Cocotte en papier (origami)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La cocotte en papier ou cocotte est un type de pliage figurant une poule stylisée. Vraisemblablement d’origine espagnole, la cocotte est l’emblème du pliage en Europe, comme la grue en papier au Japon. Elle peut être confectionnée selon plusieurs méthodes dont les plus simples n’excèdent pas huit étapes.

Historique[modifier | modifier le code]

L'origine de la cocotte en papier n'est pas connue. Il pourrait s'agit d'un pliage provenant d'Afrique du Nord, transmis par l'intermédiaire de l'Espagne[1]. En espagnol, ce pliage est appelé pajarita, diminutif de pájara, terme désignant un oiseau, tout particulierement de petite taille. L’association espagnole d'origami édite d'ailleurs une revue trimestrielle intitulée « Pajarita » et son logo est celui d'une cocotte en papier[2].

Réalisation[modifier | modifier le code]

Diagramme du pliage de la cocotte en papier

Instruction à suivre pour construire une cocotte en papier à partir d'une feuille de papier carrée[3] :

  1. Plier trois des quatre coins de la feuille vers le centre et le dernier coin de l'autre côté
  2. Plier de nouveau les coins vers le centre.
  3. Mettre la feuille à la verticale avec le coin seul en face
  4. Plier vers l'intérieur sauf le coin vers l'extérieur
  5. Déplier les côtés et tirer légèrement sur la queue
  6. Plier les carrés sous la tête de chaque côté afin de former les pattes ...

Culture[modifier | modifier le code]

Le peintre français Carolus-Duran fait figurer une cocotte en papier sur ses tableaux L'Enfant et l'Oiseau (musée de l'Échevinage de Saintes[4]) et Les Rieuses (1870, Detroit Institute of Arts[5]). Vers la même époque, Adolphe Piot peint un portrait de jeune fille venant de plier plusieurs cocottes en papier[6],[7].

Le philosophe espagnol Miguel de Unamuno a écrit un Traité de cocotologie (écrit au début du XXe siècle, publié en 1934) ; amateur de pliages en papier, il y exprime de façon ironique diverses questions philosophiques en terme d'origamis, en particulier la cocotte en papier[8],[9].

Le poète espagnol Federico García Lorca compose en 1921 le poème Pajarita de papel[10].

En 1928, le sculpteur espagnol Ramón Acín Aquilué crée Fuente de Las Pajaritas, sculpture représentant deux cocottes en papier, installée dans le parc Miguel Servet (es) à Huesca[10]. Une copie est installée carrer d'Aragó à Barcelone en 1991[11].

Symbole[modifier | modifier le code]

  • La cocotte est utilisée comme motif symbolique par la médaille commémorative pour la croisière aérienne Istres-Afrique de 1933[12].
  • Elle symbolise l'enfance sur les affiches du Salon de l'enfance; voir entre autres celle que réalisa René Caillé pour le 8e salon (Grand Palais, Paris, 1954), représentant un enfant tenant une grande cocotte en papier dans ses bras.[réf. nécessaire]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (es) « The Pajarita », British Origami Society
  2. (es) « Pajarita », Asociación Española de Papiroflexia
  3. « La cocotte en papier : howto... », sur lemigo.free.fr (consulté le 24 septembre 2015)
  4. « L'Enfant et l'Oiseau », Réunion des musées nationaux
  5. (en) « Carolus-Duran, Merrymakers, 1870 », Detroit Institute of Arts
  6. (en) « Pajarita painting », Folding Didactics
  7. (en) « Étienne-Adolphe Piot, A Young Girl with Origami Birds », Sotheby's
  8. (es) Miguel de Unamuno, Apuntes para un Tratado de Cocotologia,
  9. Robert Maggiori, « Au début était la cocotte », Libération,
  10. a et b (en) « Las Pajaritas », Huesca
  11. (en) « Las Pajaritas. Avinguda Meridiana », Ajuntament de Barcelona
  12. « Croisière Noire (1933) insigne », sur forum.aviation-ancienne.fr (consulté le 24 février 2012).