Clypeaster

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Clypeaster est un genre d'oursins plats de la famille des Clypeasteridae.

Description[modifier | modifier le code]

Test de Clypeaster reticulatus : face supérieure (à gauche) et inférieure (à droite).
Clypeaster luetkeni vu de profil. Cette espèce est particulièrement aplatie.
Différentes coupes de Clypeaster aegypticus, montrant les cloisons et piliers qui assurent la solidité du test (MNHN).

Ce sont des oursins plats irréguliers, dont l'anus a migré du disque apical vers la périphérie de la face orale du test (coquille), pour former un « arrière ». Ils mesurent généralement autour de 5 cm de diamètre. Les aires ambulacraires sont en forme de 5 gros pétales, comme chez tous les Clypeasteroida. Les podia sont modifiés en branchies. Ces modifications accompagnent un changement de mode de vie : ils vivent enfouis dans le sable le jour et sortent la nuit pour se nourrir. Ils sont détritivores ou microphages[1], et il en existe un nombre impressionnant d'espèces, ayant colonisé les sables et sédiments de nombreux rivages de par le monde. Certaines espèces sont presque parfaitement plates alors que d'autres sont très bombées, les tailles varient également suivant les espèces d'entre quelques centimètres et plusieurs dizaines de centimètres.


Ce genre est apparu à la fin de l'Éocène[2].

Caractéristiques squelettiques[modifier | modifier le code]

Le test est ovale à subpentagonal, avec une marge arrondie. Le disque apical est central, et porte 5 gonopores. Les contreforts internes sont généralement bien développés à la périphérie, avec des partitions circonférentielles et de fins piliers centraux. Les pétales sont bien développés et les plaques sont composées, alternant avec des demi-plaques. Tous les ambulacres sont disjoints sur la face orale. Le périprocte est situé en position orale, tourné vers la marge postérieure ; il est positionné entre les troisième et quatrième paires de plaques interambulacraires post-basicoronales. Les sillons nutritifs forment des lignes droites perradiales ; ils ne sont pas ramifiés et ne dépassent pas de la face orale. Les pores et tubercules ne forment pas des lignes, mais sont éparpillés de manière irrégulière[2].

Liste d'espèces[modifier | modifier le code]

Selon World Register of Marine Species (27 mai 2014)[3] :


Références taxinomiques[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Voir la fiche sur le site de l'université Jussieu.
  2. a et b (en) « Clypeaster », sur l'Echinoid Directory du Natural History Museum.
  3. World Register of Marine Species, consulté le 27 mai 2014