Coghuf

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Coghuf
Foto coghuf.jpg

Coghuf

Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 70 ans)
MuriauxVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

Coghuf, né le 28 octobre 1905 à Bâle et mort le 13 février 1976 à Muriaux, de son vrai nom Ernst Stocker, est un peintre et sculpteur suisse qui a également réalisé des tapisseries et des vitraux.

Biographie

Son père John Stocker était jardinier et conducteur de train. Il est le frère cadet de Hans Stocker. De 1920 à 1924, il fait un apprentissage de serrurier et s'initie à la sculpture avec Louis Weber. De 1925 à 1927, il vit à Paris avec son frère, et y travaille comme serrurier. Il fait la connaissance de Jacques Lipchitz. Il entreprend en parallèle des études avec Willi Baumeister. Sous le pseudonyme de Coghuf, il se consacre ensuite entièrement à la peinture.

En 1928, il rejoint le groupe Rouge-Bleu formé de jeunes artistes. À partir de 1927, il réalise plusieurs peintures murales sur des bâtiments publics, comme la peinture Bewegung pour le bureau de poste de Bâle. Il continuera cependant à faire des séjours à Paris pour y suivre des cours à l’Académie de la Grande Chaumière. En 1934, il fonde le groupe des artistes BBZ 8. En 1935, il s'installe aux Franches-Montagnes à Muriaux. Dès 1957, il réalise plusieurs vitraux, des tapisseries et des émaux, notamment les vitraux de l'église de Lajoux.

En 1939, il épouse Hedwige Rudin avec qui il a dix enfants.

Style de peinture[modifier | modifier le code]

Dans sa peinture, Coghuf a toujours évolué, de l’expressionnisme jusqu’à l’abstraction (terme qu’il considérait comme inapproprié pour définir sa peinture, lui préférant celui de peinture intérieure), pour revenir, à la fin de sa vie, à une expression figurative nouvelle[1].

Autour de 1930, il est sous l'influence d'un art social très en vogue au début du XXe siècle. À la fin des années 1940, il adopte une composition mouvementée. Dans les années 1950, il réussit à synthétiser sa maîtrise du paysage, de ses lignes ou de ses volumes avec des simplifications qui le conduiront plus tard aux limites de l'abstraction[2].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  • Coghuf Jean-Pierre Beuret et al., Saignelégier, Association Coghuf, 1986
  • Coghuf Hans Stocker, catalogue d'exposition, Bâle, 1976
  1. Texte tiré de la présentation de l'exposition de janvier-février 2006, Galerie 5, Porrentruy
  2. Article de Laurent Wolf paru dans le quotidien Le Temps du 24 juillet 2012