Climat de l'Aveyron

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le climat de l’Aveyron peut être divisé en 3 zones[1] : l'ouest qui a un climat océanique assez doux, le nord qui a un climat montagnard assez rude et le sud qui a un climat « méditerranéen » assez rude, car les froids y sont intenses en hiver, nonobstant la sécheresse estivale. Kessler, pour sa part affirme que[2] « le département est pratiquement imperméable aux influences méditerranéennes. »

Données climatiques[modifier | modifier le code]

Climat au sud, subméditerranéen[modifier | modifier le code]

Le bassin de Camarès autour de Saint-Affrique est bien abrité et est relativement sec. À Saint-Affrique, le total pluviométrique donné par Dupias en 1969 n'était que de 704 mm avec un minimum bien marqué en été[3]. Les précipitations pour la période 1951-1980 données par Kessler[2] pour Saint-Affrique sont de 85 cm. À ce jour, les précipitations annuelles à Saint-Affrique seraient de 858,8 mm[4]. Les 2 derniers chiffres sont cohérents.

La station de Millau (à la ferme de Soulobres) est située à 715 m d'altitude et il conviendrait d'ajouter 1,5 K[2] en ce qui concerne les températures en fond de vallée (à 410 mètres)[Note 1]. Les tableaux ci-contre montrent que Millau a un mois sec (juillet) avec P < 2T suivant l'indice de Gaussen et donc techniquement, Millau a un climat subméditerranéen. À la station elle-même on a en juillet, et le climat est alors marginalement subméditerranéen.

Moyennes contemporaines à Millau sur 30 ans[modifier | modifier le code]

Relevé météorologique de Millau (1981-2010)
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 0,2 0,4 2,6 4,7 8,6 11,9 14,3 14,1 11,1 8,3 3,6 1,1 6,8
Température moyenne (°C) 3,1 3,9 6,7 9,1 13,1 16,9 19,9 19,6 15,9 11,9 6,6 4 10,9
Température maximale moyenne (°C) 6,1 7,3 10,8 13,5 17,7 21,9 25,5 25,1 20,7 15,5 9,7 6,9 15,1
Record de froid (°C) −17,5 −15 −12,9 −5,5 −1,3 3 6,3 4,9 1,6 −4,1 −8,1 −13 −17,5
Record de chaleur (°C) 17,6 21,8 23,9 27 29,2 35,1 37,5 38 34,1 28,9 23,9 19,1 38
Ensoleillement (h) 100,3 126,9 173 183,4 217,6 262,1 296 260,9 207,7 132,1 99,6 98,1 2 157,7
Précipitations (mm) 55,4 47,4 42,5 69,9 73,4 60,5 39,7 54,8 77,7 79,8 69,1 61,6 731,6
Nombre de jours avec précipitations 9 8 8 10 9 7 5 6 7 9 9 9 96
Source : Météo France
Diagramme climatique
JFMAMJJASOND
 
 
 
6,1
0,2
55,4
 
 
 
7,3
0,4
47,4
 
 
 
10,8
2,6
42,5
 
 
 
13,5
4,7
69,9
 
 
 
17,7
8,6
73,4
 
 
 
21,9
11,9
60,5
 
 
 
25,5
14,3
39,7
 
 
 
25,1
14,1
54,8
 
 
 
20,7
11,1
77,7
 
 
 
15,5
8,3
79,8
 
 
 
9,7
3,6
69,1
 
 
 
6,9
1,1
61,6
Moyennes : • Temp. maxi et mini °C • Précipitation mm
Ville Ensoleillement
(h/an)
Pluie
(mm/an)
Neige
(j/an)
Orage
(j/an)
Brouillard
(j/an)
Moyenne nationale 1 973 770 14 22 40
Millau[5] 2157,6 731,6 31 26 60
Paris 1 661 637 12 18 10
Nice 2 724 733 1 29 1
Strasbourg 1 693 665 29 29 53
Brest 1 605 1 211 7 12 75

Données historiques à Millau pour la période 1951-1980[modifier | modifier le code]

Les données sont extraites de l'ouvrage de Kessler La meteo de la France[6]. Les données infra montrent que pendant la période précédente, le climat était nettement plus frais de 1,15 K. Il n'est pas clair si Millau avait à l'époque un climat subméditerranéen[Note 2].

