Col Mao

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Un jeune chinois en col Mao dans les années 1900.

Le col Mao est une sorte de col. Il porte le nom de Mao car il s'agit de celui que portait Mao Zedong lorsqu'il dirigeait la République populaire de Chine. Pour autant, ce type de col est plus ancien. Il était adopté par les fonctionnaires chinois sous la dynastie Qing, et a été ensuite popularisé par Sun Yat Sen, après 1911[1].

Historique[modifier | modifier le code]

Mao Zedong affectionnait ce col car il est montant, droit et court. Ce type de col se retrouve également sur les qipao, un vêtement féminin chinois.

En France, il a été porté par le ministre de la Culture Jack Lang en 1981 à l'Assemblée nationale : cela a provoqué une polémique car, à l'époque, la cravate était obligatoire dans cette enceinte[2].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Le col Mao est un petit col droit avec un bouton sur le devant au milieu qui monte sur le cou. Il n'a pas de rabat et se porte le plus souvent fermé[3]. En dehors de la Chine, ce type de col est plutôt porté par les hommes.

Critique[modifier | modifier le code]

La politique de Mao ayant été une des plus meurtrières du XXe siècle, le terme col Mao pour désigner ce type de col est vivement critiqué, au même titre que la moustache d'Hitler[4].

Culture[modifier | modifier le code]

L'acteur japonais Kiyohiko Shibukawa (en) en col Mao en 2017.

Cinéma[modifier | modifier le code]

Le col Mao apparaît dans la série cinématographique James Bond. Il est porté par l'ennemi numéro un de l'agent britannique, Ernst Stavro Blofeld, dans On ne vit que deux fois, Au service secret de sa Majesté, Les diamants sont éternels et 007 Spectre.

Musique[modifier | modifier le code]

  • Dans sa chanson Les Plaisirs démodés (1972), Charles Aznavour fait parler un homme qui a rencontré sa petite amie alors qu'il portait un col Mao.
  • Dans Les Jeunes imbéciles (1991), Jean Ferrat en fait le symbole de l'engagement communiste des jeunes soixante-huitards, contrairement au « costume trois pièces », à l'« attaché-case » et à la « redingote ». « Tenue plus libérale » et « plus officielle », ces vêtements et cet accessoire représentent le renoncement arriviste aux idéaux de gauche, en faveur du libéralisme triomphant.
  • Les Fatals Picards, dans leur chanson Les Dictateurs, font référence à ce col : « Le col Mao il est un peu trop serré ».

Jeux vidéo[modifier | modifier le code]

Le personnage de Blofeld apparaît dans deux jeux vidéo dérivés de la franchise GoldenEye : Au service du Mal (2004) et dans 007 Legends (2012), toujours porteur de son col Mao.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :