Clotilde Gaillard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Clotilde Gaillard
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 100 ans)
La ClayetteVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Vice-Présidente de la Croix-Rouge du Canton de La Clayette pendant l'Occupation allemande
Famille
Marie-Aimée Gaillard, née Monnet (sa mère)
Autres informations
Religion
Distinction

Clotilde Gaillard, née le et morte le , est une française originaire de La Clayette en Saône-et-Loire, en Bourgogne-Franche-Comté.

Durant les années d'Occupation, elle est vice-présidente de la Croix-Rouge du Canton de La Clayette. En 2007, elle reçoit le titre de Juste parmi les nations.

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Elle grandit à La Clayette auprès de sa mère Marie-Aimée dans la religion catholique puis devient vice-présidente de la Croix-Rouge du Canton de La Clayette.

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

à La Clayette.

Alors qu'elle habite avec sa mère à La Clayette, les conditions de vie deviennent très difficiles dès 1942 et la chasse aux juifs s'intensifie[1]. C'est ainsi que Rébecca Hakim, âgée de sept ans, quitte Lyon pour La Clayette avec un groupe d'enfants de prisonniers. La jeune fille, de confession juive, est confiée à Clotilde et Marie-Aimée Gaillard à la demande d'Alfred-Jacques Fonlupt, maire de La Clayette.

Rébecca Hakim est scolarisée à l'école libre et fréquente l'église pour ne pas éveiller les soupçons sur sa judaïté. Elle se présente comme une fille de prisonnier d'origine lyonnaise mise à l'abri à la campagne. Elle reste à La Clayette jusqu'à la fin de la guerre aux côtés de Clotilde et Marie-Aimée. Clotilde se considère comme sa « deuxième maman » et tient à ce que Rébecca ne soit pas complètement séparée des siens. Elle prendra le risque d'emmener régulièrement la petite fille rendre visite à sa mère Zafira Hakim restée à Lyon[2].

Hommages[modifier | modifier le code]

Le , l'institut Yad Vashem de Jérusalem lui décerne le titre de Juste parmi les nations, conjointement avec sa mère Marie-Aimée Gaillard (1883-1970), qui reçoit la distinction à titre posthume[3]. Jusqu'à cette date, la distinction civile n'avait été décernée qu'à 32 personnes[4] en Saône-et-Loire (sur 3 948 en France).

Le , a lieu à La Clayette la remise de la médaille décernée par Yad Vashem aux ayants droit de Clotilde Gaillard, en présence du maire Hugues Godard et de son conseil municipal, de Daniel Halevy-Goetsche, ministre-conseiller à l'Information auprès de l'ambassade d'Israël à Paris, et d'Annie Karo, déléguée du Comité français pour Yad Vashem[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]