Les températures moyennes proviennent de l'ouvrage de Dupias[7] ; elles ont été abaissées de −2 K.

Relevé météorologique de Millau (1951-1980)
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −1 0 2 4 7 11 13 13 11 7 3 0 5,7
Température moyenne (°C) 1,5 2,4 5,9 8,5 12 15,7 18,1 17,8 15 10,3 5,6 2,2 9,6
Température maximale moyenne (°C) 5 6 10 12 17 21 24 23 20 15 9 6 13,9
Record de froid (°C) −13 −13 −13 −4 −1 3 6 6 2 −3 −8 −13 −13
Record de chaleur (°C) 16 17 22 25 28 34 35 33 32 25 22 19 35
Précipitations (mm) 60 50 60 60 70 50 40 60 70 70 60 80 730
Source : Ouvrage de Kessler[6]
Diagramme climatique
JFMAMJJASOND
 
 
 
5
−1
60
 
 
 
6
0
50
 
 
 
10
2
60
 
 
 
12
4
60
 
 
 
17
7
70
 
 
 
21
11
50
 
 
 
24
13
40
 
 
 
23
13
60
 
 
 
20
11
70
 
 
 
15
7
70
 
 
 
9
3
60
 
 
 
6
0
80
Moyennes : • Temp. maxi et mini °C • Précipitation mm

Températures moyennes données par Dupias[modifier | modifier le code]

Les relevés sont plus anciens car le livre fut publié en 1969[7]. Cependant la période au cours de laquelle les moyennes ont été établies est inconnue. En outre, on ne sait pas si les relevés semble avoir été effectués en fond de vallée car l'altitude est dite de 410 mètres. Il y aurait donc un biais de 2 K par rapport à la ferme de Soulobres qui est à 715 mètres d'altitude. Les résultats de Dupias corrigés pour la ferme de Soulobres donnent une température moyenne de 9,6 °C qui est consistante avec le température moyenne estimée supra (9,8 °C).

Records climatiques[modifier | modifier le code]

Établis selon les données de Météo-France à la station de Millau Soulobres, à partir de 1965[8].

Température la plus basse
Jour le plus froid
Année la plus froide 1980
Température la plus élevée 37,5 °C
Jour le plus chaud et
Année la plus chaude 1997
Hauteur maximale de pluie en 24h 115 mm
Hauteur maximale de neige en 24h 1,50 Mètres
Jour le plus pluvieux
Année la plus sèche 1967
Année la plus pluvieuse 1969

Climat à l'ouest, aquitain dégradé[modifier | modifier le code]

La station de Rodez est située à 598 m d'altitude. Le climat est assez vif dû à l'altitude. On pourra supposer que plus à l'ouest, le climat est plus clément. Au cours d'une période 45 ans, les précipitations annuelles varièrent grandement entre 219 mm et 1 177 mm[9]. Cela signifie que certaines années, Rodez aurait un climat désertique.

Moyennes contemporaines à Rodez sur 30 ans[modifier | modifier le code]

Relevé météorologique de Rodez (1981-2010)
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −0,7 −0,4 1,8 4,1 7,8 11 13,3 13,1 10 7,5 2,8 0,2 5,9
Température moyenne (°C) 3,1 3,8 6,6 9,1 13,1 16,6 19,4 19,2 15,6 11,9 6,6 3,9 10,7
Température maximale moyenne (°C) 6,8 8,1 11,5 14,2 18,4 22,3 25,6 25,3 21,2 16,4 10,5 7,6 15,7
Record de froid (°C) −25,2 −16,1 −14,5 −5,5 −1,9 1,3 3 2 −2 −6,1 −11,5 −13,2 −25,2
Record de chaleur (°C) 17,8 23,5 25 28,8 31,6 36,4 39,5 38,9 35,6 28,5 25,8 21 39,5
Précipitations (mm) 73,6 59,7 66,7 90,1 97,1 72,9 47,4 63,2 77 83,2 81 82,3 894,2
Source : [1]
Diagramme climatique
JFMAMJJASOND
 
 
 
6,8
−0,7
73,6
 
 
 
8,1
−0,4
59,7
 
 
 
11,5
1,8
66,7
 
 
 
14,2
4,1
90,1
 
 
 
18,4
7,8
97,1
 
 
 
22,3
11
72,9
 
 
 
