Clique du Plateau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ne doit pas être confondu avec la Clique du Château du Bas-Canada

La clique du Plateau est un terme utilisé pour décrire une certaine élite, une intelligentsia, réelle ou fictive, composée de gens qui auraient une influence importante sur la culture et les médias de l'ensemble du Québec à partir de la ville de Montréal, et plus précisément l'un de ses quartiers, le Plateau Mont-Royal, où résident plusieurs artistes et journalistes.

La clique du Plateau est souvent accusée d'être associée à la gauche politique et au socialisme[réf. nécessaire], et elle est considérée comme réfractaire aux idéologies centristes ou droitistes[réf. nécessaire], notamment celle de l'Action démocratique du Québec. On l'associe aussi parfois au Parti québécois et à l'idéologie souverainiste.

Cette clique est perçue par plusieurs comme ayant un certain pouvoir politique, étant donné que ses membres seraient sur-représentés dans le pouvoir décisionnel lié au contenu des médias québécois[1].

Le mot clique signifie ici Coterie, soit une bande de gens qui veulent parvenir à leurs fins d’une manière peu honnête. Ils aiment exprimer du mépris sarcastique à l'égard d'individus perçus comme inférieurs ou sans intérêt. Ce comportement correspond davantage au profil de personnes complexées et envieuses qu'à une élite ou une intelligentsia.


Origine[modifier | modifier le code]

Le terme «clique du Plateau» a commencé à être utilisé par l'animateur de radio (de Québec) Jeff Fillion au début des années 2000[réf. nécessaire], dans une tentative de dénoncer la montréalisation de la province de Québec et l'omniprésence selon lui des idées d'un petit groupe de personnes sur le reste de la société québécoise.

Bien que l'existence d'une telle clique soit réfutée par plusieurs, le terme est mentionné par différents animateurs ou journalistes : Pierre Foglia[2], Patrick Lagacé[3], le journal Voir[4], David Desjardins[5], Stéphane Gendron[6], Richard Martineau et son émission Les Francs-Tireurs à Télé-Québec. Certains individus précisément associées à la prétendue clique du Plateau figurent parmi ceux qui ont utilisé le terme dans les médias.

L'animateur de Tout le monde en parle, Guy A. Lepage, est fréquemment mentionné comme le représentant principal de la clique du Plateau[réf. nécessaire]. Des personnalités telles Patrick Lagacé, Amir Khadir, Luck Mervil, Richard Martineau y ont également été associées sans que leurs lieux de résidence n'aient été vérifiés.

Enjeux politiques et idéologie[modifier | modifier le code]

Les principales préoccupations et enjeux politiques défendus par la clique du Plateau sont la justice sociale, le multiculturalisme, l'antiaméricanisme et l'écologisme[7].

Influence alléguée sur la culture du Québec[modifier | modifier le code]

Information et médias[modifier | modifier le code]

Arts et culture[modifier | modifier le code]

« [...] La télévision n'est plus ce qu'elle était quand j'y fis mes premiers pas. [...] [Elle] a cessé d'occuper le territoire québécois pour se faire carrément montréaliste. »

— Victor-Lévy Beaulieu[8]

Notes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]