Co-dodo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Des parents au lit avec leurs enfants.

Le concept du « co-dodo », ou sommeil partagé, termes inspirés de l'anglais « co-sleeping », désigne le fait pour les parents de dormir dans le même lit que leurs enfants en bas âge.

Le terme « co-dodo » peut être utilisé pour décrire différentes pratiques : soit un lit de bébé à côté d'un lit d'adulte, soit un berceau co-dodo dans le lit d'adulte, soit le bébé dans le lit d'adulte, soit un lit bébé séparé dans la chambre des parents. Il est important de les distinguer parce que les avantages, les inconvénients et les risques varient selon le cas.

Sécurité[modifier | modifier le code]

Les études divergent quant à la sécurité de cette pratique, qui augmenterait ou diminuerait le risque de mort subite du nourrisson (MSN) [1],[2].

Cependant ces études sont controversées car elles ne prendraient pas en compte certaines conditions à risques dans lesquelles ont eu lieu le co-dodo comme par exemple un parent ayant consommé des substances pouvant altérer sa vigilance (drogue, alcool, somnifère) ou encore un enfant couché dans un couchage non adapté (sofa, lit d'eau, etc.)[3],[4].

Quoi qu'il en soit, certaines précautions sont à prendre lorsque l'on pratique le co-dodo[5],[6]:

  • s'assurer que le couchage soit ferme et ne comporte pas d'éléments susceptibles d'étouffer le bébé pendant son sommeil (oreiller mou, couette épaisse, etc.)
  • s'assurer que le couchage ne comporte pas d'espace ou le bébé pourrait rester coincé (espace entre le matelas et le mur, barreaux non adaptés, creux du sofa, etc.)
  • s'assurer que l'on n'a pas pris de substances pouvant altérer sa vigilance.
  • éviter que de jeunes enfants dorment dans le lit avec un bébé car ces derniers ne sont pas conscients des risques d'étouffement du bébé.
  • éviter la cigarette.

Avantages[modifier | modifier le code]

  • Des études montrent une réduction théorique de 50 % du risque de mort subite du nourrisson [7],[8].
  • Les parents n'ont pas à se lever plusieurs fois par nuit pour rassurer les enfants qui se réveillent, ce qui leur permet d'être plus en forme le jour.
  • Pouvoir donner le sein durant la nuit rapidement et sans fatigue excessive. En effet il est possible d'allaiter le bébé aux premiers signes de faim, et de se rendormir durant la tétée avec le bébé dans ses bras, ce qui permet de gagner un temps de sommeil non négligeable lorsqu'il tète plusieurs fois dans la nuit.
  • Les adultes ayant dormi avec leur parents dans leur enfance auraient une meilleure confiance en eux et une meilleure image de leur corps[9],[10].
  • Le bébé ayant passé 9 mois dans le ventre de sa mère, celui ci est rassuré par sa présence à ses côtés lorsqu'il se réveille, et pleure moins. De même, la mère a été habituée à dormir sur le côté de manière à ne pas l'écraser dans son sommeil[réf. nécessaire].

Inconvénients[modifier | modifier le code]

  • Selon une étude, le taux de mort subite du nourrisson serait multiplié par cinq[2], mais celle-ci a été réfutée par l'Unicef.
  • paradoxalement, le sommeil des mamans serait dégradé car plus fragmenté. « le cododo perturbe le sommeil des mamans », doctissimo,‎ (lire en ligne).
  • les enfants issus de cododo se réveilleraient plus souvent. (en) « Sleep patterns of co-sleeping and solitary sleeping infants and mothers: a longitudinal study », science direct,‎ (lire en ligne)
  • Les parents peuvent se sentir mal à l'aise avec l'expression de leur affection quand l'enfant est dans la même pièce.
  • Un adulte au sommeil lourd, accentué ou non par la présence d'alcool, drogue ou somnifère, peut écraser ou étouffer un bébé non-protégé.

Aspect culturel[modifier | modifier le code]

Le co-dodo est pratiqué couramment dans le monde, mais reste tabou aux Etats Unis, Europe ou Australie depuis le 19e siècle[11].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • 1992. Être parent le jour... la nuit aussi, William Sears, La Leche League.
  • 1993. Les rituels du coucher de l'enfant. Variations culturelles, Hélène Storn, ESF éditeur.
  • 1994. Nonreactive co-sleeping and child behavior: Guetting a good night's sleep every night, P. Heron, thèse de doctorat, University of Bristol.
  • 1996. Infant room-sharing and prone sleep position in sudden infant syndrome, R.Scragg, E.A. Mitchell, R.P.K. Ford, B.J. Taylor, I.B. Hassal, et J.m.D. Thompson, étude publiée par l'université d'Aukland, Nouvelle-Zélande.
  • 1998. The effects of Chilhood Co-sleeping on Later Life Development, J. Mosenkis, thèse de doctorat, Chicago.
  • 2002. Dormir avec son bébé, Nathalie Roques, L'Harmattan.
  • 2004. Comment dorment les bébés. Pour ou contre le sommeil partagé, Claude Didierjean Jouveau, en collab. avec J. McKenna et Jacky Israël, Belin.
  • 2005. Partager le sommeil de son enfant, Claude Didierjean Jouveau, Jouvence.
  • 2005. Vivre la relation avec son bébé: allaiter, dormir, porter, Nathalie Roques,chronique sociale.
  • 2008. Materner - Du premier cri aux premiers pas, Blandine Bril, et Silvia Parrat-Dayan, Éditions Odile Jacob.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Research on bed sharing, infant sleep ans SIDS », sur Unicef, (consulté le 13 juin 2018)
  2. a et b (en) James R. Carpenter, Melanie Smuk, Mechtild M. Vennemann et David M. Tappin, « Bed sharing when parents do not smoke: is there a risk of SIDS? An individual level analysis of five major case–control studies », BMJ Open, vol. 3, no 5,‎ , e002299 (ISSN 2044-6055 et 2044-6055, PMID 23793691, DOI 10.1136/bmjopen-2012-002299, lire en ligne, consulté le 13 juin 2019)
  3. McKenna, J. "Why We Never Ask 'Is IT Safe for Infant to Sleep Alone?'". Academy of Breast Feeding Medicine News and Views. Vol. 7, No. 4 (2001): 32+. http://www.nd.edu/%7Ejmckenn1/lab/articles/A.pdf
  4. http://www.bfmed.org/Media/Files/Protocols/Protocol_6.pdf
  5. http://www3.nd.edu/~jmckenn1/lab/overlaying.html
  6. Christelle, « Recommandations sur le sommeil partagé et l'allaitement », sur www.lllfrance.org (consulté le 13 juin 2019)
  7. James J. McKenna and Thomas McDade, "Why babies should never sleep alone: A review of the co-sleeping controversy in relation to SIDS, bedsharing and breast feeding", Paediatric Respiratory Reviews (2005) 6, 134-152
  8. (en-GB) « Research on Bed Sharing, Infant Sleep and SIDS », sur Baby Friendly Initiative (consulté le 13 juin 2019)
  9. R. J. Lewis et L. H. Janda, « The relationship between adult sexual adjustment and childhood experiences regarding exposure to nudity, sleeping in the parental bed, and parental attitudes toward sexuality », Archives of Sexual Behavior, vol. 17, no 4,‎ , p. 349–362 (ISSN 0004-0002, PMID 3421828, lire en ligne, consulté le 13 juin 2019)
  10. Claude Didierjean Jouveau, en collab. avec J. McKenna et Jacky Israël, Comment dorment les bébés. Pour ou contre le sommeil partagé, Belin, (ISBN 978-2-7011-8471-5, lire en ligne)
  11. (en) « (PDF) Mother–infant cosleeping, breastfeeding and sudden infant death syndrome: What biological anthropology has discovered about normal infant sleep and pediatric sleep medicine », sur ResearchGate (consulté le 13 juin 2019)