Clive Barker

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Barker.

Clive Barker, né le à Liverpool, est un romancier britannique, également dramaturge, scénariste de bande dessinée, peintre et cinéaste (Hellraiser notamment). Avec Les Livres de sang, il propose un panorama du fantastique contemporain, dont il évoque tous les aspects à chacune des nouvelles de ses recueils. Cette œuvre a fait de lui le représentant le plus connu du mouvement splatterpunk.

Biographie[modifier | modifier le code]

Clive Barker naît le à Penny Lane, un quartier situé à trois kilomètres du cœur de Liverpool, d'une mère d'origine italienne, Joan Barker, et d'un père d'origine irlandaise, Léonard Barker. Très tôt, il commence à dessiner et mettre en forme les images issues de ses rêves et de son imagination. Puis il s'intéresse aux œuvres de Christopher Marlowe, William Shakespeare, William Blake, Edgar Allan Poe… Ses livres favoris sont The Pan Books of Horror Stories, une anthologie recueillie par Herbert Van Thal, et Tales of the Mystery and Imagination d'Edgar Allan Poe. C'est en 1966, à l'âge de 14 ans, qu'il écrit sa première nouvelle : The Wood on the Hill.

Clive Barker passe ensuite trois années à la Liverpool University où il étudie la littérature anglaise et la philosophie. Il commence alors à écrire des pièces de théâtre : The History of the Devil, Frankenstein in Love, Subtle Bodies, The Secret Life of the Cartoons et Colossus. En 1970, il tourne son premier court métrage, intitulé Salome, suivit en 1971 de The Forbidden.

C'est en 1973 qu'il quitte Liverpool pour aller s'installer à Londres. Il y fonde plusieurs compagnies de théâtre, dans lesquelles il occupe tantôt la place du dramaturge, du metteur en scène et de l'acteur. De nombreuses pièces s'ajoutent à celle déjà écrites et en parallèle Clive Barker continue de dessiner et peindre. À cette même époque, il travaille sur les nouvelles Les livres de Sang (Books of Blood) qui rencontreront un fort succès, notamment en Amérique du Nord.

En 1985 sort son premier roman Le Jeu de la damnation (The Damnation Game), puis en 1987 Le Royaume des Devins (Weaveworld) continue à asseoir sa notoriété. On y retrouve des thèmes chers à Clive Barker, à savoir des mondes imaginaires et oniriques, de la passion et de l'érotisme, de l'horreur et du crime. Ils seront suivis de Cabale en 1988 et Secret Show (The Great and secret show) en 1989.

Imajica sort à son tour en 1991, roman-fleuve qui demandera 18 mois de travail à raison de 14 heures par jour, 7 jour sur 7; véritable chef-d'œuvre de l'écrivain, dans lequel figurent 5 mondes différents, que vont parcourir les trois personnages principaux.

Clive Barker continue son parcours d'écrivain avec des romans à succès tels que Sacrements en 1996, Galilée en 1998 ou encore tout récemment les deux premiers tomes d'Abarat, une œuvre haute en couleur, puisqu'illustrée des peintures de l'auteur. Ce livre s'adressant à un public plus jeune cartographie 25 îles, représentant toute une heure de la journée, plus une 25e.

Pendant ce temps, Clive Barker qui s'est toujours intéressé au cinéma, grâce notamment à Alfred Hitchcock et Jean Cocteau, s'y lance à son tour, ce qui ne sera pas sans souffrances. Encouragé par George Pavlou, Clive Barker lui écrit un scénario intitulé Underworld. Cependant le scénario va être réécrit sans en prévenir l'auteur, des passages vont être tout simplement supprimés, la réalisation sera médiocre pour finalement devenir une comédie rock au lieu d'un film d'horreur, qui sortira sous le nom de Transmutations en 1985.

Même déception en 1987, lorsque Clive Barker travaille à l'adaptation d'une de ses nouvelles, Rawhead Rex avec Alpine et Green Man Production.

Suivant les conseils de Christopher Figg, Clive Barker se met lui-même à la réalisation pour adapter Helbound Heart, roman court qui n'est alors pas publié : Hellraiser voit le jour en 1987. Gore à souhait, effrayant et pervers, Pinhead et ses cénobites on vite fait de devenir des icônes parmi les fans de l'horreur, et le film remporte un franc succès aux États-Unis et en Angleterre pour devenir culte plus tard.

Fort de ce succès, Hellraiser 2 (Hellraiser : Hellbound) sort l'année suivante réalisé par Tony Randel.

En 1990, Nightbreed, une adaptation du roman Cabale voit le jour sous la production de 20th Century Fox. Encore une fois, il s'agira d'un désastre. Scénario remanié, budget malmené, la Fox remonte le film sans en avertir Clive Barker, ce dernier impuissant à y remédier, les rushes ayant disparu…

En 1992 sortira Hellraiser 3 : Hell on earth sous la direction d'Anthony Hickox, et pour lequel Clive Barker se contentera d'y faire figurer son nom, puis Hellraiser 4 : Bloodline en 1996, où cette fois ci, l'écrivain ne souhaitera même pas y être mentionné.

Entretemps a lieu la série des Candyman, à l'origine adaptée de la nouvelle Lieux Interdits (The Fordidden) des Livres de Sang. Le premier sortira en 1992, pour être suivi de Candyman 2 : Farewell to the Flesh en 1995 et de Candyman 3 : Day of the Dead en 1999.

Gods and Monsters sort quant à lui en 1998, réalisé par Bill Condon et retraçant la vie du réalisateur James Whale, interprété pour l'occasion par Ian McKellen.

Finalement, Le Maître des illusions (Lord of Illusions) sortira en 1995, d'après sa nouvelle The Last Illusion issue des Livres de Sang qui malgré une distribution prestigieuse et un budget confortable sera remanié par la MGM qui supprimera 20 minutes du film.

À la suite de toutes ces mauvaises expériences, il faudra attendre 2002 pour que Clive Barker revienne dans le milieu du cinéma, en écrivant le scénario de Saint Sinner, une mini-série TV pour Sci Fi Channel.

Clive Barker se concentrera alors sur d'autres projets : la peinture bien évidemment, avec la sortie de Book of Art, mais aussi des adaptations de comics, l'édition d'un jeu vidéo (The Undying) en 2001 ainsi que la création d'une ligne de figurines avec Todd McFarlane.

Un nouveau jeu vidéo associé à son nom, Clive Barker's Jericho, est sorti le 25 octobre 2007 en France.

Il a longtemps été en couple avec le photographe David E. Armstrong (avec lequel il a collaboré sur Rare Flesh) et de la fille de ce dernier, Nicole Armstrong à Los Angeles.

En 2012, David Amstrong a porté plainte contre lui, l'accusant de lui avoir transmit le HIV dans les années 1990. Finalement, sa plainte a été déboutée et Clive Barker a été reconnu innocent[1].

Figure de la communauté LGBT[modifier | modifier le code]

Clive Barker est ouvertement gay depuis les années 1990, il est sur la liste des cent LGBT britanniques les plus influents[2] et a reçu le Davidson/Valentini Award au GLAAD Media Awards en 2004.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

Série Abarat[modifier | modifier le code]

  1. Abarat, Albin Michel, coll Wiz, 2002 ((en) Abarat, 2002)
  2. Jours de lumière nuits de guerre, Albin Michel, coll Wiz, 2004 ((en) Days of Magic, Nights of War, 2004)
  3. (en) Absolute Midnight, 2011

Série Livres de l'art[modifier | modifier le code]

  1. Secret Show, Albin Michel, 1991 ((en) The Great and Secret Show, 1989)
  2. Everville, Albin Michel, 1997 ((en) Everville, 1994)

Autres romans[modifier | modifier le code]

Recueils de nouvelles[modifier | modifier le code]

Série Livres de sang[modifier | modifier le code]

  1. Livre de sang, Albin Michel, 1987 ((en) Book of Blood, volume 1, 1984)
  2. Une course d'enfer, Albin Michel, 1988 ((en) Book of Blood, volume 2, 1984)
  3. Confessions d'un linceul, Albin Michel, 1990 ((en) Book of Blood, volume 3, 1984)
  4. Apocalypses, Albin Michel, 1991 ((en) Book of Blood, volume 4, 1985)
  5. Prison de chair, Albin Michel, 1991 ((en) Book of Blood, volume 5, 1985)
  6. La Mort, sa vie, son œuvre, Albin Michel, 1992 ((en) Book of Blood, volume 6, 1985)

