Coléoptère bombardier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Coléoptère bombardier
Nom vulgaire ou nom vernaculaire ambigu :
L'appellation « Coléoptère bombardier » s'applique en français à plusieurs taxons distincts.
Description de cette image, également commentée ci-après
Un exemple de Bombardier, Brachinus crepitans

Taxons concernés

Dans la famille des Carabidae :

Les coléoptères bombardiers sont des coléoptères de la famille des carabidés (Carabidae) ayant la capacité de projeter bruyamment sur leurs prédateurs (fourmis...) un liquide corrosif en ébullition, mélange d'hydroquinone et de peroxyde d'hydrogène. Le coléoptère bombardier ne mesure que quelque vingt-cinq millimètres. Les bombardiers sont capables de tourner leurs abdomens jusqu’à 170°[1].

Les bombardiers peuvent également survivre dans une certaine mesure au système digestif des crapauds qui les avaleraient, même après avoir séjourné plusieurs minutes dans l’estomac de leur prédateur. Ce sont les produits chimiques défensifs qu'ils produisent qui forcent les crapauds à les régurgiter[2],[3].

On en dénombre plus de 500 espèces, parmi lesquelles:

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Mark Carwardine et Rosamund Kidman Cox, À la rencontre des extrêmes: les records du monde vivant, National Geographic, , 320 p. (ISBN 2845822790), ?
  2. « Comment le coléoptère bombardier survit à l’estomac du crapaud ? - GuruMeditation », GuruMeditation,‎ (lire en ligne)
  3. (en) Shinji Sugiura et Takuya Sato, « Successful escape of bombardier beetles from predator digestive systems », Biology Letters, vol. 14, no 2,‎ , p. 20170647 (ISSN 1744-9561 et 1744-957X, DOI 10.1098/rsbl.2017.0647, lire en ligne)

Apparaît aussi dans Le jour des Fourmis de Bernard Weber p. 143 de l'édition Albin Michel S.A 1992 (ISBN 978-2-253-13724-5)