Co-trimoxazole

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Co-trimoxazole
sulfaméthoxazole (en haut) et triméthoprime (en bas)
sulfaméthoxazole (en haut) et triméthoprime (en bas)
sulfaméthoxazole (en haut) et triméthoprime (en bas)
Identification
No CAS 8064-90-2
Code ATC J01EE01
PubChem 358641
SMILES
InChI
Propriétés chimiques
Formule brute C24H29N7O6S  [Isomères]
Masse molaire[1] 543,595 ± 0,029 g/mol
C 53,03 %, H 5,38 %, N 18,04 %, O 17,66 %, S 5,9 %,
Écotoxicologie
DL50 3 740 mg·kg-1 souris oral
>3 000 mg·kg-1 souris s.c.
2 010 mg·kg-1 souris i.p.
Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

Le co-trimoxazole (ou TMP-SMX, Bactrim, Eusaprim) est une association d'antibiotiques bactériostatiques, le triméthoprime et le sulfaméthoxazole, dans une proportion de 1 à 5, utilisée pour traiter une variété d'infections bactériennes.

Synergie[modifier | modifier le code]

Ces deux composants agissent en synergie par blocage simultané de deux enzymes catalysant des réactions successives dans la chaîne métabolique de l'acide folinique, essentielle à la survie de nombreux micro-organismes. Cette association exerce, in vitro, une activité bactéricide apparaissant à des concentrations qui, pour les deux composants utilisés séparément, sont bactériostatiques seulement. En raison de ce mode d'action, les risques d'apparition d'une résistance sont réduits au minimum. Il demeure souvent actif sur des germes résistants à l'un de ses deux composants. Habituellement, le mécanisme de la résistance bactérienne consiste en la production de nouvelles enzymes plasmidiques, résistantes ou partiellement résistantes à la triméthoprime ou au sulfaméthoxazole.

Spectre[modifier | modifier le code]

  • Sensibles : Escherichia coli, Proteus mirabilis, Klebsiella pneumoniae, Enterobacter, Salmonella, Shigella, Yersinia, Vibrio Cholerae, Brucella, Aeromonas, Haemophilus, Neisseria, Streptococcus et Staphylococcus, Listeria, Chlamydia, Pneumocystis
  • Intermédiaires : Toxoplasma gondii, Legionella
  • Résistants : Mycobacterium tuberculosis, Treponema pallidum, Pseudomonas aeruginosa, Mycoplasma, Ureaplasma

Indications cliniques[modifier | modifier le code]

  • infection urinaire non compliquée ;
  • otites ;
  • infections avec syndrome dysentérique (Shigella) ;
  • prévention primaire et secondaire, et traitement curatif de la pneumocystose (et plus généralement prophylaxie des infections opportunistes chez les patients séropositifs) ;
  • prévention primaire de toxoplasmose.

Effets secondaires[modifier | modifier le code]

Parmi les effets les plus graves, on note le syndrome de Lyell et le syndrome de Stevens-Johnson.

Le triméthoprime gêne l'élimination rénale du potassium avec un risque d'hyperkaliémie[2]. L'association à d'autres médicaments épargneurs de potassium, comme les inhibiteurs de l'enzyme de conversion ou les antagonistes des récepteurs de l'angiotensine II, peut conduire à risque accru de mort subite[3].

Contre indication[modifier | modifier le code]

  • Absolues : hypersensibilité connue, prématurés et nouveau-nés de moins de six semaines, insuffisance hépatique sévère ;
  • relatives : troubles hématologiques graves, notamment déficit en G6PD, insuffisance rénale sévère ;
  • Interaction : augmente l'effet des sulfamides, phénytoïnes, anti-vitamine K, thiazidiques, méthotrexate, cyclosporine, pyriméthamine.

Divers[modifier | modifier le code]

Le co-trimoxazole fait partie de la liste des médicaments essentiels de l'Organisation mondiale de la santé (liste mise à jour en avril 2013)[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]