Adaptation en bande dessinée[modifier | modifier le code]

  • Secret Show (2011) de Chris Ryall et Gabriel Rodriguez (éditions Akileos)

Filmographie[modifier | modifier le code]

En tant que réalisateur et scénariste[modifier | modifier le code]

En tant que scénariste[modifier | modifier le code]

En tant que producteur[modifier | modifier le code]

  • 1992 - Hellraiser 3 : Hell on Earth (producteur exécutif)
  • 1996 - Hellraiser : Bloodline, (producteur exécutif)
  • 1998 - Gods and Monsters, (producteur exécutif)
  • 2006 - The Plague [VF: Le fléau selon Clive Barker], (producteur exécutif)
  • 2008 - The Midnight Meat Train (producteur)
  • 2009 - Clive Barker's Book of blood (producteur)

Autres œuvres[modifier | modifier le code]

Clive Barker est aussi peintre, illustrateur (c'est lui qui a réalisé toutes les illustrations d'Abarat) et a mis en scène plusieurs pièces de théâtre.

Scénariste, designer et producteur de trois jeux vidéo :

  • 1990 - Clive Barker's Nightbreed : The Action Game, (Jeu vidéo sur PC)
  • 2001 - Clive Barker's Undying, (Jeu vidéo sur PC: Win, Mac OS, Mac OS X) (scénariste et design)
  • 2007 - Clive Barker's Jericho (Jeu vidéo sur Xbox 360, PlayStation 3 & Pc) (coproducteur)

Il a créé une série de Comics chez Marvel, Razorline (1993-1995), une série d'horreur pour laquelle il a surtout donné des idées, les personnages principaux et les bases du scénario avec 4 titres publiés : Ectokid, Hokum and Hex, Hyperkind et Saint Sinner Il a écrit le scénario d'un comics, Seduth dont deux couvertures sont de lui.

D'autres jeux vidéo ont été créés à partir de ces œuvres littéraires et de nombreux comics ont été réalisés à partir de ces films, comme une série de comics sur Nightbreed, une autre sur Hellraiser et l'adaptation des livres de sang

Citations[modifier | modifier le code]

  • « Le souvenir, la prophétie et le fantasme - le passé, l'avenir et le moment de rêve entre eux - ne forment qu'un seul pays, ne vivant qu'une seule et immortelle journée.

Savoir ceci, c'est la Sagesse.
L'utiliser, c'est l'Art. » Secret Show

  • « Tout être est un volume de sang qui perle à chaque page coupée. » Livre de Sang : Prison de Chair
  • « Certaines étoiles mettent plus de temps que d’autre à apparaître. Le paradoxe est le suivant : plus il fait nuit, plus ces secrets deviennent visibles. Pour finir, ils se déploient dans toute leur splendeur ; et ce sont ces choses même que nous dissimulons, ces choses dont nous avons le plus honte, dont nous nous servons pour nous guider. » Galilée
  • « Les morts ont leurs artères. Elles défilent, infaillibles alignements de trains fantômes, de rames de rêve, à travers la désolation qui s’étend derrière nos vies, portant un trafic éternel d’âmes envolées. Elles ont leurs panneaux de signalisation, ces artères, et leurs ponts et leurs aires de repos. Elles ont leurs carrefours et leurs croisements.

[…]Les morts ont leurs artères. Seuls les vivants sont perdus. » Livre de Sang (épilogue) : Jérusalem Street

  • « Certains liens sont faits pour être rompus et d'autres sont invisibles. Il est parfois préférable de ne jamais parler de certaines terres car elles bordent l'enfer. » Clive Barker’s Undying, Histoire d'Oneiros par Otto Keisinger
  • « Il n’y a que dans la fiction que la douleur est poétique. Dans la réalité, elle s’accompagne de sanglots et de suppliques, de larmes et de reniflements. » Everville

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]