Coccidioïdomycose

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La coccidioïdomycose, également connue sous le nom de fièvre de la vallée (valley fever), fièvre de la vallée de San Joaquin, fièvre de la vallée de Californie ou encore fièvre du désert, est une infection mycosique causée par le champignon Coccidioïdes immitis ou le Coccidioïdes posadasii[1].

Épidémiologie[modifier | modifier le code]

Elle est endémique du Sud-Ouest des États-Unis (Californie, Nevada, Utah, Arizona, Nouveau-Mexique, Texas), et du Nord-Ouest du Mexique[2].

C. immitis se trouve dans le sol de certaines régions du Sud-Ouest des États-Unis, dans le Nord du Mexique, et dans certaines parties de l'Amérique centrale et de l'Amérique du Sud et son incidence tend à croître dans ces régions[3]. Dormant durant les longues périodes de sécheresses, il se développe comme les moisissures, avec de longs filaments qui diffusent des spores dans l'air quand arrive la pluie. Les spores, connues sous le nom d'arthroconidia, sont éparpillées dans l'air lorsque les sols secs sont remués pour certaines activités humaines (construction, agriculture, etc.). L'infection est causée par l'inhalation de ces particules. La maladie n'est pas contagieuse.

Les femmes enceintes et les immunodéprimés ont des formes plus graves[3].

Description[modifier | modifier le code]

La coccidioïmycose, dans un premier temps, se manifeste comme une infection respiratoire aiguë, pouvant s'apparenter à une pneumonie d'intensité très variable[4]. Elle est à développement limité, et est due à l'inhalation des spores.

Une atteinte du rachis est possible[5].

Elle peut, dans un second temps, devenir une maladie chronique progressive, sévère et virulente.

Diagnostic[modifier | modifier le code]

Le diagnostic est sérologique. La recherche de l'antigène mycotique dans les urines peut être faite dans les formes disséminées[6].

Traitement[modifier | modifier le code]

La prise en charge de la coccidioïdomycose a fait l'objet de la publication de recommandations par l'Infectious Diseases Society of America (en) en 2016[7].

Le traitement est à base de médicaments antifongiques de type imidazole[8] : fluconazole ou itraconazole, sans supériorité démontrée de l'un ou l'autre[9]. Ils sont donnés de manière prolongée, plusieurs mois, voire plusieurs années.

Cycle de vie du champignon[modifier | modifier le code]

Le champignon C. immitis possède un cycle hétéromorphe (c'est-à-dire à plusieurs formes) : une phase haploïde saprophytique dans le sol et une phase infectieuse.

À la télévision[modifier | modifier le code]

Cette maladie fournit le point de départ de l'épisode 9 de la saison 1 de la série télévisée Bones intitulé Joyeux Noël !.

On la retrouve aussi dans l'épisode 16 de la saison 6 de la série NCIS (voir Saison 6 de NCIS : Los_Angeles#Épisode 16 : Date d'expiration).[réf. nécessaire]

Elle apparaît également dans l'épisode 4 de la saison 3 de Dr House nommé Dans les yeux.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Walsh TJ, Dixon DM, Spectrum of Mycoses. In : Baron's Medical Microbiology (Baron S et al, eds.), Jefferson, Univ of Texas Medical Branch, , 4e éd., relié (ISBN 0-9631172-1-1, LCCN 95047668, lire en ligne)
  2. (en) Hector R, Laniado-Laborin R, « Coccidioidomycosis--a fungal disease of the Americas. », PLoS Med, vol. 2, no 1,‎ , e2 (PMID 15696207, DOI 10.1371/journal.pmed.0020002)
  3. a et b (en) Brown J, Benedict K, Park BJ, Thompson GR III, « Coccidioidomycosis: epidemiology », Clin Epidemiol.,‎ , p. 185-197. (PMID 23843703, PMCID PMC3702223, DOI 10.2147/clep.s34434, lire en ligne)
  4. (en) Valdivia L, Nix D, Wright M, Lindberg E, Galgiani JN et al., « Coccidioidomycosis as a common cause of community-acquired pneumonia », Emerg Infect Dis, vol. 12, no 6,‎ , p. 958-62. (PMID 16707052, PMCID PMC3373055, DOI 10.3201/eid1206.060028, lire en ligne)
  5. (en) Martirosyan NL, Skoch JM, Zaninovich O, Zoccali C, Galgiani JN, Baaj AA, « A paradigm for the evaluation and management of spinal coccidioidomycosis », Surg Neurol Int, no 6,‎ , p. 107. (PMID 26167359, PMCID PMC4483783, DOI 10.4103/2152-7806.158979)
  6. (en) Durkin M, Connolly P, Kuberski T, Myers R, Wheat LJ et al., « Diagnosis of coccidioidomycosis with use of the Coccidioides antigen enzyme immunoassay », Clin Infect Dis, vol. 47, no 8,‎ , e69-e73. (PMID 18781884, DOI 10.1086/592073, lire en ligne)
  7. (en) Galgiani JN, Ampel NM, Blair JE, Catanzaro A, Geertsma F, Theodore N et al., « 2016 Infectious Diseases Society of America (IDSA) clinical practice guideline for the treatment of coccidioidomycosis », Clin Infect Dis, vol. 63, no 6,‎ , e112-46. (PMID 27470238, DOI 10.1093/cid/ciw360, lire en ligne)
  8. (en) Galgiani JN, Ampel NM, Blair JE, Catanzaro A, Williams PL, Infectious Diseases Society of Amrica et al., « Coccidioidomycosis », Clin Infect Dis, vol. 41, no 9,‎ , p. 1217-23. (PMID 16206093, DOI 10.1086/496991, lire en ligne)
  9. (en) Galgiani JN, Catanzaro A, Cloud GA et al., « Comparison of oral fluconazole and itraconazole for progressive, nonmeningeal coccidioidomycosis: a randomized, double-blind trial », Ann Intern Med, vol. 133, no 9,‎ , p. 676-86. (PMID 11074900, DOI 10.7326/0003-4819-133-9-200011070-00009, lire en ligne)