25,6
13,3
47,4
 
 
 
25,3
13,1
63,2
 
 
 
21,2
10
77
 
 
 
16,4
7,5
83,2
 
 
 
10,5
2,8
81
 
 
 
7,6
0,2
82,3
Moyennes : • Temp. maxi et mini °C • Précipitation mm
Ville Ensoleillement
(h/an)
Pluie
(mm/an)
Neige
(j/an)
Orage
(j/an)
Brouillard
(j/an)
Moyenne nationale 1 973 770 14 22 40
Rodez[10],[11] 2 179 770 11 22 22
Paris 1 661 637 12 18 10
Nice 2 724 733 1 29 1
Strasbourg 1 693 665 29 29 53
Brest 1 605 1 211 7 12 75

Données historiques à Rodez pour la période 1951-1980[modifier | modifier le code]

Les données sont extraites de l'ouvrage de Kessler La meteo de la France[6]. Les données infra montrent que pendant la période précédente, le climat était nettement plus frais de 1,2 K. En outre le climat était nettement plus humide (+ 10% de pluie). Tschocke affirme quant à lui que le montant des précipitations sur Rodez a diminué de 14 % sur 40 ans[12]. De nos jours, Rodez n'est pas loin d'avoir un climat subméditerranéen.

Relevé météorologique de Rodez (1951-1980)
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 0 1 1 3 6 9 11 12 9 6 1 0 4,9
Température maximale moyenne (°C) 6 8 10 13 17 20 23 23 20 15 10 8 14,3
Précipitations (mm) 90 80 80 80 100 80 60 80 70 80 70 80 980
Source : Ouvrage de Kessler[6]
Diagramme climatique
JFMAMJJASOND
 
 
 
6
0
90
 
 
 
8
1
80
 
 
 
10
1
80
 
 
 
13
3
80
 
 
 
17
6
100
 
 
 
20
9
80
 
 
 
23
11
60
 
 
 
23
12
80
 
 
 
20
9
70
 
 
 
15
6
80
 
 
 
10
1
70
 
 
 
8
0
80
Moyennes : • Temp. maxi et mini °C • Précipitation mm

Climat au nord, montagnard[modifier | modifier le code]

Données historiques pour la période 1951-1980[modifier | modifier le code]

Les données de Laguiole pour la période 1951-1980 sont extraites de l'ouvrage de Kessler La meteo de la France[6]. Aucunes données officielles plus récentes ne sont disponibles. Le village est situé sur le plateau de l'Aubrac à 1 020 m d'altitude.

Relevé météorologique de Laguiole (1951-1980)
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −1 −1 −1 2 6 9 12 11 8 5 1 0 4,3
Température maximale moyenne (°C) 4 5 6 9 14 17 21 21 18 13 7 5 11,7
Précipitations (mm) 130 120 110 90 130 100 80 120 120 100 130 160 1 390
Source : Ouvrage de Kessler[6]
Diagramme climatique
JFMAMJJASOND
 
 
 
4
−1
130
 
 
 
5
−1
120
 
 
 
6
−1
110
 
 
 
9
2
90
 
 
 
14
6
130
 
 
 
17
9
100
 
 
 
21
12
80
 
 
 
21
11
120
 
 
 
18
8
120
 
 
 
13
5
100
 
 
 
7
1
130
 
 
 
5
0
160
Moyennes : • Temp. maxi et mini °C • Précipitation mm

Végétation[modifier | modifier le code]

Le département proprement dit a une végétation qui s'étage depuis l'étage subméditerranéen avec quelques rares chênes-verts jusqu'à l'étage montagnard où prédomine le hêtre. On pourra diviser les étages comme suit :

  • L'étage subméditerranéen où prédomine le chêne pubescent ;
  • L'étage méditerranéen montagnard où prédomine le pin sylvestre et et le chêne pubescent. Ce type de végétation se retrouve sur les Causses ;
  • L'étage collinéen qui est le pendant de l'étage méditerranéen montagnard sur terrain siliceux. C'est le domaine du chêne sessile ;
  • L'étage montagnard qui est le domaine du hêtre et des pelouses d'altitude.

