Col d'Ares

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Col des Ares.
Col d'Ares
Image illustrative de l'article Col d'Ares
Restaurant du col d'Ares, à la place du poste de douane
Altitude 1 513 m
Massif Pyrénées
Coordonnées 42° 22′ 02″ N 2° 27′ 24″ E / 42.36722, 2.4566742° 22′ 02″ Nord 2° 27′ 24″ Est / 42.36722, 2.45667
Pays Drapeau de la France France Drapeau de l'Espagne Espagne
Vallée Vallée du Tech
(nord-est)
Vallée du Ter
(sud-ouest)
Ascension depuis Prats-de-Mollo-la-Preste Molló
Déclivité moy. 6 %
Déclivité max. 12 %
Kilométrage 13 km 18 km
Accès D 115 C 38
Fermeture hivernale oui

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Orientales

(Voir situation sur carte : Pyrénées-Orientales)
Col d'Ares

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées

(Voir situation sur carte : Pyrénées)
Col d'Ares

Le col d'Ares (catalan : Coll d'Ares), culminant à 1 513 m d'altitude, est un col de montagne des Pyrénées, lieu de passage transfrontalier entre France et Espagne.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le lieu est mentionné dès 878 sous la forme in Aras. On le retrouve à partir du XIIIe siècle sous sa forme actuelle d'Ares avec d'autres comme Aris, Aras, Areis... Au XIVe siècle, le col est aussi appelé Coll de Turtur[1].

Le toponyme Ares, très fréquent et utilisé essentiellement pour des cols, a une origine ancienne peu certaine. Selon Lluís Basseda, l'étymologie la plus probable est le mot latin Ara, qui désigne un autel, en référence aux anciennes pierres, souvent ornées, élevées près des cols afin de signaler leurs emplacement[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Il relie ainsi Prats-de-Mollo-la-Preste, commune française du département des Pyrénées-Orientales, dans la région Languedoc-Roussillon, à Molló, commune de la comarque du Ripollès, en Catalogne espagnole. La limite entre les deux pays est matérialisée par la borne frontière no 519.

Climat[modifier | modifier le code]

Relevé météorologique du col d'Ares (1994-2003)
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −1,8 −0,9 1,3 1,7 5,9 9,8 11,5 12,2 7,9 5,6 1 −0,9 4,4
Température maximale moyenne (°C) 5,6 7 9,5 10,3 14,6 18,6 21 21,1 16,5 13,1 8,5 6,4 12,7
Précipitations (mm) 50,7 51,3 34,7 88,2 143,9 118,7 104,9 136,8 139 124,2 87,1 108 1 187,4
Source : Roux et al. 2011, p. 9
Diagramme climatique
J F M A M J J A S O N D
 
 
 
5,6
−1,8
50,7
 
 
 
7
−0,9
51,3
 
 
 
9,5
1,3
34,7
 
 
 
10,3
1,7
88,2
 
 
 
14,6
5,9
143,9
 
 
 
18,6
9,8
118,7
 
 
 
21
11,5
104,9
 
 
 
21,1
12,2
136,8
 
 
 
16,5
7,9
139
 
 
 
13,1
5,6
124,2
 
 
 
8,5
1
87,1
 
 
 
6,4
−0,9
108
Moyennes : • Temp. maxi et mini °CPrécipitation mm

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1691, pendant la guerre de Neuf Ans, les Espagnols, arrivant du col d'Ares, assiègent Prats-de-Mollo, sans succès.

Le , pendant la guerre du Roussillon, les troupes espagnoles du général Antonio Ricardos passent par le col d'Ares et prennent Prats-de-Mollo. Le col reste occupé jusqu'en 1794 date à laquelle les troupes françaises du général Dugommier parvinrent à rejeter les Espagnols de l'autre côté des Pyrénées.

À partir du , durant la Retirada, en deux semaines seulement, 100 000 réfugiés espagnols passent le col d'Ares, et sont dirigés sur Prats-de-Mollo. Pour accueillir ces réfugiés on construit quatre camps de concentration dans la vallée du Tech. De plus, en ce temps-là, la route en provenance de l'Espagne s'arrête net au col d'Ares et ne permet pas la circulation des véhicules avant quatre kilomètres plus bas du côté français. Des centaines de véhicules civils et militaires sont alors abandonnés dans la montée du côté espagnol et, pour nombre d'entre eux, poussés dans le ravin et incendiés afin d'éviter leur utilisation par les armées franquistes[2]. Le à 14 h 15 la frontière est fermée, et ensuite gardée par les soldats nationalistes espagnols du général Franco[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Basseda 1990, p. 608
  2. a et b Dauriach 2014

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Lluís Basseda, Toponymie historique de Catalunya Nord, t. 1, Prades, Revista Terra Nostra,‎ , 796 p.
  • Jean Dauriach, Dans le fracas des camions : matériel et camps automobiles des Républicains espagnols dans les Pyrénées-Orientales, 1936-1940, Canet-en-Roussillon, Éditions Trabucaire, coll. « Història »,‎ , 206 p. (ISBN 978-2-84974-187-0, notice BnF no FRBNF43769892)
  • Claude Roux, Didier Masson, Olivier Bricaud, Clother Coste et Serge Poumarat, « Flore et végétation des lichens et champignons lichénicoles de quatre réserves naturelles des Pyrénées–Orientales (France) », Bull. Soc. linn. Provence, no spécial 14,‎

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :