel ainsi que la plaine du piémont pyrénéen au nord. Une table d'orientation est d'ailleurs installée pour les visiteurs.

Vue des estives du col.

Une activité pastorale est présente sur de grandes estives, tout le long de la ligne de crête.

Cyclisme[modifier | modifier le code]

Le Mur de Péguère a été franchi pour la première fois par les coureurs du Tour de France lors de la 14e étape de l'édition 2012, le 15 juillet. Il était classé en 1re catégorie. C'est le Français Sandy Casar qui est passé en tête. Quinze minutes plus tard, le passage du peloton a été marqué par de multiples crevaisons dues à des punaises et clous jetés volontairement sur la chaussée[2].

L'épreuve aurait dû passer le col lors du Tour de France 1973 mais Luis Ocaña, après un Tour très difficile, a convaincu les organisateurs de ne pas passer par le col de Péguère à cause de la descente trop dangereuse[3]. Ce n'est que 39 ans plus tard que le Tour passe par le col.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Tous à l'assaut du Mur de Péguère », La Dépêche du Midi Ariège, vendredi 4 mai 2012, page 34
  2. Julien Duby, Tour de France : crevaisons en série dans le peloton, site de Sud Ouest, 16 juillet 2012
  3. La revanche du Mur - Eurosport