Cognition des éléphants

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Les études sur la cognition des éléphants ont montré que ces animaux sont parmi les espèces les plus intelligentes de la planète[1]. Leur masse cérébrale pèse entre 4 et 6 kg (soit le cerveau le plus lourd parmi tous les mammifères terrestres) et ils ont un ratio cerveau - masse corporelle (en) faible par rapport à celui de l'homme mais leur cerveau contient 257 milliards de neurones et est semblable à celui de l'homme en termes de structure et de complexité, notamment en ce qui concerne le cortex, suggérant une convergence évolutive à ce niveau[2].

Les éléphants présentent une grande variété de comportements, y compris ceux associés à la douleur, l'apprentissage, l'éducation par plusieurs femelles des petits (en), les imitations, le jeu, l'altruisme, la communication non verbale, l'utilisation d'outils, la compassion, la coopération, la conscience de soi, la mémoire et le langage. Ils ont un des « index d'intelligence » les plus élevés du monde animal (104 contre 121 pour le dauphin et 170 pour l'humain)[3], ce qui a fait dire au philosophe Aristote que l'éléphant « surpasse les animaux en compréhension »[4].

Structure cérébrale[modifier | modifier le code]

Société des éléphants[modifier | modifier le code]

Les éléphants vivent dans une société matriarcale, la harde dirigée par la femelle la plus âgée du groupe pouvant contenir jusqu'à 20 individus.

Altruisme[modifier | modifier le code]

Automédication[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Zoopharmacognosie.

Rituels funéraires[modifier | modifier le code]

Jeux[modifier | modifier le code]

Imitations[modifier | modifier le code]

Usages d'outils[modifier | modifier le code]

Art et musique[modifier | modifier le code]

Conscience de soi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Hart, B.L.; L.A. Hart, M. McCoy, C.R. Sarath, « Cognitive behaviour in Asian elephants : use and modification of branches for fly switching », Animal Behaviour, vol. 62, no 5,‎ , p. 839–847 (DOI doi:10.1006/anbe.2001.1815).
  2. (en) Goodman, M.; Sterner, K.; Islam, M.; Uddin, M.; Sherwood, C.; Hof, P.; Hou, Z.; Lipovich, L.; Jia, H, « Phylogenomic analyses reveal convergent patterns of adaptive evolution in elephant and human ancestries », Proceedings of the National Academy of Sciences, vol. 106, no 49,‎ , p. 20824–20829 (DOI 10.1073/pnas.0911239106).
  3. (en) Ashley Goldsworthy, Effective Leadershi. Learn from the Animals, Dog Ear Publishing, (lire en ligne), p. 21.
  4. Aristoteles, Armand Gaston Camus, Histoire des animaux d'Aristote, Volume 2, Chez la veuve Desaint, , p. 294.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]