Cloé Korman

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Cloé Korman
Cloé Korman.jpg
Cloé Korman en 2022.
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité
Autres informations
Distinctions
Œuvres principales

Cloé Korman, née en à Paris, est une écrivaine française. Elle a reçu le prix du Livre Inter et le prix Valery-Larbaud pour son premier roman, Les Hommes-couleurs.

Biographie[modifier | modifier le code]

Cloé Korman grandit à Boulogne-Billancourt, dans une famille juive originaire d'Alsace du côté de sa mère et de Pologne du côté de son père, Charles Korman (dirigeant de la Licra, avocat de l'une des parties civiles aux procès de Klaus Barbie et d'Aloïs Brunner[1]), marquée par les exils et les persécutions du XXe siècle[2].

En 2002, elle intègre l’École normale supérieure de Lyon où elle étudie la littérature anglo-saxonne et l’histoire de l’art. Entre 2008 et 2010, elle travaille au ministère de la Culture et de la Communication, avant de se consacrer à l’écriture et à l’enseignement.

En 2008, elle part vivre à New York aux États-Unis et commence à écrire son premier roman. Entre 2010 et 2013 paraissent aux éditions du Seuil deux romans sur les frontières et les migrations dont Les Hommes-couleurs[3], l’histoire d’un exode moderne dans le désert mexicain, qui a été distingué par le prix Valery-Larbaud[4] et le prix du Livre Inter[5],[6]. Paraît ensuite Les Saisons de Louveplaine, roman inspiré par les émeutes de 2005 où elle raconte la disparition d’un immigré algérien dans une Seine-Saint-Denis mythique, hantée par l’Histoire et par des personnages d’adolescents fugueurs ; le roman est sélectionné pour le prix Médicis et le prix Renaudot.

Son troisième roman, Midi, qui traite de « la vulnérabilité de l’enfance, les compromis coupables des adultes et la puissance aveuglante du désir[7] », paraît au Seuil à la rentrée littéraire 2018[8] ; il fait partie de la première sélection du prix Renaudot[9].

Professeure de français au collège Jean-Pierre-Timbaud à Bobigny, elle a dirigé deux ouvrages collectifs issus d’ateliers d’écriture avec des adolescents.

Elle est nommée conseillère discours et argumentaires au cabinet du ministre de l'éducation nationale et de la jeunesse Pap Ndiaye, à compter du 13 juin 2022[10]. En 2022, finaliste du prix Goncourt pour Les Presque Sœurs, elle est publiquement accusée de vol mémoriel et identitaire par les sœurs témoignant dans son récit[11].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Romans et essais[modifier | modifier le code]

Ouvrages collectifs[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Cloé Korman sur les traces de Vichy aujourd'hui », sur France Inter, (consulté le )
  2. Rokhaya Diallo et Grace Ly, « Non pas une, mais des identités juives », sur binge.audio, Kiffe ta race #55 (consulté le ).
  3. Vendu à plus de 40 000 exemplaires[réf. nécessaire].
  4. Les Cahiers bourbonnais, no 213, p. 118.
  5. « Prix du Livre Inter 2010 à Chloé Korman pour Les Hommes-couleurs », Le Point, 7 juin 2010.
  6. « Les Hommes-couleurs par Cloé Korman », L'Express, 19 juillet 2010.
  7. Salomé Kiner, « Shakespeare dans la pinède », Le Temps,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  8. « La lumière crue du “Midi” de Cloé Korman », Les Inrockuptibles,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  9. « Prix Renaudot », Livres Hebdo (consulté le ).
  10. Arrêté du 17 juin 2022 portant nomination au cabinet du ministre de l'éducation nationale et de la jeunesse.
  11. Ilana Moryoussef, « "Inadmissible" : les sœurs qui témoignent dans le roman de Cloé Korman dénoncent "un vol" de leur histoire », sur France Inter, (consulté le )
  12. « Cloé Korman : "Le clivage pervers entre la lutte contre l’antisémitisme et les autres luttes antiracistes me choque" », France Culture, Le Réveil culture par Tewfik Hakem, 27 janvier 2020.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]