Cobra cracheur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Cobra cracheur
Nom vulgaire ou nom vernaculaire ambigu :
l'appellation « Cobra cracheur » s'applique en français à plusieurs taxons distincts.
Description de cette image, également commentée ci-après
Cobra cracheur rouge (Naja pallida)

Taxons concernés

L'expression Cobra cracheur est le nom vernaculaire donné à certains serpents de la famille des Elapidae appartenant au genre Naja ou Hemachatus qui projettent leur venin à distance pour se défendre en aveuglant leur agresseur en vue de pouvoir prendre la fuite.

Défense et attaque[modifier | modifier le code]

Considéré au début comme une fable indienne et africaine, le crachat de venin est documenté en 1827 par Heinrich Boie.

Les cobras cracheurs projettent leur venin via des fentes situées à l'avant de leurs crochets. Le venin n'est employé de cette manière que pour se défendre d'une espèce autre qu'un cobra (ce dernier ayant une protection au niveau des yeux) et ainsi pouvoir prendre la fuite. Le venin est projeté de manière très précise et à une grande distance (jusqu'à 3 mètres). Il est inoffensif sur une peau saine et provoque une importante inflammation des yeux et peut provoquer une cécité temporaire de quelques jours si les yeux ne sont pas lavés. Il a été recensé un cas de cécité définitive au Nigéria, mais cela reste spécifique à une espèce (le cobra cracheur à cou noir) [1].

L'attaque des proies reste identique aux autres cobras, qui consiste à les mordre pour leur inoculer leur venin, seule méthode de chasse efficace pour ces serpents.

Espèces[modifier | modifier le code]

Les cobras cracheurs appartiennent à deux genres distincts, Hemachatus (une seule espèce) et surtout une partie des espèces dans le genre Naja (13 espèces crachant du venin, les autres espèces de ce genre ne crachant pas).

Dans le genre Naja, ce sont notamment les espèces du sous-genre Afronaja (toutes les espèces dans ce sous-genre) ainsi qu'une partie des espèces du sous-genre nominal Naja qui crachent du venin. En revanche aucune espèce des sous-genres Boulangerina et Uraeus ne crache de venin. Une partie des espèces du sous-genre Naja ne crachent pas non plus de venin, dont des espèces parmi les plus communes dans une grande partie de l'Asie du Sud : N. naja, N. oxiana, N. kaouthia et N. atra. Cette dernière n'est pas considérée comme un cobra cracheur à proprement parler bien que quelques individus de cette espèce éjectent parfois du venin à deux mètres sans grande précision.

Référence[modifier | modifier le code]

  1. « Cobra - Les serpents cracheurs », sur http://www.larousse.fr, Encyclopédie Larousse en ligne (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :