Clotilde Dissard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Clotilde Dissard
Biographie
Naissance
Décès
Nom de naissance
Marie Joséphine Clotilde Loubaresse
Autres noms
Marie-Clotilde Dissard, Clotilde Dissard-Loubaresse
Nationalité
Activités
Journaliste, éditriceVoir et modifier les données sur Wikidata

Clotilde Dissard, née Marie Joséphine Clotilde Loubaresse le à Saint-Dier-d'Auvergne, où elle est morte le [1],[2], est une journaliste et féministe française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Clotilde Loubaresse est née à Saint-Dier-d'Auvergne en 1873, fille de Pierre Loubaresse, horloger, et de Marie Joséphine Fayot[3],[4].

En 1894, elle épouse dans sa commune de naissance Antoine Dissard, préparateur à la faculté de médecine de Paris[5], et prend le nom de Clotilde Dissard.

En octobre 1895, elle fonde La Revue féministe[6], puis l'année suivante forme avec Alphonse Roux[Note 1] la Société nouvelle d'édition (Roux et Dissard), chargée de l'édition de la revue[7]. La parution cesse en 1897.

Clotilde Dissard est l'auteur de plusieurs ouvrages sur la condition des femmes et leurs droits. Elle participe à affirmer une identité féminine, qui ne soit en rien secondaire ou inférieure, mais qui lui est spécifique : convaincue d'un « partage des qualités esthétiques » entre les sexes, elle explique, dans La Revue féministe que « [p]lus peut-être que par l’exquise simplicité de l’organisme, l’âme féminine est charmée par le brillant du coloris, la délicatesse des nuances, la chaude harmonie des teintes, la discrétion et la subtilité des parfums »[8].

Elle a également collaboré au journal La Fronde[9],[10] et à la Revue internationale de sociologie, et a été présidente du Syndicat de la presse féministe[4]. Elle s'est intéressée aux conditions de travail des femmes et aux harcèlements dont elles peuvent faire l'objet[11]. Elle a aussi écrit sur la problématique de la prostitution.

Publications[modifier | modifier le code]

Ouvrage[modifier | modifier le code]

  • Opinions féministes : à propos du Congrès féministe de Paris de 1896, Paris, V. Giard & E. Brière, 1896[12]

Articles[modifier | modifier le code]

(liste non exhaustive)

  • « Impressions sur le Congrès féministe », in La Revue féministe, 1896
  • « Le Congrès féministe de Paris de 1896 », in Revue internationale de sociologie, 1896
  • « La traite des blanches », in La Fronde,
  • « La Protection du travail féminine », in La Fronde,

Sources[modifier | modifier le code]

  • Karen M. Offen, European Feminisms, 1700-1950. A political history, Stanford University Press, 2000

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Et avec l'autorisation de son mari.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Table des décès à Saint-Dier-d'Auvergne (1903-1932), vue 28/40.
  2. Dans La Fronde, son dernier article paraît le 23 juillet 1926.
  3. Acte de naissance no 31 du , Saint-Dier-d'Auvergne, Archives départementales du Puy-de-Dôme
  4. a et b « Clotilde Dissard (Mme) », sur Gallica, Revue littéraire de Paris et de Champagne, (consulté le ), p. 117
  5. Acte de mariage no 10 du , Saint-Dier-d'Auvergne, Archives départementales du Puy-de-Dôme
  6. Annie Dizier-Metz, La Bibliothèque Marguerite-Durand : Histoire d'une femme, mémoire des femmes, FeniXX (lire en ligne)
  7. « Société nouvelle d'édition », sur RetroNews - Le site de presse de la BnF, La Loi, (consulté le ), p. 4
  8. Charlotte Foucher Zarmanian, « Les femmes artistes sous presse. Les créatrices vues par les femmes critiques d’art dans la presse féminine et féministe en France autour de 1900 », Sociétés & Représentations, vol. 2, no 40),‎ , p. 111-127. (DOI 10.3917/sr.040.0111, lire en ligne)
  9. (en) Mary Louise Roberts, Disruptive Acts: The New Woman in Fin-de-Siecle France, University of Chicago Press, (lire en ligne), p. 101-103
  10. Clotilde Dissard, « Le féminisme au temps de La Fronde », sur Gallica, La Fronde, (consulté le ), p. 2
  11. Marie Victoire Louis, Le droit de cuissage: France, 1860-1930, Éditions de l'Atelier, (lire en ligne), p. 95
  12. Opinions féministes: à propos du Congrès féministe de Paris de 1896

Liens externes[modifier | modifier le code]