Étage subméditerranéen[modifier | modifier le code]

Le chêne vert se retrouve principalement au sud du Causse du Larzac en dehors du Rouergue dans la région de Lodève et dans les environs de Navacelles[13]. Le bois de Broucuéjouls de 65 hm2 juste à l'ouest de Millau aux environs de Peyre est un bois de chênes-verts[13]. La région bénéficie d'un effet d'espalier car située en contrebas du plateau du Lévézou[Note 3]. En amont, on retrouve des stations isolées de chênes verts dans les gorges du Tarn jusqu'à La Malène voire Prades (Lozère)[14]. Une station de Chênes kermès se trouve dans les gorges du Tarn à Peyrelade[15].

Le chêne pubescent se retrouve dans la région de Camarès[13] qui bénéficie d'un climat subméditerranéen dégradé ainsi qu'à l'extrême NW du département dans la région de Villefranche-de-Rouergue dans le prolongement des Causses du Quercy[16]. De nombreuses plantes subméditerranéennes subsistent dans ces régions.

Étage méditerranéen montagnard[modifier | modifier le code]

Cet étage de végétation est le pendant sur terrain calcaire de l'étage collinéen sur terrain siliceux le climat étant sensiblement le même. On le retrouve dans les Grands Causses et en particulier sur le Causse du Larzac. Les précipitations sont élevées et la « sécheresse » des lieux est juste due à la nature karstique du sol où l'eau s'infiltre profondément dans les failles du terrain calcaire. Les hivers y sont rudes. Cette étage est le domaine du chêne pubescent et du pin sylvestre.

Étage collinéen[modifier | modifier le code]

Cet étage de végétation se retrouve dans les régions non calcaires de moyenne altitude. Les précipitations y sont abondantes et le chêne sessile est l'arbre prédominant.

Étage montagnard[modifier | modifier le code]

Cet étage de végétation se retrouve sur le plateau de l'Aubrac d'altitude assez élevée et où la neige tient longtemps. Dans cette région, on retrouve le hêtre et les pelouses d'altitude. Des sapinières sont aussi présentes[17].

Effets du réchauffement climatique[modifier | modifier le code]

la pluviométrie devrait diminuer[18] et la température moyenne s'élever. Par exemple à Rodez, la température annuelle moyenne devrait s'élever de 3,4 K entre 1970 et 2030 passant de 9,63 °C à 13,02 °C[19]. Les précipitations annuelles ne seraient plus que de 771 mm[20]. Ces extrapolations devraient donner à cette ville un climat subméditerranéen.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La décroissance moyenne de la température est de 6,5 K/km. Donc pour une différence d'altitude de 305 m, la différence de température serait plutôt de l'ordre de 0.65 × 3.05 = 2.0 K.
  2. Les records de température minimale donnés dans la référence [6] sont surprenants, car la température minimale record de février n'est que de −13 °C alors qu'il fit pendant la vague de froid de février 1956 aux environs de −20 °C presque partout en France.
  3. Cette station de chênes verts est située 350 m juste en contrebas de la station météo de Millau (Soulobres) et donc le climat est significativement différent. Il est raisonnable de supposer que les températures moyennes sont plus élevées de l'ordre de 3 K à cause de l'effet d'espalier et de la différence d'altitude. Le bois de Broucuéjouls bénéficie donc clairement d'un climat subméditerranéen.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Réchauffement, p. 5
  2. a b et c Météo de la France, p. 104
  3. Notice détaillée, p. 16
  4. Réchauffement, p. 6
  5. Données de la station météorologique de Millau (arrondies à l'unité supérieure), sources : Site de l'Internaute, Encyclopédie des villes
  6. a b c d e f et g Météo de la France, p. 105
  7. a et b Notice détaillée, p. 21
  8. (fr) Données climatiques Météo-France sur le climat de l’Aveyron.
  9. Notice détaillée, p. 20
  10. Météo France, « Prévisions météo de Météo France : Normales : Rodez », sur france.meteofrance.com (consulté le 2 juillet 2010)
  11. L'Internaute des villes, « Climat de Rodez », sur www.linternaute.com (consulté le 2 juillet 2010)
  12. Réchauffement, p. 11
  13. a b et c Notice détaillée, p. 56
  14. Notice détaillée, p. 57
  15. Notice détaillée, p. 58
  16. Carte de Montauban
  17. Carte d'Aurillac
  18. Réchauffement, p. 11
  19. Réchauffement, p. 21
  20. Réchauffement, p. 24

Bibliographie[modifier | modifier le code]